À l’occasion de cette 45e édition du Rallye du Condroz, l’équipe MY Racing voulait célébrer en beauté le dixième anniversaire de sa création. C‘est en effet en 2008 qu’Yves Matton mettait sur pied cette nouvelle structure, toujours basée aujourd’hui le long de la Nationale 90 à Huy. Fidèle depuis sa naissance à Citroën, MY Racing aligne cette année en bord de Meuse deux Citroën C3 R5 – une première en Belgique ! – ainsi que la Citroën DS3 WRC de son ancien patron, aujourd’hui Directeur des Rallyes à la FIA.

Fidélité

L’histoire de MY Racing est étroitement liée à la marque Citroën. Mieux encore, c’est même de fidélité absolue qu’il faut parler entre la structure hutoise et la marque au double chevron. « MY Racing a été créé par Yves Matton en 2008 pour assurer la distribution des pièces Citroën Racing en Belgique, aux Pays-Bas, au Luxembourg et en Allemagne », rappelle Sandrine Wanson, qui préside aujourd’hui aux destinées de l’équipe. « Très rapidement, cette activité s’est développée puisque MY Racing a assuré l’engagement d’une Citroën C2 Super1600 pour Hans Weijs Jr en Junior WRC, mais aussi par exemple la construction de la première Citroën C2 R2 Max pour Thierry Neuville en Belgique. Notre équipe a aussi été la première à aligner en Championnat du Monde la Citroën DS3 R5 grâce au titre conquis l’année précédente avec Sébastien Chardonnet en Citroën DS3 R3T dans le cadre du Citroën Top Driver, mais aussi en WRC-3. »

Entre MY Racing et le Rallye du Condroz, l’histoire est belle aussi. En 2008 déjà, l’équipe hutoise mettait sur pied une « opération spéciale » en assurant la présence au départ sur une Citroën C2 R2 Max du tout nouveau Champion du Monde Junior, un certain… Sébastien Ogier. « Bruno Thiry et Nicolas Gilsoul étaient aussi de la partie sur la même monture », se remémore avec plaisir Sandrine Wanson. « Et depuis quelques années, MY Racing participe activement à la mise sur pied systématique d’opérations de ce type sur le Rallye du Condroz. Tout le monde se souvient évidemment de la venue de Sébastien Loeb, de Petter Solberg, de Kris Meeke, d’Yvan Muller ou encore de Craig Breen. L’an dernier, nous avions eu le plaisir de retrouver Bruno Thiry et François Duval sur des DS3 R5 sous notre auvent dans le cadre de l’opération Belgian Battle. Et la paire Thiry-Prévot réunie à cette occasion nous avait offert une très belle cinquième place. »

 

Deux Citroën C3 R5 chez MY Racing

Cette année, pour fêter comme il se doit ses 10 années d’existence, MY Racing alignera au Rallye du Condroz deux Citroën C3 R5. « C’est un honneur et une belle récompense pour notre équipe de pouvoir engager à Huy deux exemplaires de la nouvelle arme de Citroën Racing pour la compétition-client », se réjouit Luc Manset, Responsable Logistique et Coordination de MY Racing. « Avec Stéphane Lefebvre, nous pouvons sans aucun doute compter sur le pilote qui connaît le mieux cette C3 puisqu’il en a assuré une bonne partie du développement pour Citroën Racing. Quant à Xavier Baugnet, c’est un plaisir de le retrouver au sein de notre équipe. Par le passé, nous avons déjà souvent travaillé ensemble. Et évidemment, nous sommes aussi ravis de retrouver Yves Matton, qui reste fidèle à l’équipe qu’il avait créée voici dix ans déjà. Une équipe qui continue à se développer, notamment au travers de sa division historique MY Vintage, et qu’a d’ailleurs rejoint récemment son fils, Clovis, pour s’occuper notamment de l’aspect marketing. »

Objectif la victoire

Référence absolue de la catégorie R5, le Français Stéphane Lefebvre retrouvera à Huy celle qui est aussi sa monture en Championnat du Monde WRC-2, la Citroën C3 R5 : « C’est un véritable plaisir pour moi de revenir au Condroz. J’en serai cette année à ma quatrième participation. La première, c’était en Peugeot 208 R2 en 2013. En 2015 tout comme en 2016, j’avais terminé deuxième au volant d’une Citroën DS3 R5. La première fois avec Pieter Tsjoen à ma droite et la seconde avec Xavier Portier, que je retrouve avec plaisir cette année. Mon objectif ? Impossible de faire moins bien ! Donc je vise évidemment la victoire. »

Face à une meute d’autres R5, menées notamment par les meilleurs spécialistes locaux mais aussi un certain Kris Meeke, la tâche de Stéphane s’annonce ardue. Mais le Nordiste est particulièrement motivé : « Je m’attends à une belle bagarre. Par rapport à 2016, le tracé de cette année me semble moins compliqué et surtout plus rapide. Ce type de parcours m’est évidemment assez familier, mais il faudra voir comment adapter la Citroën C3 R5 au terrain, qui est quand même spécifique en raison d’un ‘grip’ général assez faible. Cependant, je ne cache pas que je suis là uniquement pour gagner… »

 

Nouvelle monture

Pour Xavier Baugnet, l’ambition est naturellement plus mesurée, même si le pilote de Warzée a déjà terminé au pied du podium du Rallye du Condroz. C’était en 2015. « Hormis un rallye-sprint, je n’ai plus roulé depuis deux ans. Et certainement pas avec une R5. Je vais donc devoir me remettre dans le bain », concède le local  de l’étape. « J’aurais beaucoup de choses à découvrir. La monture déjà, puisque mes précédentes participations en R5 s’étaient faites en Ford. Ensuite, ce sera aussi mon premier rallye avec André Leyh à ma droite. Et enfin, je découvrirai aussi les pneus Hankook. Ce projet a été monté en à peine quinze jours et je tiens à remercier MY Racing pour cette opportunité unique. Je mesure la chance que j’ai de pouvoir disputer ce Rallye du Condroz en Citroën C3 R5. »

Zéro stress pour le numéro 0

Sous l’auvent MY Racing, les deux Citroën C3 R5 seront rejointes par un autre produit emblématique de Citroën Racing, la DS3 WRC. Cette année, Yves Matton évoluera en voiture ‘0’ avec celle qui a rapporté à la marque au double chevron pas moins de 25 victoires mondiales. « Initialement, je voulais cette année disputer le Rallye du Condroz sur une Citroën C3 R5, mais avec mes nouvelles responsabilités à la FIA, je n’ai absolument pas eu le temps de me préparer correctement. Et une R5 réclame beaucoup de préparation pour être dans le coup, » explique Yves Matton, qui retrouvera cette année encore l’équipe qu’il avait fondée en 2008.

Dès lors, le choix du nouveau Directeur des Rallyes à la FIA s’est porté sur une Citroën DS3 WRC qui sera alignée en voiture ‘0’ : « J’avais toujours dit que je voulais un jour piloter au Condroz chacune des WRC de Citroën. Hormis évidemment la nouvelle C3, c’est ce que j’ai fait. Et des diverses WRC de Citroën, c’est la DS3 qui m’a procuré le plus de plaisir. Voilà pourquoi c’est celle que j’ai choisie pour cette année. Et puis, être présent sur un Rallye du Condroz au volant d’une WRC sans le stress du chrono et de la compétition, c’est vraiment parfait. »  

Source: Com