Les jours se suivent et ne se ressemblent pas au Abu Dhabi Desert Challenge!

Victime d’un bris de transmission la veille et contraint d’attendre son équipe pour sortir de la première spéciale, ce qui lui valait une pénalité de 100 heures, Yazeed Al-Rajhi s’est offert la deuxième étape au volant de son Toyota Hilux du team Overdrive. Le Saoudien a évidemment perdu tout espoir au classement général.

Victoire d’étape pour Al-Rajhi et Overdrive.

En embuscade lors de la première étape, Stéphane Peterhansel a terminé la deuxième journée de course en tête du classement général avec sa MINI John Cooper Works Rally.

Si le plus capé des pilotes de rallye-raid s’est emparé de la première place, c’est aussi en raison des déboires de son équipier chez X-Raid, Cyril Despres. Le leader après la première journée a en effet connu une journée cauchemardesque. Bloqué dans les dunes avec un système de levage endommagé, il y restait bloqué plus de trois heures.

Stéphane et Andrea Peterhansel ont pris la tête de l’épreuve. © RallyZone – Edoardo Bauer

La journée a aussi été éprouvante pour Bernhard Ten Brinke et Tom Colsoul. Après avoir rattrapé Despres puis Peterhansel, l’équipage Toyota se retrouvait bloqué de longues minutes dans le sable. Avant de pouvoir repartir à l’assaut des dunes. En fin d’étape, la paire néerlando-belge devait un peu lever le pied, le siège du pilote s’étant cassé à la réception d’un jump vigoureux…

Malgré cela, Ten Brinke réalise une bonne opération puisqu’il occupe désormais la deuxième place du classement général à un peu plus de deux minutes du leader.

Bernhard Ten Brinke et Tom Colsoul ont attaqué fort. © RallyZone – Edoardo Bauer

Derrière, on retrouve au troisième rang le Peugeot 3008DKR de Khalid Al-Qassimi, qui reste parfaitement en lice pour la victoire puisque son retard sur Stéphane Peterhansel est inférieur à 3 minutes!

Al Qassimi et son Peugeot 3008DKR sont toujours en lice pour la victoire. © RallyZone – Edoardo Bauer

Quatrième avec son Buggy MINI John Cooper Works, Przygonski suit à un peu moins de 9 minutes, devançant le Ford Raptor de Martin Prokop.

La troisième étape proposera le secteur chronométré le plus long de l’épreuve, avec 297,97km de sable.