Manu Bouts proche du titre en Division 4 après une nouvelle victoire au général

Avec 73 équipages au départ, les organisateurs de l’Estinnes Auto Club étaient bien récompensés de leurs efforts. La majorité des acteurs du championnat FWB étaient de la partie et ont assumé leurs statuts. En D4, Manu Bouts signe une sixième victoire cette année et se rapproche du titre ainsi que Sébastien Soyeurt en D1-2-3. Néanmoins, c’est Vincent Gallet qui a une nouvelle fois remporté l’épreuve à l’instar de Daniel Simeone du côté des Prov’Historic.

Jérôme Constant s’est essayé avec succès aux pneus de compétition (J. Berger)

Auteur d’un fameux tout droit, comme bien d’autres, sur le premier passage d’une spéciale toujours rapide mais également poussiéreuse, Manu Bouts (BMW Compact) perdait d’emblée une vingtaine de secondes. Parti sur un excellent rythme au volant d’une DS3 R3 qui lui convient toujours aussi bien, « Jé » prenait d’abord la tête pour une première en pneus de compétition. Si Bouts et son copilote Corentin Fiasse repassaient logiquement avec la Compact à moteur 2 litres (et donc bien logiquement engagée en 4-13), le pilote de la DS ne pouvait rêver meilleur résultat puisqu’il devançait lui aussi la première quatre roues motrices du classement. Sur le podium, Laurent Stassin (Mitsubishi Lancer Evo8) remportait également sa première victoire de classe. Dans le top 5, on retrouvait encore les autres propulsions d’Alexandre Guillemin (Nissan 350Z) et Eric Plaisant (BMW M3). Après les abandons mécaniques de Frédéric Lentz et Jean-Claude Jacques, c’est Jean-Marc Larivière qui s’imposait en classe 12.

Une fois encore Vincent Gallet a survolé la D1-2-3 (J. Berger)

Dans les Divisions 1-2-3 où les pneus de tourisme sont obligatoires, l’homme (toujours très) fort s’appelait une nouvelle fois Vincent Gallet. Avec sa terrible 306 et Ludovic Blaton à sa droite, le trio collait non moins de vingt secondes à Frédéric Quoniou (Opel Manta) dès la première boucle. Malheureusement, ce dernier rencontrait trop vite un souci d’embrayage qui le contraignait à l’abandon. Finalement, c’est Hugo Page qui en surprenait plus d’un avec une autre 306 qu’il plaçait sur le podium provisoire devant celle de Sébastien Hiernaux. Malheureux, c’est un cardan qui cassait sur celle de Hiernaux, qui allait aider Sébastien Soyeurt à grimper sur la dernière marche du podium après une jolie remontée. Victime d’un contact avec Jean-Louis Mingeot suite à un tout droit de ce dernier en première boucle, Soyeurt signait le dernier meilleur temps et faisait finalement une nouvelle bonne opération au championnat. Les 306 étaient très à l’aise sur cette spéciale aussi rapide que technique comme le prouvait Quentin Clignet qui suivait ou encore Jean-Louis Delogne qui rentrait dans le top 5 avec sa Peugeot 207 RC. Très régulier sur les épreuves de la région, Philippe Talpe signait une belle sixième place au général à Estinnes.

Dans le top 5 après la première boucle, Philippe Brion démarrait en force avec sa petite mais redoutable VW Polo. Sans surprise, il s’imposait dans la classe 8 réservée aux plus petites cylindrées de la D3. Il précédait même la Peugeot 106 GTi 1600cc de Sylvain Margueritain qui remportait la classe 9 au même titre qu’Axel Blockmans du côté de la D2 où les voitures sont bien moins évoluées. Dans cette classe et aux portes du top 10 derrière Michel Bernard (Toyota Starlet), on retrouvait aussi la nouvelle Seat Ibiza de Thomas Cheron. Quatorzième et vainqueur de la 2-5, Jean-Luc Berleur ne rencontrait pas de concurrence et reprenait un peu de rythme avant de retrouver la DS3 R5 au prochain Rallye Mémorial Dumont. Parmi les vingt premiers, Marvin Chamberlan (106) précédait Joël Borgnet (Suzuki Swift) qui reconnaissait très humblement ne pas pouvoir suivre le rythme de son concurrent. L’honneur des Swift était néanmoins sauvé par Pierre Delfosse qui s’imposait dans la Division 1 où les montures restent strictement d’origine. Enfin, on signalera encore la victoire d’Alexandre Bouche en 2-7 après l’abandon d’Olivier Denis.

Daniel Simeone s’est réconcilié avec Estinnes en décrochant les lauriers en historique (J. Berger)

Si neuf véhicules historiques « Démo » venaient gonfler le plateau, on en retrouvait bien sûr en course, également. Presque toute la journée, Daniel Siméone et Angélique Tartarin survolaient le classement avec l’Opel Kadett GT/E pour s’imposer logiquement. Seul Christophe Devleeschauwer (Ford Escort MK2) parviendra à signer un meilleur temps devant le futur vainqueur. Finalement deuxième, il précédait la nouvelle et très jolie Opel Ascona de Fabrice Despeghel. Au pied du podium, Marc Reynaert (VW Golf) remportait une nouvelle victoire en PH/16.

CLASSEMENTS GÉNÉRAUX

Division 4 :

1. M. Bouts-C. Fiasse (BMW Compact M2000-1er 4/13) en 42’02

2. « Jé »-E. De Bolle (DS 3 R3-1er 4/13) +29″

3. L. Stassin-D. Michel (Mitsubishi Lancer E8-1er 4/14) +1’19

4. A. Guillemin-P. Maes (Nissan 350Z-4/14) +3’21

5. E. et D. Plaisant (BMW M3 E36-4/14) +4’24

6. J-M. Larivière-J. Cuyvers (Citroën C2-1er 4/12) +11’24

(6 classés)

Divisions 1-2-3 :

1. V. Gallet-L. Blaton (Peugeot 306 GTi-1er 3/10) en 42’46

2. H. Page-J. Gibon (Peugeot 306 GTi-3/10) +1’25

3. S. Soyeurt-G. Burniat (Renault Clio RS-1er 3/10) +2’40

4. Q. Clignet-V. Mayné (Peugeot 306 GTi-3/10) +3’05

5. J-L. Delogne-M. Gourmeur (Peugeot 207 RC-1er 3/11) +3’34

6. P. Talpe-D. De Winter (Peugeot 205 GTi-3/10) +3’48

7. P. et J. Brion (VW Polo GT-1er 3/8) +3’48

8. S. Margueritain-X. Lefebvre (Peugeot 106 GTi-1er 3/9) +5’04

9. A. Blockmans-J. Verschielde (Honda Integra Type-R-1er 2/6) +5’04

10. M. Bernard-E. Delpire (Toyota Starlet-3/8) +5’17

11. T. Cheron-A. Evrart (Seat Ibiza-2/6) +5’49

12. J-C. Pintiaux-C. Silien (Opel Astra GSi-3/10) +6’04

13. C. Masse-T. Boulanger (Peugeot 205 Rallye-3/8) +6’27

14. J-L. Berleur-C. Mottin (Citroën Saxo 16v-1er 2/5) +6’31

15. B. Baudoux-M. Rotthier (VW Golf 2 GTi 8v-2/6) +6’54

20. M. Chamberlan-N. Delvaux (Peugeot 106-1er 2/4) +7’54

23. P. Delfosse-Q. Delatour (Suzuki Swift-1er 1/1) +9’20

27. A. Bouche-B. Delcourte (Ford Puma-1er 2/7) +10’38

(33 classés)

Prov’Historic Classic :

1. D. Simeone-A. Tartatin (Opel Kadett GT/E-1er PH/17) en 45’53

2. C. Devleeschauwer-D. Guislain (Ford Escort MKII-PH/17) +24″

3. F. Despeghel-F. Jonckheere (Opel Ascona-PH/17) +1’23

4. M. Reynaert-A. Médart (VW Golf 1 GTi-1er PH/16) + 1’54

5. A. Lacassaigne-D. Durbecq (Volvo 340-PH/17) +6’35

(6 classés)