Préfiguré en novembre 2019 par le concept Vision T (salon de Los Angeles), le nouveau Hyundai Tucson, 4e du nom, vient de se dévoiler. Un remplacement important pour la marque coréenne, quand on sait que ce modèle est son SUV le plus vendu : plus de 7 millions d’unités dans le monde depuis son lancement en 2004, dont 1,4 million en Europe. (Marc Lacroix)

 

DESIGN

Premier modèle à afficher la nouvelle et audacieuse identité stylistique Sensuous Sportiness de la marque ; nouveaux phares « invisibles » (cachés par intégration à la calandre) ; inspiré du concept Vision T (« T » comme… Tucson !) vu au salon de Los Angeles en novembre 2019.

Formes athlétiques tendues et très travaillées (angles vifs) ; passages de roues angulaires très marqués ; ligne chromée parabolique des rétroviseurs latéraux jusqu’au montant C ; les designers se sont laissés aller… ; gabarit plus grand (+2 cm à 4,50m) et plus large (+2 cm à 1,87m) que son prédécesseur ; look résolument futuriste et avant-gardiste. Larges feux arrière reliés par un bandeau ; extracteur look sous bouclier ; essuie-glaces arrière… cachés (sous déflecteur) ; option toit bicolore.

 

HABITACLE

Première Hyundai à fonctions intégralement tactiles, ce compris chauffage/ventilation/climatisation (tri-zone ; aussi arrière), toutefois séparées du nouvel écran central 10,25 pouces ; dalle numérique 10 pouces face au conducteur.

Intérieur épuré et raffiné, bien organisé et ergonomique ; double ligne de garniture argentée sur tableau de bord ; combinaison d’ouïes d’aération directes et indirectes (Première chez Hyundai) étirées depuis les portes vers la console centrale ; plateau de recharge sans fil dans console centrale, ports USB avant et arrière.

 

Sièges arrière rabattables 4/2/4 ; volume de coffre augmenté jusqu’à 620 et 1.799 litres selon que les sièges soient relevés ou rabattus (616/1.795 dans le cas de notre Hybride).

 

TECHNIQUE-TECHNOLOGIE

Hyundai fait partie des marques qui sont bien avancées en termes d’électrification, avec une gamme bien garnie des différents types existants (hybridation légère 48 volts, classique autorechargeable, rechargeables Plug-in, full électrique et même hydrogène) ; le recours à la nouvelle plate-forme N3 du groupe Kia-Hyundai permet au nouveau Tucson de se décliner en hybrides et, comme notre exemplaire, PHEV (rechargeable) de 265 ch (puissance cumulée) avec boîte 6 automatique et 4WD.

Equipement de sécurité active et d’assistance à la conduite de premier ordre : FCA/Forward Collision-Avoidance Assist (alarme quand collision imminente avec voiture, vélo ou même piéton), avec automatique sans réaction du conducteur, protection aux collisions dans les intersections, LFA/Lane Following Assist (maintien de voie avec correction de trajectoire), DAW/Driver Attention Warning (étection fatigue au volant), HDA (régulateur de vitesse en fonction du véhicule qui précède ou encore HDA/Highway Driving Assist (conduite sur autoroute plus sûre), première pour un SUV compact, et localisation du véhicule, verrouillage/déverrouillage à distance, visualisation du statut du véhicule (ex. niveau de carburant), …

A BORD

A l’instar de l’extérieur, planche de bord plutôt inédite, amis aussi plutôt qualitative ; matériaux doux au toucher et de belle qualité ; volant chauffant, sièges avant ventilés et chauffants (aussi chauffants à l’arrière) ; pratique accoudoir dans le prolongement de la commande de transmission à 3 positions (D/N/R).

 

Graphismes général de qualité, navigation fluide ; couleurs de console variables selon mode de conduite sélectionné ; bel espace intérieur confortable.

 

 

SUR LA ROUTE

Ensemble technique efficace ; l’apport électrique joue son rôle parfaitement et en toute discrétion (transitions quasiment imperceptibles) ; bon agrément moteur mais pas vraiment impression de puissance (accélérations et reprises peut-être un peu décevantes, même en mode Sport ; il est vrai que l’engin pèse 2 tonnes…) ; en revanche, consommations très correctes (sauf sur autoroute comme toujours pour les PHEV !) ; autonomie électrique d’une quarantaine de kilomètres.

Comportement routier satisfaisant ; amortissement à vocation familiale ; plus confortable (excellent niveau) que dynamique, même si mieux que son prédécesseur ; maniement boîte ultra-simple (3 positions D/N/R, donc pas de « B » régénérateur) ; direction précise.

Les nombreuses aides à la conduite ne brillent pas toujours par leur efficacité (ex. maintien actif de voie ou réactivité du régulateur adaptatif) ; sympa en revanche cet affichage angles morts au niveau du combiné d’instrumentation (un écran apparaît au niveau de l’un des compteurs lorsque vous activez un clignotant pour dépasser ; gain de 30 % de visibilité selon Hyundai) ; pas mal non plus le nouveau RSPA/Remote Smart Parking Assist (aide au stationnement).

Nous ne l’avons pas mis à l’épreuve du tout-terrain, mais Hyundai annonce des capacités accrues via nouveau Terrain Mode.

BILAN

Développée, testée et produite en Europe (Nošovice, République tchèque), la 4e génération du Tucson marque assurément l’histoire de Hyundai ! A commencer par son physique audacieux, et par le soin apporté à sa conception, en passant par la dotation technologique de premier plan. Des choix décomplexés qui semblent porter leurs fruits, tant il est vrai que l’on croise beaucoup de nouveau Tucson. Certes, il n’est pas exempt de lacunes, mais force est de reconnaître que le constructeur coréen a très bien travaillé. Côté prix, cela se ressent, car si le Tuscon d’entrée en gamme est accessible sous les 30.000 €, il faudra compter plus de 44.000€ pour le PHEV tel que testé ici. Objectivement, ce budget reste proche des concurrents du même type…

 

Voir les articles Hyundai

Hyundai Tucson story