Depuis le 12 d’octobre dernier, un nouvel ensemble unique et harmonisé d’étiquettes de carburant est appliqué à travers l’Europe (28 États membres de l’UE, pays de l’EEE (Islande, Liechtenstein et Norvège) ainsi qu’en Macédoine, en Serbie, en Suisse et en Turquie). Une initiative louable, excepté que l’on se demande s’il n’eut pas été plus judicieux de choisir un « D » pour désigner le diesel ? Pourquoi faire simple quand on peut faire compliqué ? Notons que l’avenir est lui aussi déjà programmé. (Marc Lacroix)