Finalement, le scénario du pire est arrivé. Alors que le pays restera confiné jusqu’au 3 mai inclus, le CNS a interdit tout événement de grande ampleur sur le territoire belge jusqu’au 31 août. Cela signifie que de nombreuses épreuves sont concernées et de nombreuses échéances sont mises à mal.

Qu’adviendra-t-il du Grand Prix de Belgique de Formule 1, des 24 Heures de Spa, des 6 Heures WEC, des 4 Heures ELMS mais aussi des 25 Heures VW Fun Cup et du Rallye d’Ypres pour ne citer qu’eux ? Il est encore trop tôt pour le dire, tant les parties prenantes ne sont pas encore exprimées. Par ailleurs, des clarifications doivent être apportées par nos dirigeants. Il est évident que les gens sont plus dispersés sur un circuit que dans une salle de concert. De même, le Grand Prix de Belgique et les 25 Heures VW Fun Cup, qui drainent systématiquement moins de personnes, ne sont pas à mettre dans le même sac…

Afin de ne pas être désobligeants, nous éviterons de commenter cette situation et de jouer les experts d’opérette. Juste un constat : que c’est une nouvelle gifle pour les pilotes, les écuries, les organisateurs, les circuits et tous les acteurs vivant essentiellement, voire exclusivement, du sport automobile. Rien à ajouter. Point.