Après un gros Kodiaq avec lequel il a réellement abordé le marché du SUV (Sport Utility Vehicle), et avant un futur modèle citadin proche du cousin SEAT Arona, Škoda présente son deuxième élément dans un gabarit compact (32 cm de moins que le Kodiaq) qui devrait rapidement en faire une des ventes majeures de la marque. Impressions au bout de quelques centaines de kilomètres parcourues avec le nouveau Karoq. (Marc Lacroix)

 

 

Base : Plateforme partagée avec VW Tiguan.

 

Design : Tout à fait dans l’esprit Škoda, c’est à dire simple et efficace ; très inspiré Kodiaq (calandre, antibrouillards élevés en milieu de bouclier sous optiques principaux, passages roues carrés…).

 

Une des rares originalités du Karoq, le dessin de ses feux arrière.

 

Habitacle : Planche de bord sobre réalisée en matériaux moussés ; ergonomie intuitive ; remarquable qualité d’assemblage.

 

Equipement : Possibilité de remplacer compteurs traditionnels par « cockpit virtuel » ; interface multimédia 9.2 ; Apple Car Play/ Android Auto/ Mirror Link ; hotsport WiFi optionnel ; nombreuses astuces typiquement Škoda : parapluie caché sous siège passager, grattoir pare-brise dans trappe à carburant, tapis de sol réversible dans le coffre, cordage de maintien dans vide-poches de portes, rangements coffre, crochets ajustables, lampe nomade, cache-bagage déroulant fixé au hayon…

 

Places arrière assez haut perchées ; pas vraiment fait pour les plus de 1.80m… ; option Varioflex (3 sièges indépendants amovibles transformables en configuration 2 places par glissement des assises) ; dossier ajustable en inclinaison et se rabattent… et démontables.

 

Coffre : 521/ 1810 litres modulable.

 

Finitions/ Prix : Ambition & Style (finition chromée contours vitres et barres de toit, feux diurnes LED…) ; dès 25.850€ ; 13 teintes, dont 10 métallisées, toutes optionnelles (sauf le bleu) de 295 à 895€ ; jantes alliage 16 pouces en série, 17′ et 18′ en option (Ambition) ; plusieurs jantes alliage 17′ et 18′ au choix sans supplément de prix (Style) et 19 pouces optionnelles.

 

Moteurs : testé, 3 cylindres TSI 1.0-115 ch ; aussi en essence TSI 1.5-150 ch ACT (désactivation de cylindres) et diesels TDI 1.6-115ch ou 2.0-150 et 190 ch ; selon les cas possibilité transmission 4×4 et boîte DSG7 (les 2 d’office avec TDI 190).

Sécurité/ Aides Conduite : Assistant Maintien Trajectoire, Assistance Frontale/ Reconnaissance Prédictive Piétons, Détecteur Angle Mort, Alerte Trafic Arrière, Régulateur Adaptatif/ Assistant Trafic Embouteillage, Reconnaissance Panneaux Signalisation, Assistant au Parking (épis avant, créneau, mise en place/ sortie emplacement, transmission intégrale 4×4 avec mode off-road/ système blocage différentiel EDL.

 

Sur route : Comportement davantage sain et confortable que dynamique ; train avant précis ; mouvements de caisse bien contenus ; bonne insonorisation.

 

Version testée : TSI 1.0-115 ch Style ; 28.450€ de base ; 38.190€ options comprises (sellerie cuir, sièges av/arr chauffants, Park Assist, Détection Fatigue, Assistant Maintien de Ligne, Détecteur Angle Mort, Lecture Panneaux Signalisation, toit ouvrant panoramique, attache-remorque amovible, Varioflex, Sound System Canton…)

 

Moteur souple, discret et efficace ; l’étagement de boîte aurait peut-être pu être un rien plus court ; il ne faut pas demander l’impossible au petit 3 cylindres mais il se montre volontaire ; idéal pour rouler en « bon père famille ».

 

Agréable à l’œil, bien qu’il présente des traits relativement classiques, fort bien conçu et pensé intelligemment, avec un esprit qui rappelle la polyvalence des monovolumes (modularité, praticité), le Karoq respecte la philosophie maison en affichant un rapport qualité/ prix imbattable. S’il n’égale peut-être pas le niveau du cousin VW Tiguan, ce n’est pas nécessairement le tchèque qui partira battu au moment de choisir !