Les ‘deuches’, toujours accompagnées des fidèles C1, ont été les reines de la piste huit heures durant en ce dimanche de Pâques sur le Circuit de Magny-Cours. La deuxième manche de la 2CV Racing Cup s’est en effet offert un cadre de prestige en gagnant une piste ayant servi pas moins de 18 fois à l’organisation du Grand Prix de France de Formule 1. On a forcément été moins vite au volant des 2CV et des Dyane, mais dans les habitacles, les pilotes avaient clairement la banane !

Et cette fois, les vainqueurs de la joute initiale, la #33 FKR-M2 de Bouchereau-Bressan-Maes, n’a pas connu la même réussite. Après avoir perdu du temps à l’entame de la cinquième heure de course pour ne pas voir respecté le feu rouge en sortie de pitlane, le bolide s’immobilisait longuement au stand un peu plus tard, victime de soucis d’embrayage. Résultat : une 8ème place finale ne reflétant bien sûr nullement le potentiel de cette #33, qui évoluait dans le top 3 en début d’épreuve.

D’embrayage récalcitrant, il en a aussi été question pour la #129 FKR-M1 de Van Gysegem-Abrahams peu avant le cap de la mi-course. Avec là aussi une sévère perte de temps. Quant à la #1 JMCE Racing 1 de Licops-Lacroix, elle pointait dans le top 5 absolu à une heure trente de l’arrivée avant d’être ramenée à la ficelle suite à un bris mécanique. Désillusion également pour la #3 Mickey Racing de Berben-Marquet et pour la #14 The Golden Horse de Blaise-Blaise-Louys, renvoyées en seconde partie de classement.

La voie était dès lors libre pour les trois voitures du clan BNLL… qui n’allait pourtant pas être épargné non plus ! Après 140 minutes de course, la #43 BNLL 3 de Courtois-Coppieters-Devos, alors 4ème du général, était victime d’un bris de colonne de direction juste avant l’entrée de la pitlane. Elle était poussée jusqu’à son box pour les réparations d’usage. Quant à la #65 BNLL 2 de Crespin-Crespin-De Kelper, elle perdait une roue, étant elle aussi ramenée au stand pour permettre à l’équipe de fixer tout cela.

Absente lors du coup d’envoi de Zolder, la #42 BNLL 1 de Stéphane Lacoste et Benoît Car était par contre épargnée par les soucis, ce qui lui permettait de croiser en tête du classement, pour finalement s’imposer avec deux rondes de bon sur la #53 Wingrove Racing du trio britannique Cobb-Dalkin-O’Keeffe, qu’on n’attendait pas à pareille fête dans la Nièvre. Comme dans le Limbourg, la #5 de Furlotti-Carere brillait par sa fiabilité et son efficacité, ce qui lui permettait d’accrocher la médaille de bronze en devançant de trois rondes la #18 2CV Passion Trapanelle de Chenier-Sultana-Hauris-Jamar.

Les places d’honneur chez les Hybrides tombaient dans l’escarcelle de la #51 Tracanet (Lachaume-Salort-Mandret), qui complétait le top 5, la #65 BNLL 2, la #33 FKR-M2, la #17 Seventeen MCC Hafa de Tiggeler-Bonnan-Graham, la #129 FKR-M1 et la #1 JMCE Racing 1.

A signaler la très belle 5ème place finale, toutes catégories confondues, de la #52 Crisis Racing des Britanniques Roads et Tyson, qui était engagée en ‘Guest’.

Sans surprise, la #90 2CV de Feu, confiée à Brethenoux-Brethenoux-De Well-Rousse-Guignard s’est imposée en ‘Améliorées’, imitée chez les ‘Classiques’ par la #602 BKR de Asselborn-Asselborn-Cadot-Surel.

Au terme de cette première excursion hexagonale, les concurrents de la 2CV Racing Cup vont pouvoir souffler quelque peu et recharger leurs batteries avant de… reprendre la direction de la France, pour le rendez-vous aussi attendu que bucolique du Trophée d’Alsace, programmé sur l’Anneau du Rhin les 22 et 23 juin.

Source : Com