Après Paris au mois de mars, le FIA Certified Gran Turismo Sport Championship a vécu son deuxième acte dans le cadre des 24 Heures du Nürburgring. De nombreux spectateurs ont pu ainsi voir quelques uns des meilleurs simracers au monde s’escrimer dans le Ring Boulevard.

Toyota a succédé à Aston Martin dans les Manufacturers Series. A l’issue d’un final à suspense sur la Nordschleife où ils ont dû résister au retour d’une Mercedes-AMG, Simon Bishop (NZ), Rick Kevelham (P-B) et Tomoaki Yamanaka (J) ont remporté la victoire d’une courte tête. Le trio a, il est vrai, profité de la faillite de l’équipage Lexus, grandissime favori mais qui s’est effondré lors de la dernière manche qualificative de Monza. Le team BMW prend la 3ème place.

Grand perdant à Paris, Igor Fraga s’est rappelé au bon souvenir de tous. Le champion 2018 a enlevé la Nations Cup et décroché son ticket pour les finales mondiales qui auront lieu en fin d’année. Le Brésilien, membre de l’équipe e-sport de Williams F1 et pilote en F3 Open, a devancé Cody Latkovski (AUS) et Rayan Derrouiche (F). Le vainqueur de Paris, Nicolas Rubilar (CHI), est en revanche passé à côté de son sujet.

Une fois de plus, le championnat du monde GT Sport en a mis plein les yeux avec de réelles émotions. Un grief important est toutefois à signaler: par rapport à Paris où ce fut relativement correct entre les participants, les incidents ont été légion avec de nombreux contacts et accrochages. La direction de course (dans laquelle on retrouve un certain Wolfgang Reip) serait-elle devenue entre-temps plus permissive ou y a-t-il eu un « relâchement » général des pilotes ? Chacun se fera une opinion…

Prochaine manche à New York City les 24 et 24 août prochains…