Ott Tänak, qui a débuté en tant que leader le dernier jour du Rallye de Turquie, 10ème épreuve du Championnat du monde des rallyes, n’a pas flanché lors des quatre dernières spéciales. L’Estonien a bénéficié de manière optimale de la faillite de Sébastien Ogier, qui a perdu la victoire suite à une erreur de pilotage, et de la malchance de Thierry Neuville, qui a cassé un amortisseur mais n’a rien touché. Avec trois victoires consécutives, Ott Tänak, qui a été honoré sur le podium par le président Erdogan lui-même, est de retour dans la course au titre.

«L’équipe a fait du très bon travail. La voiture était très robuste et le nouveau système de refroidissement fonctionnait parfaitement. Ce sera une fin de saison très excitante, mais je suis prêt « , a déclaré Ott, ce qui était un peu irritant pour Jari-Matti Latvala qui a continué sur un rythme élevé lors des dernières ES. Cependant, le Finlandais a obtenu le doublé pour Toyota, son meilleur résultat de tous les temps.

« La direction de l’équipe nous avait demandé de ne pas faire de bêtises », a déclaré Latvala. « Je connais le jeu, mais vous devez aussi continuer à attaquer suffisamment pour rester concentré. »

Hayden Paddon met du baume au coeur à Hyundai avec son premier podium de la saison. Un exploit qui lui plaira et qui est important pour la négociation de son nouveau contrat, car le Néo-Zélandais veut obtenir un programme complet en 2019. Paddon a écarté Teemu Suninen du podium. Le Finlandais était le meilleur de la brigade Ford, à la place de Sébastien Ogier. Grâce à Elfyn Evans, qui a pointé avec 5 minutes d’avance et grâce à ses 4 points de la Power Stage, le champion du monde limite un peu les dégâts. Mais, il aurait pu complètement réduire son retard sur Thierry Neuville s’il n’avait pas quitté la route samedi.

« Je ne comprends toujours pas ce qui s’est passé là-bas. Mon cerveau m’a laissé tomber quelques secondes « , a déclaré le chef de file de Ford.

Thierry Neuville a jeté toutes ses frustrations sur la Power Stage, où il a réalisé le meilleur temps et décroché 5 points bonus. C’était aussi le seul but de la journée, car après son scratch en essais, il se montrait remarquablement à son avantage lors deux tests restants pour la Power Stage.

 

« Nous avons fait ce que nous devions faire: gagner la Power Stage. Je conduisais absolument à fond, à la limite. J’aurais dû gagner le rallye car nous étions clairement les plus rapides. Nous l’avons prouvé vendredi lorsque nous avons ouvert la voie et que nous avons quand même réussi à terminer la journée en tant que leader. Seul un amortisseur en a décidé autrement. Très malheureux, mais rien à faire », a déclaré Thierry Neuville, qui reste bien sûr le leader du WRC, même s’il a désormais un sérieux concurrent avec Ott Tänak.

En WRC2, Jan Kopecky a remporté sa 5e victoire sur 5 participations. Mais le Tchèque a dû se défendre cette fois après deux crevaisons. Au Championnat du monde junior, la victoire s’est jouée après un match très excitant contre Emil Bergkvist, qui a remporté le titre junior: «Et tout cela grâce à Jourdan Serderidis, mon sponsor principal qui a rendu tout cela possible. Ce rallye a été particulièrement difficile pour les R2. Il fallait constamment préserver la mécanique et éviter de sortir de la route. Grâce aux doubles points, nous avons le titre dans notre poche. Cela signifie que l’an prochain, je disputerai 7 rallyes avec une Ford Fiesta R5 en WRC2. Brillant! », dit le jeune Suédois.

(HVO- foto’s Willy Weyens)