La saison 2019 d’Ugo de Wilde, benjamin du peloton en Eurocup Formula Renault, s’est achevée ce week-end aux Emirats au terme d’un dernier week-end compliqué à l’issue duquel notre compatriote n’aura pu sauver qu’un petit point. Cela ne l’empêche pas de terminer sa première année à ce haut niveau au 7e rang général, sur la troisième marche du podium des « rookies ». Avec les encouragements du papa du champion Oscar Piastri, 8e l’an dernier à ce niveau, et convaincu qu’Ugo peut succéder à son fils au palmarès…

Démarrée sur les chapeaux de roue avec une victoire à Monza, la seule d’un «rookie » cette année, la campagne d’Ugo de Wilde s’est achevée par une modeste 11e place lui rapportant un dernier petit point (Matteo Nannini évoluait hors classement) après une belle bagarre remportée face au pilote R-Ace Grégoire Saucy.

« Treizième puis onzième, c’est bien sûr loin d’être le résultat espéré, » reconnait le jeune Belge. « On a, hélas, bu le calice jusqu’à la lie. Mon ingénieur n’est jamais parvenu à trouver la solution pour faire fonctionner convenablement l’auto dans ces fortes chaleurs (plus de 50 degrés sur la piste) et s’est complètement planté sur la pression lors de la première séance qualificative. »

Une fois encore, le team JD Motorsport n’a pas été à la hauteur. Dans ces conditions, Ugo n’a pu que limiter les dégâts en prenant trois fois sur quatre le meilleur sur son équipier Leonardo Lorandi, vice-champion d’Italie F4.

Au total de la saison, Ugo aura devancé son voisin de stand italien et seule véritable référence à 28 reprises en 39 sorties officielles, 11 fois sur 19 en qualifications. Il termine 7e du championnat absolu (sur 29), sur le podium des dix-neuf « débutants» derrière Caio Collet et Kush Maini, avec un total de 81 points contre 59 et 45,5 respectivement à ses équipiers Joao Vieira et Leo Lorandi.

« C’est un peu moins bien que notre objectif de Top 5, mais on a vite compris qu’il était impossible de faire mieux avec le package à notre disposition, » avoue le pilote SPEED Magazine. « Deux équipes ont totalement dominé la saison, tandis que les autres n’ont cessé de progresser ce qui n’a pas été notre cas. Il y a néanmoins pas mal de positif à retirer de cette galère. D’abord, j’ai beaucoup appris, les pistes, la voiture, les départs, les pneus et la bagarre en peloton. Je dois être un des pilotes ayant gagné le plus de places en course durant la saison. »

Quelque peu dépité samedi soir, le jeune Bruxellois de 16 ans s’est fait remonter le moral par le papa du nouveau champion de l’Eurocup Formula Renault, Oscar Piastri.

« Je connais Oscar depuis quelques années déjà. Je lui ai succédé chez Ideal Kart en 2016 où je l’ai battu de justesse au championnat d’Europe. Son papa est venu gentiment me remonter le moral en me disant que j’avais fait une très belle saison avec le matériel à ma disposition. Il m’a dit que son fils avait terminé 8e l’an dernier dans un team de seconde zone et qu’aujourd’hui il fête le titre. Tous les espoirs restent donc permis pour autant que je puisse redoubler et cette fois intégrer un team de pointe. »

Dans cette optique, Ugo a eu l’occasion de participer aux « rookies tests » ce dimanche à Abu Dhabi avec le team champion R-Ace. Mais la malchance aura décidé de lui coller aux baskets jusqu’à bout dhabi…

« J’ai dû m’habituer à une monoplace (la voiture de test du team, celle de Grégoire Saucy dotée du moteur de réserve…) au comportement fort différent, mais clairement plus performante, » s’enthousiasmait Ugo classé 5e de cette journée réunissant 22 pilotes à 4 dixièmes du meilleur chrono sans avoir pu bénéficier de son second train neuf suite à une panne mécanique. «Avec des pneus usés en matinée, j’ai déjà battu d’une seconde mon meilleur temps en pneus équivalents avec JD et égalé mon meilleur chrono du week-end. Malheureusement, le team a monté mon premier train à 11h45, au moment où la piste était la plus chaude, à plus de cinquante degrés, et personne n’a amélioré. Tous mes espoirs reposaient donc sur mon deuxième set neuf en fin de journée. Hélas, alors que j’étais casqué et prêt à m’élancer, mon ingénieur m’a dit qu’une pièce avait cassé et que c’était terminé. J’ai fait une saison complète sans une panne mécanique et là j’arrive dans le team champion et cela tombe sur moi. Enfin, je retiendrai qu’en pneus usés je ne pointais qu’à six dixièmes du meilleur tour du week-end de Collet et Smolyar. Avec le gain du pneu neuf de l’ordre de la seconde, j’aurais clairement pu aller plus vite. Mais avec des « si »… J’espère maintenant que mes partenaires seront encouragés à m’aider à financer une seconde saison en Eurocup Formula Renault. Je suis persuadé, avec un bon team, de pouvoir viser le titre. »

Lors de vingt-trois des vingt-quatre dernières éditions, le titre en Eurocup est revenu à un redoublant. Et la moyenne d’âge du champion est de 18 ans, comme Oscar Piastri. Or Ugo fêtera ses 17 ans le 20 novembre prochain. Tous les espoirs restent donc permis. Pour autant qu’on lui en donne les moyens.

« Je voudrais terminer en remerciant toutes les personnes, et elles sont nombreuses, qui m’ont soutenu cette année. Mes partenaires bien sûr sans qui rien ne serait possible, mais aussi mes parents, ma soeur, ma copine, mon coach, mes professeurs, la FFSA Academy et tous mes amis et supporters. Bonne fin d’année et, je l’espère de tout mon coeur, à l’année prochaine.»  

Source: Com