Nasser Al-Attiyah (QAT) of Toyota Gazoo Racing SA races during stage 12 of Rally Dakar 2018 from Chilecito to San Juan, Argentina on January 18, 2018

S’il est conscient qu’il ne pourra plus rejoindre les Peugeot à la régulière, Nasser Al-Attiyah tient à montrer qu’il aurait pu menacer les Lions sans ses ennuis de la 1ère semaine.

Le Qatari a remporté la très redoutée 12ème étape entre Fiambala, Chilecito et San Juan. Et de quelle manière puisque le pilote Toyota a collé plus de 2 minutes à son plus proche poursuivant, Stéphane Peterhansel. Al-Attiyah a bouclé les 523km de spéciale en 5 heures, 49 minutes et 57 secondes.

Troisième chrono pour Giniel De Villiers (Toyota), mais le Sud-Africain a concédé plus de 4 minutes ce jeudi. Orlando Terranova (Mini) et Bernhard Ten Brinke (Toyota) complètent le quinté du jour. Dans le fief du leader Carlos Sainz, on a préféré assurer avec « seulement » le 9ème chrono (+00:18:07).

Au général, le Madrilène reste plus que jamais leader avec une avance de 0:44:41 sur son équipier Peterhansel. C’est plus serré pour la 3ème place puisque Nasser Al-Attiyah et Bernhard Ten Brinke ne sont séparés que par 11 minutes. Mais les deux pilotes Toyota sont déjà relégués au-delà de l’heure de retard.

Ce vendredi, les autos profiteront des dunes de San Juan pour commencer leur journée… mais auront aussi à traverser un passage de fesh-fesh qui éprouvera leur sang-froid. Les connaisseurs des pistes de la manche argentine de WRC trouveront ensuite un terrain à leur convenance, où il y a tout de même davantage à perdre qu’à gagner. Dans l’histoire du Dakar, les exemples de pilotes qui ont laissé échapper le titre à la veille de l’arrivée sont nombreux.