Champion de l’Audi R8 LMS Cup en Asie l’an dernier, Alessio Picariello a le vent en poupe. Alors que sa carrière fut à l’arrêt pendant presque deux ans après son titre en ADAC Formel Masters (l’ancêtre de la Formule 4 allemande) en 2013, il a su se faire un nom à l’est. Appelé en renfort fin 2015 pour aider une équipe locale en Formula Masters China, Alessio y a démontré l’étendue de son talent. À tel point que cette même équipe (Absolute Racing) l’a engagé dans l’Audi R8 LMS Cup l’année suivante. Vice-champion en 2016 puis dominateur en 2017, le Carolorégien de 24 ans n’a pas laissé passer sa chance de revenir sur le radar des équipes de pointe en Europe.

En 2018, le Membre Pilote du Belgian Audi Club fera ainsi un retour à temps plein sur le vieux continent en disputant l’ADAC GT Masters (la compétition nationale allemande de GT3) avec la formation Montaplast by Land Motorsport. C’est aussi avec la structure de Wolfgang Land, lauréate des dernières 24 Heures du Nürbugring et championne ADAC GT Masters en 2016, qu’il participera ce week-end aux 12 Heures de Sebring dans la catégorie GTD sur une Audi R8 LMS GT3.

Alessio, comment t’es-tu retrouvé dans l’effectif Montaplast by Land Motorsport ?

« Je connais bien Christopher Mies, qui a été champion en ADAC GT Masters avec eux en 2016. C’est avec Christopher que j’ai disputé ma première course en GT3. C’était à Sepang, lors d’une épreuve de l’Asian Le Mans Series… où nous avons d’ailleurs gagné notre catégorie. Nous avions toujours gardé de bonnes relations et Christopher m’a proposé à Wolfgang Land en lui disant que je devais être l’un des meilleurs pilotes classés Silver, ce qui est avantageux dans l’ADAC GT Masters car les équipages 100% pro embarquent un petit lest supplémentaire. À partir de là, tout s’est fait assez facilement… »

En plus de l’ADAC GT Masters, tu disputeras ce week-end les 12 Heures de Sebring avec Christopher Mies et Sheldon van der Linde comme équipiers. Un fameux défi !

« Oui, car mon expérience est essentiellement basée sur les courses Sprint, que ce soit en monoplace ou en Audi R8 LMS Cup. J’ai donc énormément à apprendre… Mais je suis certain que Christopher va beaucoup m’aider ! Lors des deux jours de test que nous avons effectué à Sebring récemment, j’ai vu que j’avais le même rythme que Christopher et Sheldon sur un tour. Par contre, mon pilotage plus typé monoplace est probablement un peu plus exigeant avec les pneus ou la consommation de carburant… Ce sont des points que je peux améliorer ! En comparant mes datas avec Christopher, je suis convaincu que je pourrai faire évoluer mon pilotage de manière globale. Mais c’est surtout sur ce qu’il se passe en dehors de la voiture et sur la préparation d’une course de si longue haleine que je pense apprendre le plus de lui. Après quatre mois sans compétition, j’ai hâte d’y être ! »

Ce sera également ta première course aux Etats-Unis ?

« En effet, ce qui demande aussi quelques adaptations. Il y a des règles très spécifiques à l’IMSA, comme celle qui permet de doubler la Safety-Car pendant une neutralisation si on se trouve entre elle et le leader de la catégorie… Heureusement, Land Motorsport nous a préparé un livret avec un résumé de toutes ces règles et j’ai déjà bien commencé à l’étudier. »  

Ensuite, c’est l’ADAC GT Masters qui constituera ton programme principal. Avec de grosses ambitions là aussi !

« Comme elle l’a prouvé en remportant le championnat en 2016, Land Motorsport est une top équipe. Avec WRT, je pense que c’est l’une des meilleures dans le giron d’Audi Sport customer racing. Le fait d’être associé à un pilote officiel comme Christopher est aussi quelque chose de très bénéfique pour moi. C’est exactement ce qu’il me fallait pour poursuivre ma progression ! D’une part je pourrai me comparer à lui, mais aussi démontrer ce que vaux aux responsables de la marque aux anneaux. Alors que j’avais fait pratiquement une croix sur ma carrière il y trois ans, je mesure pleinement la chance que j’ai ! À moi de faire le job désormais, mais je peux vous dire que je suis super motivé ! »

D’autres courses pourraient-elles s’ajouter à ce programme ?

« Je l’espère ! Sebring et les sept épreuves de l’ADAC GT Masters, c’est bien, mais je souhaiterais évidemment rouler plus. Mon contrat avec Montaplast by Land Motorsport m’autorise à rouler ailleurs, tant qu’il n’y a pas de concurrence de date avec l’ADAC. Il y a d’ailleurs des projets actuellement à l’étude, mais il est encore trop tôt pour en parler… »