Après Ugo de Wilde et Amaury Cordeel en 2017, il y aura à nouveau deux Belges en Championnat de France F4 cette saison. On sait depuis le mois de novembre qu’Ulysse de Pauw disputera l’intégralité de la compétition tricolore sous les couleurs du RACB National Team. Mais Ulysse ne sera pas le seul noir-jaune-rouge au départ. Il faudra aussi compter sur Baptiste Moulin. Et ce Tournaisien de 18 ans ne sera pas là pour faire de la figuration. SPEED Magazine est allé à sa rencontre…

Depuis quand sais-tu que tu participerais à la F4 FFSA en 2018 ?

« Mon sponsor organisait les 24 heures du Mans en karting de location l’an dernier. Je représentais d’une certaine manière la Belgique lors de cette course. Il était déjà question que je passe aux voitures en 2018. A l’origine, je souhaitais directement courir en Porsche Carrera Cup (comme Thomas Laurent, ndlr). Mais on m’a déconseillé de directement courir dans ce championnat, parce que ce sont des autos qui sont déjà très lourdes. On m’a alors suggéré la Formule 4 français, et j’ai directement été attiré par le concept de la FFSA Academy. J’ai fait des essais dans une monoplace au mois d’août sur le circuit Bugatti, et tout s’est enchaîné ensuite. »

Quel fut ton parcours en karting avant d’accéder à la F4 ?

« J’ai débuté en 2012. J’ai d’abord effectué le championnat français Nord-Picardie. Ensuite, j’ai couru en championnat de Belgique ROTAX, avec notamment une participation à Ostricourt. Par après, j’ai disputé l’intégralité du championnat de Belgique, ainsi que ceux du Benelux et d’Europe. En 2016, j’ai terminé 3ème du Championnat de Belgique et 1er en Benelux. Et en 2017, j’ai achevé le championnat d’Europe à la 7ème place. »

Que vises-tu comme résultat pour cette 1ère année en sport auto ?

« La saison ne débutera qu’au mois d’avril. C’est encore très compliqué d’établir une hiérarchie pour définir qui sera devant. Bien entendu, je donnerai le maximum pour être champion en fin d’année. Celui qui remportera le championnat sera intégré à la Renault Sport Academy, et pourra courir à moindre frais en Formule Renault. »

Mais tu as l’avantage de passer beaucoup de temps au sein de la FFSA Academy…

« Je suis effectivement scolarisé dans l’enceinte du circuit du Mans, où je suis en option ‘Sport-Etudes’. Je suis actuellement en 1ère, ce qui équivaut à une 5ème secondaire en Belgique. Le programme scolaire est classique, à l’exception que nous avons 3 heures de sport par jour. Je suis les cours aux côtés d’autres pilotes qui roulent en kart, en F4, en GP3, en Formule Renault ou en rallye. »

Ulysse de Pauw sera le 2ème Belge engagé en F4 cette année. Vous vous connaissiez déjà ?

« Nous nous sommes côtoyés en 2013 quand nous courrions tous les deux dans le championnat BNL. En karting, il a toujours été aux avant-postes. Mais le battre n’est pas impossible… »

As-tu déjà pu rouler avec la nouvelle Mygale dont disposeront les pilotes de F4 FFSA ?

« J’ai pu rouler avec au Mans à la fin du mois d’Octobre ainsi qu’à Nogaro. Tout s’est très bien passé. Par rapport à l’ancienne Signatech, il y a beaucoup plus de grip latéral. En plus du moteur de 2 litres, l’autre gros changement est le passage à une boîte composée de 6 rapports. Alors que l’ancienne monoplace n’en avait que 5. Et on devrait être plus rapides en vitesse de pointe. J’espère que nous pourrons dépasser les 220 Km/h. »

Seras-tu accompagné sur les circuits par un coach, comme la plupart des pilotes ?

« Je peux effectivement compter sur Nicolas Beguin, un Belge qui travaille comme instructeur chez Porsche. Je l’ai rencontré par hasard. C’est Tys Design, la société qui a dessiné mon casque, qui m’a mis en relation avec lui. J’ai appris qu’il avait un simulateur chez lui et qu’il s’occupait de plusieurs pilotes en F4. Finalement, j’ai choisi de travailler avec lui parce qu’il est très professionnel et connait les ficelles du métier. »

Néanmoins, ta famille sera-t-elle présente sur tous les meetings ?

« Mes parents me suivront, mais nous serons séparés en deux groupes distincts. Je resterai surtout avec Nicolas afin de rester concentré pendant le meeting et ne pas être trop distrait par les à-côtés. »

As-tu suivi les prestations d’Ugo de Wilde et Amaury Cordeel, les deux Belges qui ont roulé dans le championnat en 2017 ?

« Pendant la première partie de la saison, je trouve qu’Ugo n’était pas mal du tout sur le plan de la performance. Et il s’est beaucoup amélioré vers la fin de l’année, avec notamment deux podiums à la clé. S’il dispute une 2ème saison en F4 FFSA, je suis certain qu’il sera parmi les favoris pour viser le titre. En revanche, Amaury a eu parfois beaucoup de mal à se mettre dedans. Mais peut-être qu’avec plus de roulage, il peut beaucoup progresser. »

Quel est ton plan de carrière ?

« Je suis attiré par toutes les catégories sur circuit. Il est clair que la Formule 1 me fait rêver parce que c’est la catégorie-reine. Mais y accéder est très difficile parce qu’il y a beaucoup de paramètres à prendre en compte. Il faut être là au bon moment, disposer des bons conseils, être dans la meilleure équipe,… »