C’est ce qui s’appelle une belle crise de nerfs. Auteur du quatrième chrono ce mercredi, Sébastien Loeb, qui ne cesse de remonter dans le classement après un début de Dakar compliqué, a écopé d’une pénalité de 5 minutes. Pour cause, « excès de vitesse », ce que le nonuple champion du monde a bien du mal à comprendre. Ni une ni deux, l’Alsacien s’est fendu d’un pamphlet incendiaire dont nous vous laissons seuls juges et que nous vous livrons in extenso:

« Vous commencez à me connaître un peu depuis ces années et je ne pousse que très rarement de coup de gueule. Mais ce soir, j’ai besoin de partager avec vous l’incompétence du collège des commissaires d’une épreuve aussi mythique que le Dakar Rally. »

« Nous venons d’être pénalisés de 5 minutes pour une dépassement de vitesse dans une zone contrôlée. Durant toutes les étapes et durant toutes les zones de contrôle de vitesse, j’ai toujours fait de mon mieux pour respecter cette règle. A la seule condition que le système GPS, via une alarme, nous indique quand nous entrons dans ces zones « invisibles ». Aujourd’hui, dans cette zone où nous sommes inculpés, l’alarme n’a pas sonné au moment d’entrer dans ladite zone, et je n’ai donc pas pu ralentir à temps. »

« Malgré nos explications, mais surtout les aveux du prestataire du système GPS d’un souci de son matériel dans notre voiture aujourd’hui (chose qui peut arriver, bien sûr), le jury des commissaires n’a rien voulu savoir et a décidé, lâchement assis derrière son bureau en ayant comme seul risque de renverser son café quand nous, nous risquons notre vie chaque jour dans la voiture, de nous infliger une pénalité très largement supérieure à ce que ce « bug » du GPS nous a fait gagner… environ 2 à 3 secondes, en étant généreux… »

« Je suis un passionné mais je suis avant tout un compétiteur et aujourd’hui, si je suis sur une course comme le Dakar, c’est d’abord pour réaliser ce pourquoi on m’emploie : signer un résultat à la hauteur des ambitions de l’équipe et à la hauteur de mes ambitions. Et pour cela, il n’y a pas la place pour l’incompétence, ni les incompétents. »

Balle au centre mais sachez que des oreilles ont dû siffler ce soir à Riyadh.

M.B