L’apparition d’une nouvelle génération de Land Rover Defender a été un événement ; il est vrai qu’à l’arrête de sa production, début 2016, il avait presque… 70 ans. Un record de longévité. Après avoir découvert la version longue, ou 110, Speed-Magazine a pris le volant de la courte, ou 90, carrosserie emblématique de la « Daktari mobile »… (08.10.2021 – Marc Lacroix / illustrations constructeur)

DÉCOUVERTE

Nous ne nous éterniserons pas sur le design, déjà évoqué, mais nous en soulignerons la totale réussite. Si certains estiment qu’il n’a plus rien avoir avec le modèle originel, nous trouvons personnellement qu’il en est une parfaite interprétation.

Indépendamment du style général, costaud, imposant et massif, et de la hauteur (garde au sol et hors-tout), le côté aventurier de l’engin s’illustre parfaitement aux plaques synthétiques imitant l’alu « fourchette » sur le capot, ou encore par les imposantes ouïes d’aération latérales. A noter, comme sur le 110, les vitres au bord du toit.

Ensembles châssis monocoque (avec sous-châssis acier), suspension, direction et blocs des Defender 90 et 110 sont tous étroitement liés ; de 5,02m pour le 110, la longueur retombe à 4,58m pour le 90 ; le poids à vide s’en ressent : -65 kg à spécification égale.

 

A BORD

Forcément modernisé, l’habitacle a volontairement été imaginé pour – relativement – conserver cet aspect basique qui caractérisait le « Def » ; simples et efficaces, les espaces de rangement ne manquent pas.

Sur notre finition First Edition, la console centrale basse entre les sièges avant (avec 2 porte-gobelets) et un compartiment de rangement ouvert des versions d’entrée en gamme sont remplacés par un 3e siège central (portes-gobelets intégré dans le dossier) et une boîte à gants fermée ; vu l’étroitesse de son assisse et sa faible place aux jambes, la configuration 3 sièges avant (comme autrefois !) s’adressera surtout aux personnes de petites tailles (les enfants adorent !) ; excellent confort des sièges, tant devant que derrière (pas de souci pour les plus grands) ; seul bémol, vu les 2 seules portes, l’accès à l’arrière est loin d’être évident, même siège avancé au maximum (ce qui prendra un peu de temps en commande électrique, intégrée dans le flanc du siège).

Combiné numérique clair et efficace ; écran central tactile 10″ (facile à utiliser) avec systèmes d’infodivertissement et audio (180 W / 6HP), connectivité Bluetooth, connexions USB-C de charge, système de navigation, prises 12V (tableau de bord et espace de chargement, devant, derrière) ; ensemble des commandes ergonomique et exempt de remarque ; pratiques commandes de chauffage indépendantes ; belle qualité des matériaux et de l’assemblage, même si l’on a l’impression que les premiers pourront être délicats à l’entretien dans certaines circonstances (terre, boues).

Le coffre de base n’est pas plus petit que pour le 110 ; disposer d’un volume de charge digne de ce nom nécessitera d’abaisser un ou plusieurs sièges arrière.

ÉQUIPEMENT/TECHNOLOGIE

L’équipement est relativement complet et toutes les commodités dignes d’un SUV modernes répondent présentes, avec notamment phares automatiques (full LED), capteur de pluie, clim bizones… et une jolie brochette d’aides à la conduite dès plus bas niveau : aide au démarrage en côte et sur route à faible adhérence, contrôles de stabilité antiretournement, du freinage en courbe et de vitesse en descente, commande électronique de traction, frein de stationnement électromécanique, répartiteur électronique de freinage, aide au freinage d’urgence ; packs Urban, Country, Adventure et Explorer.

 

RAPPEL

Finitions : Defender, S, SE, HSE, X-Dynamic (S, SE, HSE), X et V8 (P525 5.0-525 ch).

NB : Le Defender « base » se reconnaît à ses jantes en tôle, le X-Dynamic à ses jantes noires et le X, à la couleur noire qui habille toit et capot,

Moteurs diesel : D200, D250 et D300 (3 litres 6 cylindres MHEV de 200, 249 et 300 ch)

Moteurs essence : P300 (4 cyl T2.0-300 ch), P400 (6 cyl T3.0-400 ch MHEV) et V8 (5.0-595 ch).

Transmission : 4×4 et boîte 8 automatique (ZF) pour tous.

Prix : De 53.600€ à 126.300€

SUR LA ROUTE

La position de conduite reste assez « carrée », avec belle visibilité sur la route qui permet une belle anticipation, et incroyable sentiment de sécurité. Les dimensions réduites (par rapport au 110 !) du Defender 90 lui valent maniabilité et facilité de conduite, mais il reste un « joli bébé », ce à quoi il faudra penser en tout-terrain (voir plus bas). Dynamisme impressionnant pour un véhicule de ce gabarit.

 

Les qualités routières du « Def » sont sans reproche majeur, pas plus que l’acoustique assez bien soignée, même si le vent se laisse un peu entendre sur autoroute. Rein avoir toutefois avec l’ancien, qui était spartiate, bruyant, peu ergonomique, peu confortable et… fatiguant. Les longs trajets ne sont désormais plus un problème. Petit constat quant à l’efficacité du rétrovision via caméra ; si l’image est généralement claire, nette et dégagée, il n’en sera pas de même selon la position du soleil et de nuit…

Avec 400 ch et 550 Nm de couple, le 3 litres 6 cylindres est souple, coupleux et assez vif lors des accélérations (0-100 en 6″0 ; vitesse max 191 km/h), le tout avec une sonorité sympa en toile de fond. Mais pas de miracle, avec près de 2,5 tonnes à déplacer, la consommation est élevée ; même à vitesse réglementaire sur autoroute, celle-ci oscillera entre 12,5 et 14 llit/100 kms ! Heureusement, le réservoir est généreux (90 lit).

 

La boite 8 automatique (ZF) travaille parfaitement en toute circonstance. Les deux vitesses « courtes » permettent au « Def » de conserver ses incroyables aptitudes en tout-terrain, avec toujours des capacités de franchissement redoutables, ici bien aidé par la gestion électronique Terrain Response. Si celui-ci permettra aux néophytes de découvrir plus facilement les capacités du Defender, les nombreuses interventions électroniques plairont sans doute un peu moins aux plus aguerris de conduite off-road. Autre conséquence de l’accroissement de gabarit (par rapport à l’ancien modèle +31 cm de large à 2,10m et +20 cm aux voies / flancs extérieurs des pneus à 1,96m) et de l’embourgeoisement, il conviendra de faire attention aux branches dans les endroits les plus étroits (filmer la carrosserie pour la protéger sera vivement recommandé). Inutile de préciser que tracter une remorque ne pose aucun problème.

 

BILAN

Clairement, nous pouvons le dire, ce Defender 90 a de la gu… Les nombreux témoignages manifestés à cet égard suffisent à en témoigner. Le remplacement d’une icône reste un exercice périlleux, a fortiori dans le chef d’un modèle tel que celui-ci. Bien entendu, sa vocation n’est plus vraiment utilitaire, mais sincèrement, nous trouvons que Land Rover a magnifiquement réussi son coup et il peut en être félicité. Reste à savoir si celui-ci aura, lui aussi, une carrière de 60 ans…

 

 

 

Voir les articles Land Rover