Une fabuleuse pole position, où il a collé sept dixièmes à son plus proche poursuivant, la victoire au bout de cette 78ème édition des 12 heures de Sebring, Jan Heylen associé à Patrick Long et Ryan Hardwick (Porche 911-RSR GT-3 du Wrightmotorsports signe à 40 ans une victoire de prestige dans l’une des plus grandes classique américaine de l’endurance derrière laquelle il court depuis de nombreuses années. A chaque fois que notre compatriote prenait le manche, il s’est montré intraitable démontrant par une régularité extrême et sa pointe de vitesse qu’il était tout simplement intouchable. Pourtant il ne faut pas s’imaginer que la course de la numéro 16 s’est apparentée à une promenade de santé. En effet non seulement Patrick Long s’emparera des commandes de l’épreuve au dernier restart mais l’équipage aura dû composer avec un amortisseur récalcitrant après une réception violente durant neuf heures après avoir décollé sur une des nombreuses bosses du circuit à tel point que Long souffrait d’une migraine à l’arrivée tellement la tête frappait la barre antiroulis. Mais de tout cela Jan Heylen n’en a cure, cette victoire sera peut-être de nature à assurer à nouveau un volant à plein temps au pilote belge dans quelque catégorie que ce soit.

Dernier vainqueur des 24 heures de Francorchamps, signant ensuite un succès à Laguna Seca, Laurens Vanthoor associé à Earl Bamber et Neel Jani Porsche 911-RSR numéro 912 pour qui le week-end avait mal débuté en qualifications décroche une superbe médaille d’argent. Quant à Earl Bamber engagé sur les deux voitures officielles, il offre la victoire à Porsche pour une dernière apparition en LMGT associé à Fred Makowiecki et Nick Tandy. Et comme une nouvelle ne vient jamais seul, le Limbourgeois sera à nouveau impliqué dans un programme Porsche aux USA mais cette fois en GTD en compagnie de son compère Bamber.

Le suspense aura été intense non seulement en GT mais le DPI ne dévoilera ses vainqueurs que dans les derniers instants de la course, Harry Tincknell, Jonathan Bomarito et Ryan Hunter-Reay décrochent une première victoire pour Mazda sur l’anneau floridien au général ce qui n’avait jamais été réalisé auparavant. Pour Helio Castroneves et le Penske Racing quoi de mieux que conclure une collaboration longue de vingt ans marquée par trois succès à Indy 500 tout en n’oubliant pas la part prépondérante qu’aura joué Ricky Taylor pour que le Brésilien obtienne enfin un titre chez Penske pour ses adieux.

Source: Patrick Six