Trentenaires de choc

1986-M3-SiRSCow

Nous sommes en 1986. Simultanément, BMW lance sa nouvelle M3, Ford sa Sierra RS Cosworth. Les deux sont des propulsions d’environ 200 ch mais là où la première demeure une atmosphérique, la seconde se dote d’un turbocompresseur. Leurs carrières sportives les verront s’affronter sur tous les terrains, rallye et circuits. (Marc Lacroix)

1986-SiRSCosw

Lancée en juillet 1986, la Ford Sierra RS Cosworth est le fruit de la structure SVE (Special Vehicule Engineering) de Ford. Sa mécanique est l’œuvre de Cosworth (DOHC 2.0-204 ch à turbo Garrett T3).

1986-SiRSCosw-Rr1

Signe distinctif de la Ford Sierra RS Cosworth: son « plateau à fromages » sur la malle arrière. C’est l’usine belge de Genk(Limbourg) qui produit les 5.545 Sierra RS Cosworth.

1988-SiRS500

La Ford Sierra RS Cosworth ne connait qu’une seule évolution : la RS 500. Ce sont 500 exemplaires « conduite à droite »qui seront convertis par Tickford (Coventry). La puissance passe à 224 ch. Elle se reconnait à son béquet inférieur supplémentaire sur le hayon et les écopes de freins qui remplace les phares antibrouillard.

1986-M3-Rr

Conçue par la branche BMW M (Motorsport), équipée d’un bloc 4 cylindres multisoupapes 2.3-195 ch, la « E30 », premièreM3 née en 1986, est le plus souvent considérée par les puristes comme la « vraie » M3.

1987-BMW-M3

En février 1987, la M3 passe à 200 ch ; une extension d’homologation comme l’autorise le règlement de la FIA. Elle sera produite à 505 exemplaires identifiables au « E » gravé sur la culasse-moteur.

1988-M3-Evo

En mars 1988, la M3 Evolution est plus profondément remaniée. Signes distinctifs : bouclier avant à lame inférieure plus proéminente, aileron arrière nouveau avec deuxième face d’appui, des écopes prennent la place des antibrouillards au bénéfice de la ventilation des disques de freins… Quant au moteur, il passe à 220 ch.

1990-M3-Sport-Evolution

En 1989, la Sport Evolution passe à 238 ch. Signes distinctifs : bandes décoratives de pare-chocs (rouge pour la noire ou noir pour la rouge, les deux seules couleurs proposées), bouclier avant à lame inférieure réglable en 3 positions, aileron lui aussi réglable.

M3-TCC

A l’origine conçue pour gagner des courses en catégorie Gr. A, elle va dominer les compétitions tourisme sur piste : plus de 1.400 victoires en championnats nationaux, européen et mondial. Roberto Ravaglia remporte le WTCC 1987, pendant que Winfried Vogt l’imitait en ETCC, que Ravaglia empochera à son tour l’année suivante.

1987-M3-Rothmans

Préparée par Prodrive, la M3 « Rothmans » s’impose au Tour de Corse 1987 (Béguin-Lenne), première manche à laquelle elle participe dans le mondial des rallyes ; son unique victoire à ce niveau. Il y eut aussi quelques victoires et titres nationaux.

1988-SiRSCos-Corse

La Sierra, son truc, c’était plutôt le rallye. Si elle ne compte elle aussi qu’une seule victoire mondiale (1988 avec la ‘Panach’ de Auriol-Occelli), elle enchaînera les titres européens et nationaux.

1987-88-89 - SiRSEggenberger

Elle s’impose toutefois aux 24 Hrs du Nürburgring 1988 (Ludwig-Soper-Niedzwiedz) aux 24 Hrs de Spa-Francorchamps1989 (Brancatelli-Schneider-Percy) et même le Japanese Touring Car Championship en 1987 et 1988. Le titre ETCC »Team » lui reviendra aussi en 1988 (« Eggenberger-Texaco »).

1987-190-16-Evojpg

Sierra RS Cosworth et M3 sont des réponses à la Mercedes 190E 2.3-16 soupapes (195 ch) lancée par Mercedes en 1984. La version 2.5 Evolution 195 ch puis Evo2 de 235 ch (photo de droite) seront respectivement commercialisées en 1988 et 1990.