L’équipage de la Toyota n°7 avait terminé vice-champion lors des deux saisons précédentes, ce qui rend encore plus précieux le titre conquis aujourd’hui. C’est aussi un moment fort pour José María López, qui devient pour la circonstance le troisième pilote couronné dans deux championnats du monde FIA différents (WTCC et WEC). Mike Conway est également le premier citoyen britannique titré depuis Anthony Davidson en 2014. C’est en outre la meilleure saison de la Toyota n°7 à ce jour, avec quatre victoires.

Mike Conway, José María López et Kamui Kobayashi bouclent la saison avec 105 points, soit cinq de plus que la n°8 de leurs compagnons d’écurie Brendon Hartley, Sébastien Buemi et Kazuki Nakajima, deuxièmes du classement des pilotes.

Pour ce qui est du classement général, ce fut une course exempte de gros souci. La Toyota n°7 a parfaitement tiré parti du Success Handicap de 0’’54 seconde par tour infligé à la n°8, s’assurant un tour d’avance dès la troisième heure. Une intervention du Safety Car à mi-parcours due à la présence de débris sur la piste a vu l’écart se réduire entre les deux Toyota, mais une fois la course relancée, la n°7 a repris sa marche en avant, pour s’imposer finalement avec une minute d’avance sur la n°8.

Ces 8 Heure de Bahreïn marquent la dernière apparition en compétition en WEC de cette Toyota TS050 HYBRID au palmarès très fourni, avant que les Hypercars ne lui succèdent en 2021.

Jackie Chan DC Racing s’impose au panache en LMP2

Jackie Chan DC Racing termine cette Saison 8 du WEC sur une belle note, avec la première victoire de la saison pour l’ORECA 07 n°37 de Ho-Pin Tung, Gabriel Aubry et Will Stevens.

Gabriel Aubry a superbement bataillé en fin de course, roue dans roue pour la victoire avec l’ORECA n°38 d’Antonio Felix da Costa. Aubry franchit la ligne d’arrivée avec tout juste 1’’894 seconde d’avance sur le Portugais, empochant les 38 points de la victoire. Ce succès de Jackie Chan DC Racing est le deuxième en WEC d’un prototype chaussé de pneus Goodyear.

L’ORECA de Racing Team Nederland, pilotée par Nyck de Vries, Giedo van der Garde et Frits van Eerd termine troisième. Titré dans cette catégorie en septembre aux 24 Heures du Mans, United Autosports termine à près d’une demi-minute en quatrième position à la suite d’un souci de carburant, d’une pénalité de 5 secondes et d’un tête-à-queue hors piste à mi-course. L’équipe britannique s’adjuge le titre des équipes après que Phil Hanson et Filipe Albuquerque aient marqué les points nécessaire à ce sacre – le troisième homme de l’équipage Paul di Resta n’a pu partager le titre des pilotes avec ses coéquipiers, ayant manqué la course de Fuji.

Signatech Alpine Elf termine cinquième. L’écurie française est bien remontée après une légère sortie pendant la deuxième heure de course, alors qu’André Negrão était au volant. L’équipe italienne Cetilar Racing termine sixième de la catégorie après un changement de freins et un long passage par son stand en fin de course.

GTE-Pro : Porsche conclut en beauté, Martin vaincu avec les honneurs

La Porsche 911 RSR-19 n°92 des Champions du Monde sortants Kévin Estre et Michael Christensen a remporté une victoire dominatrice dans cette catégorie toujours très disputée, avec 2’’8 secondes d’avance sur l’autre voiture de Porsche GT Team (n°91), assurant ainsi un doublé au constructeur allemand.

C’est la première victoire LMGTE Pro à Bahreïn depuis 2015 pour Porsche, ce qui lui vaut de franchir le cap des 50 victoires en WEC. Ce résultat est également synonyme de place de vice-champion au classement général final des constructeurs.

La Ferrari 488 GTE Evo n°71 de Davide Rigon et Miguel Molina (AF Corse) termine troisième, sauvant l’honneur du Cheval Cabré après la malchance qui a frappé la n°51 de James Calado et Daniel Serra (remplaçant à Bahreïn Alessandro Pier Guidi), candidate au titre mondial des pilotes. Juste après la mi-course, Serra touche une voiture de la catégorie LMGTE Am et la crevaison qui s’ensuit endommage l’arrière gauche de sa Ferrari. Malgré une rapide remise en état, le Brésilien et son coéquipier britannique comptent alors quatre tours de retard et terminent en solitaires à la sixième place.

Malgré une course difficile pour cause de Full Course Yellow malvenu et de freins surchauffés nécessitant un changement de disque et de plaquette après quatre heures de course, la cinquième place de la catégorie LMGTE Pro a suffi au truculent duo Nicki Thiim / Marco Sørensen pour s’assurer le titre de Champion du Monde d’Endurance FIA des Pilotes GT.

C’est le premier titre mondial FIA pour le duo danois, mais leur deuxième sacre dans cette catégorie, après le Coupe du Monde Endurance FIA des Pilotes GT en 2016. Aston Martin s’était déjà adjugé le titre des constructeurs au Mans en septembre dernier.

La Vantage AMR n°97 de Maxime Martin et Richard Westbrook – ce dernier remplaçant Alex Lynn pour cette course – termine à un tour du « Dane Train ». Cette quatrième place permet au Belge Maxime Martin de terminer deuxième du classement général final des pilotes. Egalement en proie à des problèmes de surchauffe de ses freins, la n°97 a dû elle aussi s’arrêter pour les changer.

GTE-Am : Picariello s’illustre pour ses débuts en WEC

Malgré une course difficile en LMGTE Pro, la situation a tourné à l’avantage de AF Corse en LMGTE Am, après une course passionnante qui a connu plusieurs leaders différents, dont la Porsche 911 RSR n°86 notamment pilotée par Alessio Picariello. Le Carolo s’est illustré en signant des chronos similaires à ceux des meilleurs Porschistes. Toutefois, devant composer avec le gentleman driver Mike Wainwright parmi les plus lents en piste, Alessio, qui a également été épaulé par le véloce Ben Barker, n’a pu faire mieux que 5ème.

La deuxième place de la 488 GTE Evo d’Emmanuel Collard, François Perrodo et Nicklas Nielsen et une course un peu moins parfaite qu’à l’habitude de TF Sport ont vu le trio de la Ferrari n°83 inscrire les 27 points possibles pour cette course de 8 heures pour remporter les Trophées Endurance FIA des Equipes et Pilotes LMGTE Am. C’est le deuxième sacre de Perrodo et Collard, et le premier pour Nielsen.

La dernière victoire de la saison revient à la Porsche 911 RSR n°56 (Team Project 1) d’Egidio Perfetti, Larry ten Voorde et Jörg Bergmeister – le géant allemand faisait sa première apparition en WEC cette année, en remplacement de Matteo Cairoli. C’est la troisième victoire de la saison pour Perfetti et la deuxième pour ten Voorde, la dernière datant de Bahreïn l’an passé.

En troisième position figure la Porsche n°88 (Dempsey-Proton Racing) de l’Emirati Khaled Al Qubaisi, Jaxon Evans et Marco Holzer.

Candidate au titre avant le départ de la course, l’Aston Martin Vantage AMR n°90 (TF Sport) de Salih Yoluc, Charlie Eastwood et Jonny Adam a souffert des mêmes problèmes de freins que les deux voitures d’Aston Martin Racing en LMGTE Pro, et donc perdu beaucoup de temps. Ils terminent à un tour à la huitième place de cette catégorie au plateau très fourni.

M.B avec Com