Pour la première fois de sa jeune carrière, Benjamin Lessennes était au départ des Total 24 Heures de Spa le week-end dernier. À 21 ans seulement, le Namurois venait renforcer un équipage disputant le GT World Challenge Europe avec le Boutsen Ginion Racing. Au volant d’une BMW M6 « Art Car » ne passant pas inaperçue, le Belge s’est d’emblée fait un nom dans le monde du GT3.
Le défi était de taille ! Depuis le lancement du projet d’une BMW M6 GT3 « Art Car » jusqu’à l’arrivée des Total 24 Heures de Spa, Benjamin Lessennes l’a relevé avec brio. « Grâce à Alain Noirhomme et au Boutsen Ginion Racing, j’ai eu l’occasion d’être impliqué dans ce projet de bout en bout », sourit le jeune Belge. « Alors, voir l’arrivée d’une édition exceptionnelle des 24 Heures, qui plus est à la 5e place de la catégorie Pro-Am, était une belle satisfaction. Avant toute chose, je voudrais donc remercier tous ceux qui ont rendu cela possible ! »
Avec une décoration signée par l’artiste new-yorkais Peter Halley, la BMW M6 GT3 de l’équipe belge promettait de ne pas passer inaperçue. Aux côtés de Benjamin, on retrouvait au volant les trois pilotes disputant habituellement l’Endurance Cup du GT World Challenge Europe : le Saoudien Karim Ojjeh, le Français Gilles Vannelet et l’Allemand Jens Klingmann, pilote officiel BMW Motorsport.
« Rejoindre l’arrivée était déjà une première victoire, tant les conditions étaient difficiles », confirme Benjamin. « Le nombre d’abandons suite à des sorties de piste le confirme ! En ce qui me concerne, j’ai effectué mon premier relais de nuit, au moment où quelques gouttes de pluie ont commencé à tomber. À l’exception des 25 Heures VW Fun Cup il y a quelques années, je n’avais jamais disputé un double tour d’horloge. Là, j’étais directement plongé dans le bain. »
Auteur de trois doubles relais de très bonne facture, Benjamin ponctuait le travail par un très bon dernier relais au moment de l’arrivée. « Je me suis directement senti dans le rythme », sourit-il. « J’ai pu rouler sur le sec, sur une piste s’asséchant et sous la pluie. Nous allons analyser tous les chronos et voir comment je dois encore m’améliorer, mais mon ingénieur m’a dit que j’étais le plus souvent parmi les 10 plus rapides en piste. Vu mon manque d’expérience en GT3, j’étais plutôt satisfait. J’ai passé plus de sept heures au volant et, physiquement, je ne pensais pas que ce serait si difficile. Je me suis plusieurs fois félicité de respecter mon programme de préparation physique à ce point car ça m’a clairement bien aidé. Mon seul regret c’est d’avoir été touché par une Porsche lors de la dernière heure et d’avoir ainsi été envoyé dans le bac à graviers pendant quelques instants. Comme le pilote de la 911 a été pénalisé, cela m’a rassuré sur le fait que je n’étais pas coupable et cela n’aura finalement pas eu d’incidence sur notre classement. Donc le bilan est plus que positif. »
Troisième de la GT4 European Series en 2019 et actuellement en tête du Championnat de France FFSA GT, qui se terminera les 7 et 8 novembre à Lédenon, Benjamin a largement prouvé qu’il mérite sa place en GT3. « J’ai pris un plaisir fou au volant de cette voiture de 550 chevaux », glisse-t-il. « Et j’avoue que ces 24 Heures de Spa me donnent envie de plus ! »
Pour Benjamin, son entourage et les partenaires du jeune Belge, la saison 2021 est déjà en point de mire !
Source: Com