Porsche 911 RSR, Porsche GT Team (92), Michael Christensen (DK), Kevin Estre (F) Laurens Vanthoor (B), Le Mans 2018

Le début de ces 24 heures du Mans n’a réservé aucune surprise dans le clan Toyota… au contraire des LMP1 privées. Après un petit contact avec la Toyota #7, André Lotterer (Rebellion #1) voyait son capot avant se détacher et percutait la BR1 n°10 Dragonspeed de Ben Hanley. La BR1 n°11 SMP Racing de Button & Co perdait ensuite toute chance suite à un problème de perte de puissance. A noter également la bourde de Tom Dillmann (ByKolles #4) qui est allé dans le bac à graviers… pendant le tour de formation.

Aux avant-postes, les Toyota TS050 font un chassé-croisé avec la #7 de Conway-Kobayashi-Lopez en tête au cap de la 4ème heure avec 5 secondes d’avance sur la #8 de Buemi-Alonso-Nakajima. Relativement épargnée par les problèmes, la BR1 n°17 SMP Racing de Sarrazin-Orudzhev-Isaakyan est 3ème. Les deux Rebellion complètent dans le Top 5, la #3 de Laurent-Beche-Menezes devant la #1 de Lotterer-Senna-Jani.

En LMP2, leadership de l’Oreca n°26 G-Drive Racing de Rusinov-Vergne-Pizzitola dans une classe marquée par les ennuis des Oreca du Jackie Chan DC Racing et celle de Dragonspeed.

Le début de la course en GTE-Pro a été marqué par une superbe bagarre entre les deux Porsche 911 RSR « allemandes ». C’est actuellement la #92 de notre Laurens Vanthoor et ses équipiers Kévin Estre et Michael Christensen qui mène la danse. Au jeu des neutralisations et des stratégies, la BMW M8 GTE #81 de Catsburg-Tomczyk-Eng est à une étonnante 2ème place devant la Ford GT #66 de Dixon-Westbrook-Briscoe. Lointaine 15ème place pour l’Aston Martin Vantage #97 de Maxime Martin.

Une Porsche est également en tête en GTE-Am, la #77 Dempsey-Proton de Andlauer-Cambell-Ried.