Julien Delleuse s’impose à nouveau en Divisions 1-2-3

Un arrivée et une victoire finale qui font du bien à Cédric De Cecco (J. Berger)

En ce dernier week-end de printemps, le championnat de la Fédération Wallonie-Bruxelles des rallyes avait établi ses quartiers à Braine-le-Comte pour le toujours très attendu Rallye de la Haute-Senne. Tête d’affiche de la Division 4, Cédric De Cecco a effacé un début de saison calamiteux en dérochant une victoire incontestable. Dans les Divisions 1-2-3, Julien Delleuse s’est imposé comme en 2018 mais a dû se cracher dans les mains jusqu’au bout. Même scénario en Prov’Historic « Classic », où Patrick Deblauwe doublait lui aussi la mise alors que Jean-Pierre Van de Wauwer survolait le classement « S/R ».

Pour son 15ème anniversaire, l’épreuve brainoise ne dérogeait pas aux bonnes habitudes en accueillant à nouveau du beau monde au départ de la Grand-Place de Braine-le-Comte. « Nous avons pourtant mal débuté avec une première spéciale annulée suite au vol de plusieurs ballots de paille durant la nuit. La gestion de la course en cours de journée ne fut guère aisée non plus. Nous retiendrons plutôt que nous avions la chance de proposer une affiche réunissant plusieurs pilotes d’expérience sur des montures de premier plan. Le tout sur un parcours à nouveau remanié qui a fait l’unanimité chez l’ensemble des 130 participants », déclarait Eddy Limbourg, Président du Braine Auto Club.

Malchanceux en début de saison au niveau national, Cédric De Cecco avait choisi le Rallye de la Haute-Senne pour se refaire une santé. Objectif atteint pour le pilote liégeois qui évoluait au-dessus de la mêlée tout au long de la journée en Division 4, ne laissant qu’un seul scratch à la concurrence. « Je n’avais jamais mis les roues ici et je pense même que je ne m’étais jamais rendu à Braine-le-Comte auparavant. J’ai découvert un parcours superbe et même plus agréable que certaines épreuves du championnat de Belgique. Nous ne nous attendions pas à démarrer aussi bien en 1ère boucle. Nous avons donc continué sur ce rythme en balayant diverses possibilités de réglages me permettant de parfaire ma connaissance de la Skoda Fabia R5 que je retrouverai au Rallye de la Semois, début septembre », confiait, ravi, le vainqueur du jour. De parfaire son expérience, il en était aussi question juste derrière pour Christophe Verstaen, qui confiait commencer à réellement s’amuser sur la Ford Fiesta R5 qu’il a acquis en début d’année, comme en témoigne son scratch lors de l’ultime spéciale du rallye. Le Luxembourgeois Steve Fernandes plaçait quant à lui sa Skoda Fabia R5 sur la dernière marche du podium, au nez et à la barbe du local Rudy Bouvart dont la Toyota Corolla WRC arborait une livrée rappelant sa période de gloire en championnat du monde des rallyes il y’a… 20 ans déjà ! Les Mitsubishi Lancer Evo garnissaient la majeure partie du top 10. Leader du championnat, Johnny Vanzeebroeck classait la sienne au 5ème rang s’octroyant le luxe de devancer la Subaru Impreza WRC S14 du luxembourgeois Patrick Gengler qui précédait lui-même les exemplaires de Laurent Stassin (7ème) et Jimmy D’Hondt (8ème). Neuvième, Didier Bosseloir son montrait impérial en classe 13 sur son habituelle Honda Civic R3. Yves Josse et Joseph Lejeune se chargeaient, quant à eux, de décrocher les lauriers respectivement dans les classes 12 et 15. Moins de chance par contre pour les autres Mitsubishi Lancer des anciens champions communautaires Jos Pennartz (mécanique) et Manu Cantraine (sortie) contraints à l’abandon, tout comme l’une des « attractions » de l’épreuve qu’était la présence l’authentique Peugeot 306 Maxi ex-Van de Wauwer aux mains de Lionel Hansen (moteur cassé dans l’ES6).

Julien Delleuse a du patienter un peu avant de connaitre un dénouement favorable en D1-2-3 (L. Jacquemin)

En D1-2-3, où les pneus de tourisme sont obligatoires, Julien Delleuse s’est imposé comme l’an dernier sur son Opel Astra GSi personnelle. Les nombreuses neutralisations ont cependant rendu le dénouement final longtemps incertain : « Nous savions que nous étions en lutte à la seconde face à Stéphane Hubin mais il était difficile de se faire une idée du classement précis alors nous avons attaqué tous les 2 jusqu’au dernier mètre. Je m’impose finalement pour la seconde année consécutive avec la même voiture mais un copilote différent ce qui me fait bien plaisir puisque, malgré ses 30 ans d’activités à ce niveau, Jean-François Riga n’avait encore jamais décroché une victoire au général. Je suis donc ravi de lui offrir cette belle première », expliquait le vainqueur lorsque le verdict final tombait enfin. Dauphin de Delleuse, Stéphane Hubin n’aura pas démérité avec son encombrante Opel Omega et confirmait qu’il fait désormais partie des concurrents à surveiller pour la victoire au sein des divisions 1-2-3. Il pourra se consoler avec la victoire en classe 11. Sur la dernière marche du podium, Eddy Marique (Opel Astra GSi) était satisfait de sa prestation et reconnaissant humblement ne pas pouvoir aller chercher les 2 hommes de tête à la régulière. Il devançait « Jé » d’une vingtaine de secondes, meilleur représentant des DS3 R3 devant Jean-Julien Gaudin (Peugeot 306 GTi) et Daniel Simeone (Opel Manta i240) classés dans la même seconde et dans cet ordre. Au 7ème rang, Sébastien Luis remportait la classe 9 sur son habituelle Citroën C2-R2 Max. Les autres catégories souriaient à Loïc Dumont, impérial dans la 5 avec sa Peugeot 106 GTi, Charles Rousseau (Renault Clio RS), tout aussi à l’aise dans la 6 et Anthony Delaunoy (Opel Corsa GT), brillant dans la 8. Malchanceux lors de la manche précédente au Claudy Desoil Rally, Julien Delmoitiez se vengeait ici en triomphant dans 4 alors que le néerlandophone Wauter Derboven s’imposait en solitaire dans la 2 sur sa Ford Ka.

« Vande » garde le pied lourd en Prov’Historic où il s’impose largement en « S/R » (J. Berger)

Du côté des ancêtres, Jean-Pierre Van de Wauwer ne trouvait personne à qui parler en « S/R ». L’ancien champion de Belgique des rallyes (1998) se montrait totalement satisfait de sa Lancia Beta MC qu’il menait sur la plus haute marche du podium. Derrière lui, le revenant Carol Canone était lui aussi enchanté de terminer en dauphin de « Vande », dix ans après avoir raccroché son casque, toujours sur une Ford Escort MK2 naturellement. Alain Mattart (BMW E30) et Guy Wauthier (Opel Ascona B) complétant utilement le classement général. En « Classic », Christophe Daco, dominateur jusqu’alors, vivait un injuste coup de sort lorsqu’il était ralenti par des problèmes mécaniques dans la toute dernière spéciale du rallye. Le pilote de la Ford Escort MK2 laissait la victoire finale à l’autre exemplaire de Patrick Deblauwe pour 28″. Avec son originale Datsun Violet, Benny Heymans complétait le trio victorieux devant Rudy Buyse (Porsche 911), lauréat de la classe 19 et Jochen Brichau (VW Golf 1 GTi) qui en faisait de même dans la 17. Au 11ème rang final, Marvin Jussiant (Opel Corsa) enlevait pour sa part la classe 16.

Patrick Deblauwe s’est vu offrir la victoire sur un plateau d’argent en « Classic » (J. Berger)

Après quelques semaines de vacances bien méritées le championnat reprendra son rythme de croisière dès le début du mois d’août pour les Boucles Chevrotines.

CLASSEMENT GERZEAUX

Division 4 :

1. C. De Cecco-J. Humblet (Skoda Fabia R5-1er 4/14) en 1h07’36

2. C. Verstaen-K. Botson (Ford Fiesta R5-4/14) +1’22

3. S. Fernandes-K. Fernandez (Skoda Fabia R5-4/14) +2’22

4. R. Bouvart-D. Bostoen (Toyota Corolla WRC-4/14) +3’01

5. J. Vanzeebroeck-C. Vandercruys (Mitsubishi Lancer E10-4/14) +3’23

6. P. Gengler-K. Krüger (Subaur Impreza WRC S14-4/14) +5’39

7. L. Stassin-D. Michel (Mitsubishi Lancer E8-4/14) +6’55

8. J. D’Hondt-D. Vanrijkelen (Mitsubishi Lancer E10) +7’13

9. D. Bosseloir-S. Creffier (Honda Civic R3-1er 4/13) +7’52

10. G. Jacoby-J. Mersch (DS3 R3-4/13) +9’44

13. Y. Josse-D. Bourga (Peugeot 206 XS-1er 4/12) +11’21

20. J. Lejeune-Y. De Mol (Subaru Impreza GT-1er 4/15) +14’16

(24 classés)

Divisions 1-2-3 :

1. J. Delleuse-J-F. Riga (Opel Astra GSi 16v-1er 3/10) en 1h14’48

2. S. Hubin-E. Defourny (Opel Omega-1er 3/11) +18″

3. E et C. Marique (Opel Astra GSi 16v-3/10) +2’12

4. « Jé »-De Bolle (DS 3 R3-3/10) +2’32

5. J-J. Gaudin-A. Houbotte (Peugeot 306 GTi-3/10) +3’00

6. D. Simeone-A. Tartarin (Opel Manta i240-3/11) +3’00

7. S. Luis-J. Vanlanguenakers (Citroën C2-R2 Max-1er 3/9) +3’27

8. S. Grosjean-J-M. Piret (Peugeot 205 GTi-3/10) +4’34

9. P. Bourgeois-S. Kairis (DS 3 R3-3/10) +4’55

10. J-L. Morel-D. Coppens (BMW M3 E36-3/11) +5’08

11. A. Kirsch-J-P. Blaton (Opel Corsa GSi-3/9) +5’55

12. E. Balthasar-V. Jadot (Peugeot 309 GTi 16-3/10) +6’19

13. L. Dumont-L. Gillet (Peugeot 106 GTi-1er 2/5) +6’27

14. B. Heine-L. Secrétin (Peugeot 106 GTi) +8’16

15. C. Rousseau-D. Grenier (Renault Clio RS-1er 2/6) +8’45

18. J. Delaunoy-G. Sampoux (Opel Corsa GT-1er 3/8) +9’07

28. J. et A. Delmoitiez (Citroën AX Sport-1er 2/4) +11’48

35. L. Derboven-N. Leroy (Ford Ka-1er 1/2) +15’21

(44 classés)

Prov’Historic Classic :

1. P. Deblauwe-J. Lemaire (Ford Escort MK2-1er PH/18) en 1h17’33

2. C. Daco-M. Sevrin (Ford Escort MK2-PH/18) +28″

3. B. Heymans-H. de Broyer (Datsun Violet-PH/18) +2’48

4. R. Buyse-A. Balanger (Porsche 911-1er PH/19) +6’21

5. J. Brichau-L. Schollaert (VW Golf GTi-1er PH/17) +6’47

11. M. Jussiant-F. Hannot (Opel Corsa-1er PH/16) +20’22

(13 classés)

Prov’Historic S/R :

1. J-P. Van de Wauwer-G. Surinx (Lancia Beta MC-PH/SR) en 1h17’50

2. C. Canone-B. Piedboeuf (Ford Escort MK2-PH/SR) +3’54

3. A. Mattart-C. De Mol (BMW E30-PH/SR) +11’00

4. G. Wauthier-P. Somville (Opel Ascona B-PH/SR) +11’38

(4 classés)