Essai AMG E53 Cabrio (25.04.2019)

Un cabrio 4 places « Premium » allemand avec du punch, grâce à une mécanique dernier-cri qui amorce l’avenir des moteurs hautes performances, voilà un essai qui avait de quoi nous réjouir. Verdict des quelques centaines de kilomètres parcourus au commandes de la nouvelle Mercedes AMG E53 Cabrio. (Marc LACROIX)

 

 

En pénétrant dans l’habitacle de la voiture mise à notre disposition (74.800€ HTVA et 24.115€ d’options ==>  119.687€ TVAC), la qualité générale (matériaux, finition, garnissage…) justifie déjà à elle seule une partie du budget réclamé par une Mercedes pour ses productions. On apprécie les ouïes « turbines » pour leur look, les baquets pour leur maintien et leur efficacité, et aussi la double tablette Widescreen pour sa clarté. S’il compte parmi les rares cabriolets à pouvoir accueillir des passagers arrière, le E53 reste plutôt typé 2+2 ; pas évident sur longues distances et / ou pour les grands gabarits.

 

Contact, la sonorité assurément dynamique laisse entrevoir un beau potentiel (ah ces valves aux échappements !) ; ce sera le cas… L’agrément mécanique est réel et, en mode Sport+, la belle se fait presque diabolique.

Le comportement routier est lui aussi à la hauteur, avec un carrossage négatif plus important sur les deux essieux qui pose la caisse plus directement en courbe et une transmission 4MATIC+ conditionnée pour favoriser le renvoi de la puissance vers les roues arrière. La suspension adaptative reste quand même assez ferme, même en mode confort. Top si vous « mangez » le volant, moins si vous êtes un gros rouleur… S’il n’est plus trop tendance de parler « perf » nos jours, nous on aime et on annonce la couleur : 250 km/h limité électroniquement (270 km/h avec l’option AMG Driver’s Package) ) et 4″5 pour le 0-100 km/h. Pour 2 tonnes, voilà qui n’est pas triste…

La capote de toile se manipule en 20″, même en roulant (50 km/h) ; cheveux au vent, l’Aircap (saute-vent sur le haut du cadre de pare-brise pour limiter les turbulences dans l’habitacle) est de série, de même que le chauffage de nuque Airscarf ; confort absolu…

Bien entendu, l’hybridation de cette Mercedes AMG E53 est surtout là pour abaisser quelque peu les valeurs de rejets en CO2 (dirions-nous pour se donner bonne conscience ?), elle joue aussi un rôle technologique qui permet de fournir une telle puissance « avec peu de chose ». Passer du temps à son volant est un régal permanent… sans penser au prix ! Bien que cette E53 Cabriolet soit pour ainsi dire sans concurrence directs.


Présentation AMG E53 Cabrio (25.04.2019)

Présentée quelques mois plus tôt, la Mercedes Classe E Cabriolet a accueilli une nouvelle version AMG 53 début 2018 au Salon de Détroit 2018. Après les séries 45, 43 et 63, elle devient (avec les CLS et E Coupé également concernées) bénéficie d’un des moteurs à essence les plus élaborés de la famille. Un bloc qui donne le ton quant à ce que seront les moteurs sportifs de demain. (Marc LACROIX)

 

DESIGN

A quelques détails près, robe de la E63 AMG ; bouclier avant plus sculpté, grille de calandre à double lamelle, jantes de 19’, jupes latérales, discret spoiler teinte carrosserie, quadruple sortie d’échappement (rondes), diffuseur arrière.

 

 

HABITACLE

Jolies bouches d’aération métalliques de type « turbine », système d’éclairage LED ambiant. Et puis il y a le fameux Widescreen (deux écrans de 12,3 pouces) et les beaux et efficaces sièges « baquets ».

 

MOTEUR/ TRANSMISSION

3 litres de la série 43 retouché par adjonction d’un alternodémarreur EQ Boost – monté entre moteur et boîte – qui alimente le réseau de bord en 48 V et apporte un boost de 250 Nm et 22 ch en phases de démarrage, et un compresseur électrique eZV ; 435 ch et 520 Nm de couple au cumul (rappel : 401 ch pour la E43) ; batterie lithium-ion 48 volts ; transmission intégrale 4MATIC+ ; boîte 9 robotisée à double embrayage 9G-TRONIC+.

TECHNOLOGIE

Suspension pilotée avec Dynamic Select « Comfort », « Sport » et « Sport + » ; freinage renforcé (disques acier perforés et ventilés ; étriers fixes 4 pistons ; nombreux systèmes d’aides à la conduite (série ou option), dont le dernier dispositif d’assistance à la conduite issu de la Classe S (entre niveaux 2 et 3 de conduite autonome) et comprenant, en plus de la gestion dans les files, alerte de franchissement de ligne, régulateur de vitesses adaptatif, freinage automatique d’urgence…

 

EQUIPEMENT

Comme toute bonne allemande qui se respecte, la liste d’options est longue. Quelques exemples  (HTVA) : Keyless-Go confort (1.210€), cuir Nappa AMG avec couture apparentes/ contrastantes (2.200€), sièges avant chauffants et ventilés (740€), Pack Mémoires pour sièges avant, volant et rétroviseurs (1.020€), sièges avant multicontours avec fonction massage (950€), audio numérique DAB (330€), COMAND Online (2.300€), sono Burmester/ 13 HP (850€), Widescreen (990€), affichage tête haute (990€), téléphonie multifonctions (490€), rétro extérieurs AMG carbone (1750€), AMGDriver’s Package (1.900€), Pack assistance à la conduite Plus (1.900€), Pack Stationnement caméra 360° (1.225€), …