Les anglophones l’appellent « silly season » cette période de l’année où, dans les coulisses, les managers multiplient les rendez-vous pour placer leurs ‘poulains’ et négocier les contrats en vue de l’année prochaine.

Traditionnellement, le Rallye de Finlande est l’épreuve où beaucoup de choses se décident ou, du moins, celle où les équipes peaufinent les propositions faites aux pilotes dont elles souhaitent s’attacher les services pour la saison à venir.

Durant toute la semaine, bruits et rumeurs ont circulé dans le parc d’assistance de Jyväskylä, où tous les managers influents ont déambulé et rencontré une fois encore les responsables de chaque équipe. Un processus déjà bien entamé en Sardaigne pour la plupart.

Petit tour d’horizon en mode « fiction » des éventuels transferts et de la composition envisageable – mais totalement subjective – de chaque équipe pour la saison 2019…

Photo Red Bull Media

Hyundai: Thierry Neuville, Andreas Mikkelsen, Dani Sordo

A tout seigneur, tout honneur. Commençons par l’équipe en tête des deux championnats. Pour quelle raison Thierry Neuville voudrait-il changer de crèmerie? Désormais chef de file reconnu de l’équipe coréenne, il devrait logiquement prolonger sa coopération avec Hyundai. Et il paraîtrait même que c’est déjà signé… Pour Andreas Mikkelsen, il n’y a pas le moindre suspense puisqu’il est l’un des deux pilotes du WRC déjà sous contrat pour 2019. Quant à Dani Sordo, il est l’équipier idéal: fiable, régulier et gros pourvoyeur de points. Et il sera heureux s’il a un programme complet.

M-Sport Ford: Sébastien Ogier, Jari-Matti Latvala, Elfyn Evans

Même raisonnement que pour Neuville: pour quelle raison Ogier quitterait-il cette équipe prête à tout pour le garder et où il se sent bien? Tout ce qu’il demande, en plus d’un salaire justifié par son statut, ce sont des garanties techniques. Jari-Matti Latvala de retour chez Ford? C’est une possibilité parfaitement envisageable. Et avec Malcolm Wilson, le Finlandais pourrait peut-être trouver cette sérénité qui lui fait aujourd’hui défaut chez Toyota, où Tänak a très vite fédéré les efforts. Quant à Elfyn Evans, même s’il ne réalise pas une très bonne saison, il est l’équipier parfait pour une 3e voiture. Sauf évidemment si Hayden Paddon se voit offrir sa chance par le patron anglais de M-Sport. Dans cet environnement, le kiwi pourrait se refaire une santé.

Toyota: Ott Tänak, Kris Meeke, Teemu Suninen

Pour Ott Tänak, les choses sont claires: il est le deuxième pilote du WRC déjà sous contrat pour l’an prochain. Tommi Mäkinen aime prendre des risques et il apparaît qu’il serait prêt à offrir sa chance à Kris Meeke s’il ne parvenait pas à conserver Esapekka Lappi au sein du team. Si l’on voyait voici quelques semaines difficilement Latvala et Lappi continuer à cohabiter sous le même toit, il semble aujourd’hui que Toyota pourrait peut-être perdre le jeune Finlandais, courtisé par d’autres. Quant à Teemu Suninen, le moment semble idéal pour son manager Timo Jouhki de miser davantage sur lui en 2019 et de convaincre son ami Tommi Mäkinen de l’engager.

Citroën: Esapekka Lappi, Mads Ostberg, Craig Breen

Abu Dhabi sera-t-il toujours le partenaire du team français l’an prochain? De la réponse à cette question dépendent pas mal de choses. Si Ogier et Neuville choisissent de rester fidèles à leur team actuel, le seul « ténor » potentiel réellement intéressant est finlandais et s’appelle Esapekka Lappi. Mais il est jeune et aussi fougueux qu’assoiffé de victoires… En Finlande, Mads Ostberg a marqué de gros points au propre comme au figuré. Mais difficile d’en faire un leader pour une saison complète. Idem pour Craig Breen, qui peut être un équipier parfait pour la 3e voiture. Encore faut-il que Citroën puisse aligner partout trois C3 WRC en 2019 sans devoir en réserver une à un sponsor qui joue avec le deuxième groupe des R5 du WRC-2.