Avec la célébration des champions dans la ville néerlandaise de Breda, le promoteur V-Max Racing Management a conclu samedi dernier une deuxième saison à succès pour les Ford Fiesta Sprint Cup powered by Hankook belge et néerlandaise. Une édition qui, du côté belge, a été totalement dominée par Vanspringel Automobiles, qui a raflé le titre dans le Ford Dealer Team Championship, la Junior Ford Fiesta Sprint Cup, ainsi qu’au classement général. Après Kenny Herremans en 2018, c’est David De Saeger qui l’a emporté !

Comme cela avait été le cas avec Kenny Herremans l’an dernier, la campagne de David De Saeger a été placée sous le signe de la régularité. David n’a en effet remporté qu’une seule course, mais contrairement à Herremans, le pilote de la #25 Vanspringel Automobiles est monté pas moins de cinq fois sur la deuxième marche du podium !

“Cela me rappelle beaucoup l’année de mon titre en European Legends Cars Cup en 2016, explique David, en charge de manière quotidienne du département carrosserie de FordStore Vanspringel Automobiles. Je n’avais gagné qu’une seule fois, mais en marquant de gros points à chaque course, je me suis assuré le titre Legends Cars. C’est avec un scénario identique que j’ai attaqué mon parcours en Ford Fiesta Sprint Cup…’’

La grande différence, c’est que ce plan n’a pas pu être appliqué dès les premières confrontations, sans que cela ait quoi que ce soit à voir avec un manque de connaissance de la Fiesta dans le chef de David.

“Je dois reconnaître que je me suis posé des questions, avoue David. Lors de la Course 2 à Spa, j’ai clairement démontré que je n’avais rien perdu de ma pointe de vitesse : j’ai mené autoritairement les débats au niveau belge, comptant jusqu’à 7 secondes d’avance. Le fait que Derdaele ait soudainement surgi dans mes rétroviseurs trouve son origine dans une perte de puissance. Nous savions ce qui nous restait à faire, et je tiens à mettre en exergue l’aide apportée par Jean-Paul Borremans et son équipe technique, qui ont détecté le problème de gestion du moteur, avant de le résoudre totalement. La preuve avec les courses disputées dans le cadre du meeting Blancpain à Zandvoort, où j’ai pu tout donner jusqu’au passage de la ligne d’arrivée, croisant le fer avec Kenny. Il a gagné deux fois, j’ai terminé chaque fois deuxième. Mission accomplie.’’

Lors des Gamma Days sur le TT Circuit Assen, Bert Longin décrochait à deux reprises la totalité de la mise, confortant sa place de leader. Kenny Herremans perdait quelque peu de sa superbe, et David parvenait, avec une 3ème et une 2ème places, à revenir dans le sillage du duo Longin-Herremans au championnat..

“Le tournant de la saison a eu lieu lors du week-end des TCR SPA 500, sourit David en repensant à la seconde confrontation de l’année sur ce qui est considéré comme le plus beau circuit du monde. Lors de la Course 1, Philippe Huart était intouchable, et en terminant 2ème, j’ai pris plus de points que Herremans. Après sa sortie de piste dans le tour de chauffe, Longin n’a pas eu voix au chapitre, et l’expression s’applique aussi à Herremans lors de la Course 2, pendant que je décrochais la victoire et me retrouvais en tête du championnat. En outre, j’ai terminé 2ème du classement général entre les Hollandais. De quoi donner encore plus d’éclat à ma prestation !’’

S’en suivait le dénouement de la saison lors des Finale Races sur le TT Circuit Assen. Lors de la Course 1, Dylan Derdaele remportait la victoire devant Kenny Herremans, David De Saeger et Bert Longin, et alors qu’une seule manche restait à disputer, David comptait un petit point de plus que Kenny Herremans, tandis que Bert Longin devait composer avec un retard de 9 unités sur le pilote Vanspringel Automobiles Wavre…

“Je m’étais persuadé de ne plus compter ou penser aux points, la seule chose qui importait était de devancer Kenny au passage de la ligne d’arrivée, se remémore David à propos de cette course décisive. Je suis resté longtemps derrière Kenny, et je savais très bien à quel endroit je pouvais prendre l’avantage. Via le contact radio avec mon team, j’ai compris que nous avions entamé le dernier tour de course. Comme nous avions toujours lutté de manière très correcte jusqu’ici, j’ai réussi à mettre mon plan en pratique, prenant assez facilement le meilleur sur Kenny. Nous nous dirigions ensemble vers l’ultime difficulté du circuit, la chicane juste avant la ligne d’arrivée…’’ 

Comme tout le monde le sait, tout est allé de travers. Dans une tentative pour reprendre l’avantage sur De Saeger, Herremans fesait une erreur de jugement, et touchait De Saeger. Ce qui aurait pu être un superbe final se terminait avec l’image de la Fiesta en tonneau, qui s’immobilisait sur le toit. Herremans était disqualifié, et aussi bien Longin que De Saeger héritaient après coup encore de pénalités en temps, ce qui allait bouleverser la hiérarchie : De Saeger était sacré champion devant Longin et Herremans.

“Ce que je retiens, c’est que je me trouvais devant Kenny sur la piste lors du dernier tour de course, et que j’avais pris l’avantage d’une manière correcte. Je me considère donc comme un champion légitime.’’

Au classement final du Dutch Belgian Super Star, David loupait d’un rien le top 3, subissant la loi des voisins du nord, à savoir le trio Pijl-de Wit-Caresani.

“Avant la dernière course, j’occupais encore une belle 3ème place, et c’est uniquement en raison de l’accrochage que j’ai perdu ce top 3. En soi, ce n’était pas un drame. Ce qui comptait, c’était d’avoir tout mis en œuvre pour décrocher la couronne belge, non sans montrer qu’en piste, je n’avais rien à craindre de la concurrence néerlandaise. Voilà qui promet en vue de la saison prochaine. Je suis en effet bien décidé à défendre mon titre en 2020, mais aussi de revendiquer la victoire dans le Dutch Belgian Super Star. J’en veux plus !’’

Source: Com