Course 1: WRT premier du clan DTM

Quand ils s’aventurent sur un terrain qui ne leur est pas familier, les artificiers du DTM sont tout de suite moins à l’aise, n’en déplaise à certains… Battues à Hockenheim, les machines du Super GT se sont vengées à Fuji avec un quintuplé des machines nippones. La Lexus de Nick Cassidy s’est imposée devant les Honda de Koudai Tsukakoshi et Naoki Yamamoto. Seules deux voitures du DTM, deux Audi RS3 DTM, se trouvent dans le Top 10. Avec une 6ème place pour la monture couvée par WRT pour Benoît Tréluyer. Chargé de défendre les intérêts de BMW au Japon, RBM place la meilleure d’entre elles, celle de Kamui Kobayashi, à la 14ème place. Une 2ème course aura lieu demain matin.

Course 2: RBM s’offre un podium

Le match DTM-Super GT aura définitivement tourné à l’avantage des bolides nippons avec une victoire de la Honda NSX de Narain Karthikeyan en Course 2. Mais on retiendra aussi que la meilleure performance d’un bolide du DTM est à mettre à l’actif d’une des BMW M4 du Racing Bart Mampaey. Marco Wittmann a hissé sa monture à la 2ème place après la pénalité d’une seconde infligée à l’Audi de Loïc Duval. RBM décroche également une 5ème place grâce à Kamui Kobayashi. L’Audi WRT de Benoît Tréluyer termine 10ème.