Le pilote de la Ford Fiesta R5 s’impose en d4, celui de l’Opel Astra en D1-2-3

Bruno Parmentier a conquis sa première victoire en rallye (J. Berger)

Sur des spéciales dignes du Rallye d’Ypres, le Rallye de Tournai a encore fait l’unanimité sur la beauté de son parcours. Parmi les trois R5 qui se retrouvaient sur le podium final, c’est celle de Bruno Parmentier qui s’imposait. En pneus de tourisme, Julien Delleuse était une fois de plus très à l’aise sur ceparcours aussi rapide que technique. Côté « historiques », les Néerlandophones
étaient également de la partie et c’est Rik Vannieuwenhuyse qui l’emportaitune nouvelle fois en « Classic » au même titre que Jean Degreef en « SR ».

Avec ses nombreuses cordes, parfois très profondes, le Rallye de Tournais’apparente aux nombreux tracés flandriens avec son fameux Mont-Saint-Aubert plus vallonné à l’image du Kemmel, côté yprois. Auteur du premier meilleur temps, Rudy Bouvart (Toyota Celica GT-Four) jouait avec les R5 puisqu’il rentrait après la première boucle avec quatre secondes seulement de retard sur Bruno Parmentier (Ford Fiesta R5). Malheureusement, pour le propriétaire de la mythique japonaise, une crevaison entraînait une casse mécanique qui le contraignait à en rester là. Non loin, Christophe
Devleeschauwer (Fiesta R5) précédait Philip Eggermont (Skoda Fabia R5) qui n’avait pas d’autre choix que d’échanger son baquet avec Frédéric Miclotte, suite à un retrait de permis. Sur une épreuve qu’il a trouvé magnifique, le récent champion du monde »copilote » en WRC Trophy montrait également tout son talent au volant, avec Philipp qui n’avait plus lu les notes depuis 1984 ! Finalement, ils repassaient Devleeschauwer suite à quelques soucis mécaniques rencontrés par ce dernier. Au sein de ses établissements où se situe le PC de l’épreuve, Manu Cantraine était une nouvelle fois maudit quand la boîte de sa Mitsubishi Lancer Evo9 cassait avant la dernière spéciale. Nouveau propriétaire de la Porsche 997 GT3-ex Buyse, Jean-Louis De Roeck se sentait très rapidement à l’aise dans une monture qu’il qualifiait être faite pour lui. Au sein du top 5, on retrouvait encore la Subaru Impreza de Xavier Beel dans une Division 4 où 21 voitures voyaient l’arrivée. Seule traction dans le top 10, la Ford Fiesta Super 1600  de Grégoire Coulembier remportait bien sûr la classe 12 au même titre que Jeroen Van Wanseele en 4-13 sur sa Ford Escort.

Julien Delleuse s’est brillamment imposé en D1-2-3 (J. Berger)

Face aux quatre roues motrices et voitures de hautes performances de la D4 où les pneus de compétition sont autorisés, le classement des D1-2-3 était une nouvelle fois très animé. Le panachage des voitures de différentes générations, toutes obligatoirement chaussées de pneus de tourisme a apporté un beau compromis sur les épreuves communautaires. Auteur du premier scratch, Jean-Yves Lejeune (Citroën DS3 R3) partait à l’erreur dans la spéciale suivante où Julien Delleuse « assommait » la concurrence avec son Opel Astra GSi 16v. Et derrière lui, ce sont les locaux Maxime Larivière (Peugeot 205) et Peter Vanderhauwert (pour une première fois en Opel Manta i240) qui suivaient. En fin de première boucle, Steve Vermeiren (Renault Clio RS) revenait également sur le podium provisoire. Comme Bouvart, il était malheureusement contraint à l’abandon suite à une crevaison dans une mauvaise terre, terre qui aura clairement animé l’épreuve. Finalement, Lejeune revenait logiquement sur Larivière qui fêtait son podium comme une victoire à domicile. Vanderhauwert suivait devant père et fille Daco, Alain et Zoé, qui imposaient largement leur Clio de classe 6 et s’immisçaient dans le top 5 final.

sur la dernière marche du podium en d1-2-3, Maxime Larivière a étonné (J.Berger)

Huitième après la première boucle devant Benoit Mathy (VW Polo), Arnaud Vincke était déchaîné avec sa 205 de classe 8. Malheureusement, son manomètre d’essence lui jouait des tours et il devait en rester là, offrant la victoire à Mathy. Au fil de la journée et après la rapide sortie de Sébastien Luis, Benjamin Wampach (Citroën C2-R2 Max) remontait sixième devant le local Jordan Leroy (Clio RS). Dans le top 10, on retrouvait encore la petite Opel Corsa de Benoit Coenart qui remportait joliment sa classe 5. Après le rapide abandon mécanique de la Citroën AX de Julien Delmoitiez, Dylan Chamberlan (Peugeot 106) rejoignait l’arrivée de son premier rallye avec la victoire de classe 4. Juste derrière, à la 18ème place du général, Julien Biltresse (Ford Fiesta) gagnait en classe 7 au même titre qu’Alexandre Vancoillie (Citroën C2) dans la classe 2 de la D1 réservée aux voitures d’origine.

Rik Vannieuwenhuyse s’est une nouvelle fois imposé en PH Classic (J. Berger)

En Prov’Historic Classic, Sam Warnez (Ford Escort) sortait trop vite de la route dès la première spéciale. Rik Vannieuwenhuyse avait donc moins de difficultés à imposer son Escort similaire avec des chronos de premier ordre, bien devant l’Opel Kadett C de Dany Vancoillie et l’autre Escort d’Etienne-Philippe Courtin. Au pied du podium, Rudy Buyse remportait sa classe 18 avec sa Porsche 911. Enfin, Jean Degreef (VW Golf) remportait la victoire en solitaire et au général en Prov’Historic S/R où les anciennes diffèrent de la fiche d’homologation de l’époque.
CLASSEMENT GÉNÉRAUX
Division 4 :
1. Br. Parmentier-H. Delorge (Ford Fiesta R5-1er 4/14) en 1h19’34
2. Ph. Eggemont-Fr. Miclotte (Skoda Fabia R5-4/14)+43’’
3. Chr. Devleeschauwer-A. Bourdeaud’hui (Ford Fiesta R5-4/14) +1’41
4. J-L. De Roeck-L. Blaton (Porsche 997 GT3-4/14) +2’58
5. X. Beel-J. Catelin (Subaru Impreza-4/14) +3’07
6. St. T’Joens-Gr. Passchyn (Mitsubishi Lancer Evo10-4/14) +3’35
7. J-E. Masquelier-V.Therin (BMW M3-4/14) +4’53
8. Chr. Guillemin-D. Segers (Porsche 997 GT3-4/14)+4’55
9. V. Vandenabeele-M. Lambrecht (BMW E90 M3-4/14) +5’46
10. Gr. Coulembier-H. Derde (Ford Fiesta Super 1600-1er 4/12) +6’11
13. J. Van Wanseele-Kr. Durie (Ford Escort-1er 4/13) +9’54
(21 classés)
Divisions 1-2-3 :
1. J. Delleuse-G. Burniat (Opel Astra GSi 16v-3/10) en 1h24’41
2. J-Y. Lejeune-A. Mawet (Citroën DS3-R3-3/10) +25’’
3. M. Larivière-J. Manderickx (Peugeot 205 GTi-3/10) +36’’
4. P. Vanderhauwaert-D. Desnerck (Opel Manta-1er 3/11) +1’33
5. A. et Z. Daco (Renault Clio RS-1er 2/6) +3’55
6. B. Wampach-J. Lamborelle (Citroën C2-R2 Max-1er3/9) +6’02
7. J. Leroy-L. Rousseau (Renault Clio RS-2/6) +6’51
8. B. Mathy-M. Bastaits (VW Polo-1er 3/8) +6’58
9. B. Coenart-Gr. Delleuze (Opel Corsa-1er 2/5) +7’51
10. Ph. Talpe-B. Tilly (Peugeot 205 GTi-3/10) +7’55
11. Br. Lehoucq-O. Verheye (BMW M3-3/11) +8’06
12. Fr. Cornil-R. Boterman (Renault Clio-3/10) +8’18
13. J. Vandenabeele-J. Leys (Honda Civic-2/5) +8’22
14. M. Michaux-M. Ernoux (Peugeot 106-2/5) +8’58
15. V. Vandenberghe-C. Nollens (Peugeot 206-2/5) +10’29
17. D. Chamberlan-St. Rondeaux (Peugeot 106-1er 2/4) +14’20
18. J. Biltresse-M. Wantier (Ford Fiesta-1er 2/7) +16’17
21. A. et C. Vancoillie (Citroën C2-1er 1/2) +22’13
(21 classés)
Prov’Historic Classic :
1. R. Vannieuwenhuyse-K. Deroo (Ford Escort-1er PH/17) en 1h27’19
2. D. Vancoillie-Bj. Depoortere (Opel Kadett C-PH/17) +1’15
3. E-Ph. Courtin-L. Vancrombrugge (Ford Escort-PH/17) +3’00
4. R. Buyse-A. Balanger (Porsche 911-1er PH/18) +3’16
5. B. Heymans-H. Debroyer (Datsun Violet-PH/17) +6’05
(7 classés)
Prov’Historic S/R :
1. J. Degreef-R. Bridoux (VW Golf-1er PH/SR) en 1h30’33
(1 classé)