Grégoire Munster et Louis Louka ont achevé leurs grands débuts belges avec la Skoda Fabia R5 Pirelli à une belle 6ème position. Le duo a constamment progressé en visant des chronos toujours plus rapides. Patrick Snijers a remporté la catégorie GT avec son habituelle Porsche 997 GT3. Une crevaison a coûté pas moins de cinq minutes à Pieter-Jan Michiel Cracco, ce qui n’a néanmoins pas empêché le pilote néerlandophone de pointer dans le top 10. Ce que n’a pas réussi à faire Kevin Hommes, qui a dû se contenter d’une 12ème place. Charles Munster a signé un deuxième podium de rang chez les Juniors avec son Opel Adam Cup.

Grégoire Munster peut se targuer d’une solide entrée en matière avec la Skoda Fabia R5. Avec un 3ème, un 4ème et trois 5èmes meilleurs temps, le champion Junior s’est distingué de la meilleure manière. Lors de la dernière spéciale, la direction assistée de sa Skoda Fabia R5 Pirelli a connu une petite faiblesse. Pas de quoi empêcher le jeune pilote de cueillir une 6ème place finale. “Je n’avais fait aucun pronostic. L’objectif était de constamment progresser et d’atteindre l’arrivée. Je suis dès lors très fier d’avoir rempli cette double mission. En début de course, on a un peu cherché afin d’effectuer les bons choix avec les Pirelli. Au bout du compte, je pense être resté un peu trop longtemps en ‘full wets’, j’aurais dû passer plus rapidement à des gommes plus dures. C’est une question d’expérience. Lorsque la voiture a été équipée de pneus Pirelli plus durs, les chronos ont suivi, avec en guise de temps fort un 3ème temps à 1’’3 du scratch. Mes grands débuts belges en R5 ont donc pris l’allure d’une expérience positive.’’ La semaine prochaine, Grégoire Munster et Louis Louka prendront le départ de l’Erzgebirge Rally, en Allemagne, afin de défendre leur leadership dans l’Opel Adam Cup.

Patrick Snijers (Porsche 997 GT3) a lui aussi atteint ses objectifs en terminant 9ème, non sans remporter la classe GT. “En matinée, on a un peu cherché afin de disposer du meilleur choix pneumatique possible. Au début, nous avons été un peu trop optimistes, car la pluie était plus intense que nous l’avions imaginé. Heureusement, il était possible de changer de pneus après deux spéciales, ce qui nous a évités de perdre trop de temps. Au terme de la deuxième boucle, nous nous sommes retrouvés en tête des GT, position que nous n’avons plus lâchée par la suite. Avec une place dans le top 10 et une victoire en GT, nous avons concrétisé nos ambitions. Je suis donc très satisfait.’’ 

Pieter-Jan Michiel Cracco (Skoda Fabia R5) a longtemps évolué en 7ème position, avant d’être contraint de baisser le rythme. “Comme cela faisait très longtemps que je n’avais pas pris le départ de cette épreuve, il m’a fallu un peu de temps pour me mettre dans le rythme. Au fil des spéciales, la confiance était toujours plus grande, et les choses se sont constamment améliorées. A plusieurs reprises, je me suis rapproché jusqu’à 3 secondes du scratch, ce qui se traduisait finalement par un 6ème et un 7ème temps. Ce qui en dit long sur la faiblesse des écarts entre les pilotes de pointe. Mais pour nous, le pire était à venir. Au terme de la 10ème spéciale, alors que nous étions en route vers le 11ème tronçon, nous sommes tombés en panne de carburant. Bernard m’a dès lors tracté jusqu’au refueling, ce qui m’a permis de disputer les deux dernières spéciales. Et le 11ème tronçon ne s’est pas très bien passé. Nous avons crevé, ce qui nous a coûté pas moins de cinq minutes. Dans la dernière spéciale, j’ai tout donné, ce qui s’est traduit par un 3ème meilleur chrono.’’ 

“J’étais dans le coin quand Pieter-Jan Michiel s’est retrouvé sans carburant, explique Bernard Munster. Quand vous tombez en panne sèche, vous êtes hors course. J’ai tracté Pieter-Jan Michiel jusqu’au refueling, après quoi il a fait le plein, pour repartir et disputer les deux dernières spéciales. J’ai ensuite mis le RACB et la Direction de Course au courant de la situation. Comme il s’agissait de spéciales de nuit, et comme nous n’avons pas souvent l’occasion d’en vivre en Belgique, P.J. voulait les disputer coûte que coûte afin d’accumuler de l’expérience. C’était aussi mon argument auprès du RACB et de la Direction de Course. Quand P.J. est rentré à Saint-Vith, il n’est pas passé sur le podium et a renoncé. Il nous faut maintenant comprendre pourquoi il s’est retrouvé sans carburant. Son abandon est dur à accepter, car il avait disputé une solide course. Le résultat n’y est donc pas, mais sa prestation n’est pas passée inaperçue. Il doit retenir cet aspect des choses avant de prendre la direction du Rallye du Condroz.’’ 

Le local Kevin Hommes (VW Polo R5) a conclu ses grands débuts avec la VW Polo R5 en 12ème position. “Nous avons connu un début de course difficile, cherchant constamment à améliorer le comportement de la voiture et trouver les points de freinage idéaux. Cela, combiné à un choix de pneus trop prudent, nous a empêchés de signer de bons chronos. Lors de la deuxième boucle, la situation s’est améliorée, surtout lorsque le parcours a quelque peu séché. Mon plus grand problème était clairement le manque de roulage au volant d’une top auto. Mais au bout du compte, pouvoir piloter cette VW Polo R5 a été une belle expérience, surtout quand on peut travailler avec un team aussi professionnel que BMA. On s’est bien amusé, tout en engrangeant de l’expérience.’’ 

Charles Munster (Opel Adam Cup) a conclu l’épreuve au 27ème rang, soit la 3ème place chez les Juniors. Il s’agissait pour le jeune loup d’un deuxième podium de rang après celui acquis au terme de l’Omloop van Vlaanderen. “C’est toujours sympa de conclure un rallye sur le podium. Lors de la première boucle, les chronos n’étaient pas exceptionnels. Les deuxième et troisième boucles ont vu la situation s’améliorer, ce qui nous a permis de revoir nos ambitions à la hausse et de constamment progresser. Les spéciales dans l’obscurité se sont bien déroulées. Juste dommage cette crevaison dans l’ES7, qui nous a coûté près de cinq minutes.’’

Source: Com