Le jeune Belge retrouve le tracé où il a signé son premier podium en monoplace, il y a déjà deux ans. Avec toujours la même motivation et envie de bien faire.

L’Eurocup Formule 3 Renault dispute ce week-end son huitième et antépénultième rendez-vous dans le cadre de la finale des Blancpain GT Endurance Series sur le circuit Catalunya de Barcelone. Un tracé qu’Ugo de Wilde connaît et apprécie. « Je suis encore dans une phase d’apprentissage et de découverte et Montmelo est seulement le quatrième et dernier circuit de la saison sur lequel j’ai déjà disputé des courses, » confie le résident manceau de 16 ans. « C’est clairement celui sur lequel j’ai déjà bouclé le plus de tours en monoplace que ce soit en F4, FR2.0 ou F3-R l’hiver dernier. Cela va d’autant plus m’aider que l’on a que deux séances libres vendredi avant la première qualification. »

C’est aussi ici qu’Ugo est monté sur son premier podium en monoplace, à encore 14 ans. « C’était il y a pile deux ans, dans le cadre du même meeting. Un grand moment de bonheur partagé avec toute ma famille qui sera encore là pour me soutenir. »

Lors des deux derniers meetings, au Nürburgring et à Budapest, le team JD Motorsport a trouvé un bon set-up que seule une noire malchance n’a pas permis de transformer en bons résultats. On espère que la roue va enfin tourner en Espagne.

« Il est clair que je veux voir régulièrement mon numéro 27 sur la grande tour affichant les classements dans la ligne droite et le plus haut possible, » poursuit Ugo. « Mon objectif est de terminer cette saison sur une bonne note et de remonter à la 6e place du championnat, la deuxième des rookies. Ce ne sera pas simple, mais c’est mon défi. Il est évident aujourd’hui que les deux équipes alignant les quatre premiers du championnat, tous des redoublants bien plus âgés, possèdent un net avantage. Mais derrière tout reste jouable. La seule chose que je demande ce sont deux qualifications de vingt minutes normales, sans interruption, drapeau rouge nous coupant régulièrement dans notre élan, ou souci technique comme en Hongrie. A priori, la météo ne devrait pas jouer les troubles fêtes comme sur cinq des sept premiers meetings où l’on a eu de la pluie, souvent au plus mauvais moment et pas de manière constante. On annonce du soleil et des températures autour des 25 degrés. C’est parfait. Si on trouve la bonne pression pneumatique ce qui apparemment n’est pas toujours simple, j’espère pouvoir me qualifier deux fois entre les 5e et 8e rangs. Et partant de là, tout est possible, sachant que les départs sont une de mes forces. »

Comme souvent en Eurocup, surtout avec les nouvelles monoplaces et leurs gros diffuseurs réduisant l’appui et faisant surchauffer les pneus de la voiture vous suivant, les qualifications s’avèreront déterminantes. « J’ai suivi les courses de F3 Régionale ici le week-end dernier et cela dépasse très peu, juste en bout de ligne droite à l’aspiration et encore… Il faudra donc partir le plus devant possible. »

L’objectif est clair : réussir de bonnes qualifications samedi et dimanche à 9h ce qui conditionnera fortement le résultat des courses de trente minutes à 13h15 samedi puis 13h25 le jour suivant. Des épreuves comme toujours à suivre en live streaming via la page Facebook Renault Sport Series.

Source: Com