Le jusqu’au boutisme de Philippe Castremanne récompensé en D1-2-3

Troisième manche du championnat de la Fédération Wallonie-Bruxelles des rallyes-sprint, l’épreuve de Haillot nous a offert 2 courses à la physionomie bien différentes. D’un côté, Adrian Fernémont s’est montré intouchable en Division 4, de l’autre, Philippe Castremanne a dû puiser dans ses derniers retranchements pour s’imposer d’un souffle dans les divisions 1-2-3. En historique, Émile Tollet l’emportait chez les « Classic « , tandis que Benoit Gillot l’imitait en « S/R » .

Disputée, comme de coutume, le Jeudi de l’Ascension, l’épreuve chère à l’écurie Bayard affichait complet avec 120 concurrents au départ. Si le temps était souvent incertain, la pluie ne faisait finalement que quelques apparitions sporadiques n’influençant guère l’aspect sportif de la course.

En Division 4 (réservée aux véhicules de haute cylindrée et/ou équipés de pneus de compétition) la lutte tant attendue tournait rapidement court. Annoncé sur une Skoda Fabia R5, Bastien Rouard n’était finalement pas au départ alors que Jourdan Serderidis, lauréat lors de ses 3 dernières participations à l’épreuve, perdait toutes chances de victoire dès le 1er des 4 passages prévus au programme. Le plus belge des pilotes grecs effectuait en effet une excursion hors-piste dans laquelle il laissait la bagatelle de 45″. De quoi ouvrir une voie royale à Adrian Fernémont, présent sur la Skoda Fabia R5 de chez San Mazuin qu’il utilise habituellement en championnat de Belgique des rallyes. Le vainqueur du dernier Rallye de Wallonie (où un split ASAF était d’ailleurs organisé sur l’ES de Nannine) mettait cependant un point d’honneur à signer tous les meilleurs chronos de la journée. Dauphin de Fernémont sur son envoûtante Skoda Fabia S2000, Johan Van Den Dries résistait jusqu’au bout au retour de Jourdan Serderidis qui devait, cette année, se contenter de la dernière marche du podium, sans en perdre pour autant le sourire au volant de sa DS 3 WRC. Derrière, Loïc Pirot assurait le spectacle sur son impressionnante BMW 332Ti. Il précédait les duettistes de la classe 12, où Thibaud Mazuin parachevait le triomphe de l’équipe familiale en subtilisant, lors du dernier passage, la victoire à Patrick Grignet dont la Ford Puma Kit-Car était gênée par le concurrent le précédant au départ. Un peu plus loin dans le classement, Damien Gadisseur (Mini Cooper S) ajoutait une nouvelle victoire en classe 15 à son palmarès.

En D1-2-3, où les pneus de tourisme sont obligatoires, Philippe Castremanne tenait à rappeler qu’il s’était imposé ici même l’an dernier et prenait, d’emblée, le meilleur départ. Avec leurs DS 3 R3 de location, Arnaud Neven et « Jé » organisaient rapidement la riposte. Le premier prenait le 2ème passage à son compte, le second se chargeant du 3ème tout en s’emparant du commandement pour un peu plus d’une seconde et demi. Littéralement déchainé, Castremanne ne s’en laissait pas compter et imposait sa Suzuki Swift au prix d’un ultime scratch qui lui permettait de devancer « Jé » de 53 centièmes et Arnaud Neven d’un peu plus de 5″. Au pied du podium, Geoffray Vecoven (VW Golf 2 GTi 16v) ne pouvait rééditer sa victoire du RS « Soutenons Clémence », disputé 10 jours plus tôt. Il devançait les habitués des lieux que sont, dans l’ordre, Serge Minet (5ème, Renault Clio RS), Mickaël Jassogne (6ème, DS 3 R3) et Olivier Docquier (7ème, Ford Escort RS2000). Moins assidu qu’auparavant, Christophe Thonon (BMW 325i Coupé E36) reste néanmoins dans le coup lorsqu’il s’aligne, en témoigne sa victoire en classe 11 et sa… 11ème place au général, face à Frédéric Hébette (Renault 5 GT) et Maxime Hébrant (Opel Manta i240). Fidèle des épreuves namuroises, Nicolas Colyns remportait enfin la victoire en classe 9, au 15ème rang du classement, sur sa jolie réplique de Citroën Saxo S1600.  Dans les autres catégories, Benjamin Dubasin (18ème sur sa Renault Clio RS) semble décidément bien dans le coup en classe 6 lorsqu’il s’aligne cette saison, puisqu’il y décrochait à nouveau les lauriers. Passé sur une DS 3, Christophe Patiny n’en a pas perdu son pied lourd puisqu’il se montrait le meilleur des nombreux pilotes de la classe 5. En Division 1 (véhicules très proches de l’origine), la lutte battait son plein entre Jean-Claude Daniels et Michaël Masson. Le pilote de la Renault Clio Sport s’imposant pour un peu plus de 2″ face à celui de la BMW 320i. Chacun repartant avec la victoire dans sa classe (respectivement la 3 et la 2). Enfin, Laurent Degreve l’emportait dans la 4 sur sa Renault Clio.

Chez les Prov’Historic « Classic », si Jean-Claude Simon était le plus prompt à s’élancer, il était ensuite trahi par la mécanique de sa Ford Escort MKII et laissait la victoire à l’exemplaire d’Émile Tollet qui doublait ainsi la mise après sa victoire de l’an dernier. L’Andennais devançait Sébastien Commençais et Laurent Renard, eux aussi au volant de Ford Escort MKII. Un peu plus loin, l’originalité était récompensée avec les victoires dans les classes 19 et 16 pour Dimitri Van Hove et sa mélodieuse Alfa Roméo GTV6 et Fernand Verdin sur sa Simca Rallye 2. Dans le classement Prov’Historic « S/R » réservé aux véhicules ne répondant plus à la fiche d’homologation d’époque, c’est la BMW M3 de Benoit Gillot qui triomphait avec une vingtaine de seconde d’avance sur la version 325i de Mathieu Louis. Jean-François Gilles (BMW 320i) et Pascal Maerten (Peugeot 205) fermant la marche.

La prochaine manche du championnat sera également une organisation de l’Ecurie Bayard avec le, tout aussi traditionnel, « Rallye-Sprint d’Achêne », le dimanche 7 juillet prochain.

 

CLASSEMENTS GÉNÉRAUX

Division 4 :

1. A. Fernémont-N. Magnien (Skoda Fabia R5-1er 4/14) en 21’54

2. J. Van Den Dries-S. Lambion (Skoda Fabia S2000-1er 4/13) +54″

3. J. Serderidis-F. Miclotte (DS 3 WRC-4/14) +1’00

4. L. Pirot-F. Charlier (BMW Compact E46 332Ti) +2’07

5. T. Mazuin-S. Pierard (Peugeot 208 R2-1er 4/12) +2’26

6. P. Grignet-S. Balcaen (Ford Puma Kit-Car-4/12) +2’27

7. E. Pagnotta-C. Maquet (Subaru Impreza STi-4/14) +2’56

8. R. De Jésus-C. Mazuin (Skoda Fabia R2-4/12) +3’05

9. P. Keyen-S. Asper (BMW 130i-4/14) +3’22

10. M. Collette-T. Dortu (Renault Clio R3-4/13) +3’28

13. D. Gadisseur-D. Ausloos (Mini Cooper S-1er 4/15) +4’25

(17 classés)

Divisions 1-2-3 :

1. P. Castremanne-M. Hoyoux (Suzuki Swift GTi-1er 3/8) en 23’57

2. « Jé »-E. De Bolle (DS 3 R3-1er 3/10) +0,53″

3. A. Neven-T. Lallemand (DS 3 R3-3/10) +5″

4. Vecoven-Van Huffel (VW Golf 2 GTi 16v-3/10) +20″

5. S. Minet-F. Mercy (Renault Clio RS-3/10) +24″

6. M. Jassogne-P. Comtempré (DS 3 R3-3/10) +39″

7. O. Docquier-G. Closset (Ford Escort MK2-3/10) +42″

8. J. Remily-J-F. Riga (Renault Clio RS-3/10) +45″

9. J. Delchambre-C. Lahaye (Peugeot 205 GTi-3/10) +46″

10. Q. Clignet-D. Herbiet (Peugeot 306 GTi-3/10) +1’02

11. C. Thonon-X. Genette (BMW 325i E36 Coupé-1er 3/11) +1’22

12. B. Mathieu-C. Vandercame (Renault Clio RS-3/10) +1’31

13. F. Hébette-N. Piccoli (Renault 5 GT-3/11) +1’32

14. M. Hébrant-W. Wiard (Opel Manta i240-3/11) +1’38

15. N. Colyns-F. Boussifet (Citroën Saxo M1600-1er 3/9) ++1’40

18. B. et S. Dubasin (Renault Clio RS-1er 2/6) +1’55

26. C. Patiny-S. Leté (DS 3-1er 2/5) +2’27

45. J-C. Daniels-G. Smal (Renault Clio Sport-1er 1/2) +3’47

46. M. et E. Masson (BMW 320i-1er 1/3) +3’50

59. L .Degreve-T. Solot (Renault Clio-1er 2/4) +5’57

(62 classés)

Prov’Historic Classic :

1. E. Tollet-C. Vandercame (Ford Escort MKII-1er PH/18) en 25’13

2. S. Commençais-E. Bulterys (Ford Escort MKII-PH/18) +1’35

3. L. et K. Renard (Ford Escort MKII-PH/17) +2’08

4. D. Van Hove-L. Windeshausen (Alfa Roméo GTV6-1er PH/19) +2’16

5. C. et H. Grenson (Ford Escort MKII-PH/18) +2’29

8. F. Verdin-M. Hallin (Simca Rallye 2-1er PH/16) +5’18

(8 classés)

Prov’Historic S/R :

1. B. Gillot-B. Mahy (BMW M3-1er PH/SR) en 25’17

2. M. Louis-G. Cariola (BMW 325i) +20″

3. J-F. Gilles-J. Frankenne (BMW 320i) +1’01

4. P. Maerten-M. Selvais (Peugeot 205 GTi) +3’40

(4 classés)

(Photos: Timothy David)