Guère de changement au sommet de la hiérarchie. La Toyota TS050 n°8 de Buemi-Alonso-Nakajima mène toujours la danse devant la voiture-soeur n°7 de Conway-Kobayashi-Lopez. Mais alors qu’on s’attendait à ce que la deuxième Toy’ fonde sur celles des « vedettes », l’écart s’est stabilisé à 59 secondes alors qu’on commence à déguster l’apéritif.

C’est en revanche très indécis chez les LMP1 privées. La BR1 n°17 SMP Racing de Sarrazin-Orudzhev-Isaakyan a pris le meilleur sur les deux Rebellion RB13. La n°3 de Laurent-Beche-Menezes est dans ses roues tandis que la n°1 de Jani-Lotterer-Senna a connu un souci de transpondeur qui lui a fait perdre une quarantaine de minutes.

Statu quo en LMP2 avec le leadership confortable de l’Oreca n°26 G-Drive Racing de Vergne-Rusinov-Pizzitola devant l’Alpine n°36 de Lapierre-Negrao-Thiriet et l’Oreca n°37 de Tan-Jaafar-Jeffri.

En GTE-Pro, AF Corse a perdu une voiture quand la Ferrari 488 GTE n°51 de Calado Pier Guidi s’est accrochée bêtement dans les stands avec la Porsche 911 RSR n°56 Project1.

Le tiercé demeure inchangé avec la Porsche 911 RSR n°91 de Bruni-Lietz devant la Ford GT n°66 de Mücke-Pla-Johnson et la Porsche 911 RSR n°92 de Estre-Christensen. Maxime Martin est 6e sur une Aston Martin n°97 à la dérive. Point de changement également en GTE-Am avec le leadership de l’Aston Martin n°98 de Lauda-Lamy-Dalla Lana.