Deux mois avant les 24 Heures Karting de Francorchamps, qui affichent complet depuis de longues semaines, la piste ardennaise vibrera déjà au rythme d’un double tour d’horloge ce week-end. Cette fois, ce sont les karts privés qui seront mis à l’honneur, chacun ayant l’opportunité de développer son propre kart selon le règlement technique, qui impose que le moteur soit de type 4 temps et alloue une quantité de carburant limitée.
Les préparateurs ont donc pu s’en donner à cœur joie, même si certains équipages ont aussi pu profiter d’une formule « clés en mains » proposée par l’organisateur One Day Karting.
Pour leur deuxième édition, les 24 Heures de Francorchamps Karts Privés accueilleront seize équipages. « Soyons francs, c’est moins que ce que nous espérions », reconnaît Patrick Van Billoen, le patron de One Day Karting. « Nous étions à 26 karts il y a peu, mais nous avons déploré plusieurs désistements tardifs d’équipes belges, mais surtout britanniques. Elles sont pourtant engagées dans le British Prokart Endurance Championship, dont nos 24 Heures font partie depuis cette année, mais il semble que ce déplacement soit trop onéreux. »

Avec les 24 Heures Karting de Francorchamps pour karts privés, une place est laissée aux préparateurs.
Loin de se décourager, Patrick Van Billoen et son équipe vont redoubler d’efforts. « Nous avons tenu nos engagements et les concurrents verront que, une fois de plus, nous avons mis les petits plats dans les grands. Nous proposerons notre live vidéo encore amélioré, le livetiming, les speakers, des grid girls, une communication professionnelle… On va organiser au mieux cette deuxième édition et ensuite on réfléchira à la manière dont l’épreuve doit évoluer à l’avenir. »
Si la quantité n’est pas aussi importante qu’espéré, la qualité ne fait aucun doute avec une lutte magnifique attendue pour la victoire. Lauréate l’an dernier, la formation britannique MS So/Co Select remettra son titre en jeu avec quatre des pilotes vainqueurs en 2017 : les Britanniques Dan Crossley et Paul Wilkins, le Néerlandais Romano Franssen et le Belge Fabio Paoleschi, recordman de succès aux 24H Karting de Francorchamps. Nouveau venu, Steve Lyall espère apporter sa pierre à l’édifice d’un nouveau succès.

La formation MS So/Co Select remettra son titre en jeu.
Pas moins de huit autres équipes venant du Royaume-Uni ont bien l’intention d’afficher leur science de ce type de compétition. Après tout, les sujets de sa Gracieuse Majesté n’avaient-ils pas monopolisé le Top 6 l’an dernier ?
Attention donc au Red Racing, deuxième en 2017 et qui alignera le quatuor Nichols-Cannon-Black-Randall, au Modernised Racing (Thomas-Nurse-Waring-Waring-Overton-Slimms), au TT Sport (Tracy-Cross-Cross-Batrum-Hammond-Adderley), au PGS Racing (Scaife-Thompson-Day-Nichols-Brown-Brown), au MS Lucas (North-Crease-Falcus-Delahunty-Jones), à Offline 1 (Plackett-Pedlingham-Aston-Robertson), au Team Keane (Stanway-Keane-Grundy-Dodson-McDonald) et au MS JSR (Lucas-McDonald-Grinsell-Tugwell-Hopercraft), sur la plus petite marche du podium en 2017.

Les Britanniques pourront-ils rééditer leur domination de 2017?
Si le Team VDH représentera les Pays-Bas (Van der Helm-Tweehuizen-Koolen-Lamborelle-Welsh), la principale menace devrait venir des équipes belges. Le KMRS Racing fera confiance à Jérémy Peclers et Jérôme Farinaux (vainqueurs des 24H Karting de Francorchamps Twins l’an dernier), lesquels seront associés aux jeunes Antoine Morlet et Guillaume Germis. La formation Young & Experience aura aussi des arguments à faire valoir avec Cédric De Meurers, Guillaume Faye, Miko Bouvier, Gianni Di Franco et Paul Theysgens. Fast8Maranello engagera deux équipes avec Rino Gulisano-Michael Veulemans-Dave Coenen-Opnithi Puyato-Kevin Lemmens et Marco Gulisano-Matthias Boon-Dylan De Wolf-Wesley Van den Berghe-Glenn Sente-Michael Holsters. Du côté du Steam Team, on surveillera le quintet Walter Timmermans-Thierry Le Leu-Michael Le Leu-Jeroen Rottey-Karel Coetsiers. Enfin, Neospeed sera aussi à prendre en compte avec Massimo Petramia, Laurent Dauw, Chris Akkerman et Clément Nopère.
Rappelons que trois catégories sont proposées : les Evo1 (moteurs issus de l’industrie, soit des Honda GX ou des Subaru 400cc), les Evo2 (bimoteurs 4 temps issus de l’industrie) – qui seront majoritaires – et les Evo3 (moteurs 4 temps conçus spécialement pour le kart et moteurs à boîte de vitesses). En plus du classement général, il faudra donc suivre ces courses dans la course…
Le départ sera donné ce samedi à 16h et la retransmission complète de l’épreuve en vidéo (dès 11h) ainsi que le classement en direct seront disponible sur www.onedaykarting.be