Au soir du premier meeting du TCR Benelux, le bilan est mitigé pour les pilotes du RACB National Team. Manifestement, la SEAT Leon de Sam Dejonghe et Denis Dupont est performante mais les pilotes, pour diverses raisons, n’ont pu atteindre les objectifs qu’ils avaient fixés.

A quelques heures du coup d’envoi du championnat de Tourisme en version Benelux, Sam Dejonghe affirmait que le niveau du plateau du premier meeting serait particulièrement relevé. Il avait raison. Aux valeurs sûres du circuit en Belgique et aux Pays-Bas, se sont mêlés des spécialistes du TCR International.

« Dans ce contexte huppé, le 3e chrono que nous étions en train de signer en qualification était une source réelle de satisfaction« , notait Sam. « Hélas, nous n’avons pas pu le concrétiser. Un bris d’amortisseur en vue de la ligne d’arrivée a coupé mon élan. »

C’est donc de la 8e place sur la grille que s’est élancé Denis Dupont samedi dans la Qualifying Long Race. Nouveau coup du sort : au 2e tour, un accrochage avec un concurrent entraînait une crevaison. Le retour de la voiture meurtrie par un accès non autorisé débouchait, logiquement, sur la mise hors course de l’équipage.

Ce dimanche, la SEAT Leon noir-jaune-rouge démontrait à nouveau d’indéniables qualités :

« C’est de la 12e place sur la grille que je me suis élancé et au terme des vingt minutes du premier sprint, j’ai franchi l’arrivée en 6e position », commentait Sam Dejonghe. « Malheureusement, un choc avec un pilote indélicat dans le 2e round a complètement modifié l’équilibre de la voiture et, contrit, je suis rentré au stand. »

Les sprints programmés l’après-midi offraient un scénario assez semblable à Denis Dupont. « Je suis parti de la 13e place sur la grille de la 3e course. J’avais intégré le top 5 quand j’ai ressenti une crevaison à l’avant gauche. Le comble, c’est que je ne connais pas la cause de cette perte de pression. Je suis repassé par les stands y faire remplacer la roue défectueuse. Dans le dernier sprint, j’ai dû composer avec un train avant perfectible dans les derniers tours et c’est au 6e rang que j’ai franchi l’arrivée. »

Les pilotes du RACB National Team sont déçus mais demeurent confiants : « D’un côté, il est clair que nous n’avons pas frappé le coup que nous espérions au championnat », expliquent-ils. « Mais ce n’est pas un week-end à oublier pour autant : notre SEAT Leon est performante. A nous de le démontrer dès le prochain meeting, du 19 au 21 mai, à Zandvoort. »