La boucle de Pisco à Pisco était le premier gros morceau de ce Dakar 2018 et elle n’a pas déçu! Responsable du parcours, Marc Coma avait multiplié les difficultés avec de nombreux changements de cap, des pistes se croisant dans tous les sens et des dunes difficiles à franchir. Dès lors, il fallait à la fois éviter de « jardiner », mais aussi de se planter dans le sable mou. Tâche d’autant plus difficile que les Autos ouvraient cette fois le parcours.

Et comme il fallait s’y attendre, Nasser Al-Attiyah a souffert, comme les autres pilotes Toyota qui évoluaient aux avant-postes. Pour le Qatari, c’était un peu le cauchemar, son copilote, Mathieu Baumel « repeignant » le tableau de bord du Toyota Hilux, victime d’un mal de mer pas si rare dans les dunes…

« Ce n’était pas facile d’ouvrir toute la journée, reconnaissait Nasser Al Attiyah. En plus, Mathieu est hélas tombé malade au bout d’une centaine de kilomètres. Mais demain est un autre jour, il aura repris des forces, on aura des ouvreurs pour nous faire la trace et on répondra présents. »

(Photo Overdrive Media)

Au final, le premier leader du rallye perdait près de 15 minutes, chutant à la 5e place du classement général. Quatrième de l’étape à 7’26 », Giniel De Villiers est ce soir le premier pilote Toyota au général, occupant la 3e place provisoire. Même s’il était bien parti, Ten Brinke concédait pour sa part près de 20 minutes ce dimanche.

Dans les rangs de Mini, cette étape était tout simplement catastrophique avec l’énorme vol plané de Bryce Menzies, qui détruisait son Buggy. Pour l’autre Buggy de Yazeed Al-Rajhi, c’était une collision au sommet d’une dune avec son équipier Garafulic qui avait raison de ses espoirs, les deux pilotes devant attendre leur assistance et perdre de nombreuses heures.

(c) Twitter @Quique_Naranjo

A l’arrivée de cette 2e étape, la meilleure Mini était la version 4×4 de Terranova, 5e à 12’53 ». Sur son Buggy, Mikko Hirvonen s’est classé 7e à 13’50 », juste devant Al-Attiyah.

Les grandes gagnantes de cette deuxième étape, ce sont évidemment les Peugeot, en retrait hier, qui ont parfaitement profité d’une position de départ favorable et pu ainsi éviter de trop galérer. Les 3008 DKR Maxi ont ainsi réalisé le triplé avec dans l’ordre Desprès, Peterhansel (+48″) et Loeb (+3’08 »), qui a oublié ses soucis de freins de la veille. Seul Carlos Sainz, avec un copilote malade lui aussi, a perdu du temps sur la tête de la course. 13 minutes pour être précis.

« Le contrat est rempli », souriait Cyril Desprès. « La spéciale était compliquée avec des dunes très hautes. Le terrain était hostile, il ne fallait pas faire d’erreur sous peine de perdre beaucoup de temps. La 3008DKR Maxi a très bien fonctionné dans ces grands espaces. David ne s’est pas fait piéger avec les nombreuses traces faites par les spectateurs. Notre stratégie hier était la bonne.« 

(Photo Weyens)

Au général, Cyril Desprès pointe en tête devant son équipier Peterhansel (+27″), De Villiers (5’44 »), Loeb (+6’09 ») et Al-Attiyah (+12’15 »).

Le Qatari précède Terranova (12’50 »), Hirvonen (+12’50 »), Sainz (+13’12 ») et Ten Brinke (+17’43 »). Après plusieurs erreurs, Roma a perdu plus de 20 minutes et figure désormais au 10e rang (+20’48 »).

(Photo Weyens)

Ce lundi, la troisième étape mènera les concurrents de Pisco à San Juan de Marcona sur 504km dont 296 contre le chrono. Et cette fois, ce seront les Peugeot qui ouvriront la route. Derrière les motos…