La 54ème édition du Renties Ypres Rally a montré une fois de plus combien le rallye est et reste populaire en Belgique. L’effet ‘Thierry Neuville’, le leader belge du Championnat du Monde des Rallyes, n’y est certainement pas étranger. Mais le soutien de JobFIXers, sponsor-titre du Belgian Rally Championship, contribue également à la popularité du rallye dans notre pays. D’autant plus que la dynamique entreprise flandrienne engage pas moins de trois Ford Fiesta R5 dans la compétition. Hélas, deux de leurs pilotes n’ont pas rencontré la réussite espérée à Ypres.

Malchance pour les Cracco

Philip Cracco, navigué par le local Jeannick Breyne, se réjouissait pleinement d’être de la partie dans ce Renties Ypres Rally.

« Le parcours est extrêmement glissant. Il faut s’appliquer pour ne pas partir en tête-à-queue. Je ne veux pas me laisser piéger. Ça va tellement vite que le défi est très élevé mais j’apprécie grandement l’expérience ainsi que l’ambiance sur la Grand-Place, » expliquait Philip Cracco vendredi soir. Samedi, l’homme d’affaires progressait vers la 23ème place avant de se faire surprendre dans le deuxième passage sur le Kemmelberg et de terminer sa course dans un fossé.

De son côté, Pieter-Jan Michiel Cracco s’était déjà fait une belle chaleur lors de la Qualifying Stage où sa Ford Fiesta R5 avait fait un saut impressionnant… Vendredi soir, il signait de bons chronos, avec notamment un 13ème temps à Dranouter, mais le mauvais sort l’attendait à Mesen: « Les spéciales étaient terriblement glissantes. Je me suis laissé surprendre en étant trop prudent. Dans un virage lent, à 50 km/h, je n’ai pas plongé suffisamment profondément dans la corde. De ce fait, la voiture a glissé de l’avant et est tombée dans le fossé. Grâce à l’aide des spectateurs, nous avons pu en sortir et continuer, mais la mésaventure nous a coûté plusieurs minutes… »

Pieter-Jan Michiel était bien décidé à remonter au classement durant la journée de samedi mais la direction cédait dès la 2ème spéciale.

Crevaison pour Boxoen

Cette fois, l’honneur du JobFIXers Rally Team a donc été sauvé par le deuxième jeune pilote de l’équipe, Achiel Boxoen. Celui-ci n’avait pourtant pas été très chanceux non plus le premier soir…

« Nous avons crevé dans la toute première spéciale. Après que la deuxième spéciale ait été annulée suite à la sortie de route de Bryan Bouffier, nous avons rencontré des problèmes de ‘pop-off valve’ dans les 3ème et 4ème chronos. La mécanique ne délivrait plus toute sa puissance. Et dans la dernière spéciale de la soirée, Hollebeke, nous étions en train de signer un bon chrono quand nous avons fait une petite incursion dans un champ… En bref, j’ai commis trop de petites erreurs vendredi soir, » reconnaît Achiel Boxoen, qui occupait la 18ème place au terme de cette première journée.

 

Samedi, Achiel Boxoen et son copilote Renaud Herman voulaient remonter dans le Top 10.

« Les choses se sont un peu mieux passées durant cette longue journée mais j’ai encore commis trop de petites erreurs. Nous sommes quand même remontés à la 13ème place. Terminer dans le Top 15 était notre objectif au départ. Mais sans ces erreurs, un Top 10 était possible. Quoi qu’il en soit, nous avons conclu notre apprentissage d’une manière positive, » analyse Achiel, que nous retrouverons dans les trois dernières manches du JobFIXers BRC 2018, à commencer par le ConXioN Omloop van Vlaanderen en septembre.

Photos Loïc Nautet & Gilles Preud’homme