Avec 62 équipages en piste, les péripéties n’ont pas manqué durant ce double tour d’horloge et, pour les favoris, il s’agissait de bien gérer les neutralisations au drapeau jaune sous peine d’écoper d’une pénalité.

Au fil des heures, c’est le #45 M Racing Experience qui a peu à peu tiré son épingle du jeu. Partis depuis la 43e position sur la grille de départ, Félix Ferir, Olivier Montulet, Paul Theysgens et Lionel Bourdouxhe sont passés à travers toutes les embûches, exploitant au mieux une stratégie audacieuse faite de triple-relais.

Même si ce quatuor n’était peut-être pas le mieux côté par les bookmakers, ce succès n’est pas totalement une surprise aux yeux des connaisseurs. Olivier Montulet et Paul Theysgens avaient déjà gagné l’épreuve au général en 2016 alors que Lionel Bourdouxhe s’était imposé dans la catégorie des Twins en 2015. Pour le jeune Félix Férir, c’était par contre une première grande victoire.

« Vu notre début de week-end, c’est d’abord une surprise pour nous », confiaient les pilotes au pied du podium. « On a connu beaucoup de soucis avec notre châssis durant les essais libres, les qualifs et en début de course. Partir de cette 43e place a boosté notre motivation. Nous avons optimisé notre stratégie, le potentiel du kart, les pilotes. C’est aussi grâce aux neutralisations que nous avons pu faire la différence. »

Cette victoire ne commença à réellement se dessiner qu’au sortir de la nuit où le quatuor parvenait à remonter la hiérarchie tout en profitant des déboires – mécaniques ou pénalités – affectant ses concurrents directs. Parmi eux, l’équipage #28 TRT28 (Julien Vanderus-Miko Bouvier-Sebastien Biélande-Anthony Chicot), longtemps candidat à la gagne avant d’écoper dans le dernier tiers de la course de deux pénalités successives pour non-respect du temps pivot sous drapeau jaune.

Après avoir rencontré des soucis mécaniques, le kart #10 KMRS Racing (Emile De Dryver-Nicolas Bever-Benoit Visnovsky-Amandio Costa Paz) jouait les chasseurs. Déchainé dans son dernier relais, Nicolas Bever remontait de la quatrième à la deuxième place. Si le quatuor montait une marche plus haut sur le podium que l’an dernier, il terminait à trois tours de l’équipage victorieux.

Ayant vu s’échapper la médaille d’argent à quinze minutes du drapeau à damier, le team #28 TRT28 de Vanderus-Bouvier-Biélande-Chicot se consolait en complétant le podium devant le Fuck Cancer Team des vainqueurs de l’an dernier, Jérôme Farinaux et Jérémy Peclers, rejoints cette fois par Sébastian Lamarque.

Présenté parmi les grands favoris, l’équipage #24 DRM by Automobile Club Francorchamps (Cédric Bollen-Maxime Drion-David Jacobs-Mario Leso-Logan Sougné-Olivier Muraille) a longtemps revendiqué le podium avant de tout perdre à moins d’une heure de l’arrivée suite à un souci de moteur. La 5e place n’est qu’une maigre consolation…

L’équipe #20 AMG Racing de la famille Huls (le papa Alain et ses fils Mathieu et Guillaume) a terminé au 6e rang devant la formation #69 Michael Mazuin Sport 1 (Matts Breckpot, Arnaud Teuwen, Damien Dupont, Louis Mazuin), partie depuis la pole position 24 heures plus tôt.4

Le Top 10 est complété par les équipes #89 JeuKiplay (Antoine Morlet, Fabio Paoleschi, Grégory Morin, Simon Delvenne et Kevin Caprasse, pénalisés tôt dans l’épreuve pour non-respect de la procédure sous drapeau jaune puis par un bris de chaîne), #66 Kart-Events.be (Siebert Verfaillie-Stefan Verhofsté-Bjorn Bourgonjon-Kenneth Naessens) et le #31 East Kart–Spa Racing (Mitchell Kukenheim-Loic Dusseldorf-Pierre Sibille-Eddy Kukenheim-Steve Kolela-Marc Schings).

Enfin, comment ne pas parler de Cap 48, partenaire emblématique des 24 Heures Karting de Francorchamps, et dont l’action a de nouveau porté ses fruits. Outre l’équipage « Kart 48 » composé d’une belle grappe de personnalités issues des médias et du showbiz, l’opération placée sous la houlette du journaliste de la RTBF Maxime Berger a permis de récolter près de 5000€ en faveur de Cap 48. Trois personnes souffrant d’un handicap (Christophe d’Elia, Guy Hardenne et Laurent Germis) ont d’ailleurs relevé le défi au volant d’un kart adapté. Outre les dons en ligne, les spectateurs pouvaient aussi embarquer en tant que passagers dans un kart biplace ou repartir avec des lots de valeur.

Le bilan est donc plus que positif ! « Le niveau affiché par le plateau a été très impressionnant » déclare Patrick Van Billoen, à la tête de l’organisation des 24 Heures Karting de Francorchamps depuis 2013. « Sur les 62 équipages engagés, plus de quarante tournaient dans la même seconde. Sportivement, gérer autant d’équipes n’a pas été chose facile car il faut les faire cohabiter sur la piste comme en-dehors. La course s’est toutefois déroulée sans accroc majeur, si ce n’est un blessé léger. Et comme il y avait plus de spectateurs que les années précédentes. On peut donc être heureux de cette édition. Je ne peux la conclure sans remercier du fond du cœur Marc Pilloy pour son aide précieuse durant les six premières éditions, mais aussi pour tout ce qu’il a fait pour le karting et la promotion de la discipline. »

Marc Pilloy, cheville ouvrière de l’organisation, a en effet annoncé lors la cérémonie du podium qu’il prendrait désormais du recul par rapport au karting de compétition-loisir, dont il est l’une des figures emblématiques en Belgique depuis 25 ans. « On aura vécu une course très intéressante ce week-end », confie-t-il. « Les favoris sont à leur place. Dès le samedi soir, j’avais un bon pressentiment sur l’équipage #45 M Racing Experience. Ses pilotes sont des rusés et ils ne sont pas tombés dans les pièges de ces 24 Heures. Le beau temps a été de la partie et je tiens à souligner la belle implication des teams qui font l’effort de constituer un très beau paddock. Cela donne fière allure à l’événement. Mon souhait pour l’année prochaine serait d’accueillir davantage d’équipes étrangères pour renforcer encore plus le caractère international des 24 Heures. Mais je fais confiance à Patrick Van Billoen pour mener ça à bien. »

Le rendez-vous est déjà pris, en effet, pour la prochaine édition des 24 Heures Karting de Francorchamps ! Mais avant cela, il y aura l’avant-dernière manche du BGDC à Spa et les 24H2CV le week-end des 6 et 7 octobre!

Classement :

1. M Racing Experience (Ferir-Montulet-Theysgens-Bourdouxhe) 1398 tours; 2. KMRS Racing (De Dryver-Bever- Visnovsky-Costa Paz) + 3 t; 3. TRT28 (Vanderus- Bouvier-Biélande-Chicot) + 4 t; 4. Fuck Cancer Team (Farinaux-Peclers-Lamarque) + 5 t; 5. DRM by Automobile Club Francorchamps (Bollen-Drion-Jacobs -Leso-Sougné-Muraille) + 6 t; 6. AMG Racing (Huls, Huls, Huls) + 7 t; 7. Michael Mazuin Sport 1 Breckpot, Teuwen, Dupont, Mazuin) + 8 t; 8. JeuKiplay (Morlet-Paoleschi,-Morin-Delvenne-Caprasse) +9 t; 9. Kart-Events.be (Verfaillie-Verhofsté-Bourgonjon- Naessens) + 12 t; 10. East Kart – Spa Racing (Kukenheim-Dusseldorf-Sibille- KukenheiKolela-Schings) + 13 t. 11. Liège Karting (Dockier-Degeer-Delhez-Dessy-Berden-Huyttens) + 14 t; 12. KMRS Fun (Kousen-Duszinski-Hansen-Noel-Hemricourt) + 14 t; 13. Automobile Club Francorchamps by DRM (Jamoye-Kaivers-Germis-Di Franco-Denooz) + 15 t; 14. RBGP (Wintgens-Godefroid-Brixhe-Fraipont-Rousseau-Le Millin) + 16 t; 15. WKS Racing Team (Leufgen-Lejoly-Dewalque-Pierry) + 17 t; 16. Arwac Racing Team (Huygens-Tahere-Van Der Perren-Cools) + 18 t; 17. LCDK (Raulier-Pairoux-Baucher-Charlier-Dasseleer) + 19 t; 18. TysRacing (Gallina-Nicolas-Donniacuo-Leenders-Jevenois) + 21 t; 19. BF Motorsport (Simons-Corstjens-Anthonis-Van De Kimmenade-Leynen-Schoonbrood) + 23 t; 20. Vilder Racing (De Vilder-De Vilder-De Vilder-Vieira) + 24 t.; etc.

MB avec Com