Après l’annonce récente au sujet de Mathieu Detry en tant que chef de meute d’EJ Automotive, Kristoff Cox a confirmé qu’il était partant pour occuper le deuxième baquet de l’équipe de Jurgen Evers en Ford Fiesta Sprint Cup !

“Pour des raisons professionnelles, je ne pouvais pas toujours me libérer la saison dernière, et j’ai laissé mon volant à Toon Bosmans, explique le trentenaire Kristoff. Mais pour acquérir un bon rythme dans ce genre de compétition, il faut beaucoup rouler et accumuler les kilomètres. Raison pour laquelle j’ai décidé de répondre présent lors des trois premiers meetings. Et l’objectif est bien sûr d’être aussi de la partie pour la suite !’’

Les performances de Kristoff démontrent que la Ford Fiesta Sprint Cup est une excellente école de la course automobile, même pour les pilotes… moins jeunes !

“Il y a en effet pas mal d’attention qui est portée aux jeunes pilotes rapides via la catégorie Junior, sourit Cox. C’est ainsi que je n’ai pas pu concurrencer quelques jeunes pilotes l’année dernière, quand bien même c’est de cette façon qu’on apprend le job. En fait, pour moi, c’est surtout une question d’amusement, et de pratiquer un sport auto abordable. A ce titre, il n’y a pas d’équivalent dans d’autres championnats sprint. Le rapport qualité/prix plaide clairement en faveur de la Ford Fiesta Sprint Cup !’’

En fait, l’envie de débuter en compétition ne date pas d’hier. Lors d’une visite à ce qui s’appelait alors les World Series by Renault en 2005, Kristoff Cox a contracté le virus, et c’est dans le cadre des Journées Passion Renault qu’il s’est retrouvé au volant d’une Mégane et d’une Clio RS en 2008, effectuant ses tout premiers tours sur ce qu’on considère comme ‘le plus beau circuit du monde’.

“Ensuite, toujours au travers des Journées Passion by Renault Sport, il y a eu des sessions avec la Clio Cup au Val de Vienne, ce qui m’a donné l’idée de tenter ma chance en Clio Cup. Mes obligations professionnelles en tant qu’avocat au barreau de Bruxelles, et des études de droit menées en parallèles ont eu la priorité, raison pour laquelle mes débuts en course ne datent que de 2017. La Renault Clio Cup était alors une course dans la course en TCR Benelux, et avec l’aide de Jurgen Evers, j’ai réussi à concrétiser un rêve : me retrouver au départ d’une course, qui plus est en Renault Clio Cup !’’

Après la fin de l’histoire du TCR Benelux, et donc automatiquement de la Clio Cup en tant que course dans la course, Kristoff était décidé à poursuivre ses activités en sport automobile. A cet instant, la Ford Fiesta Sprint Cup se profilait à l’horizon de la Belgique et des Pays-Bas.

“En 2018, j’ai testé une Fiesta, avant de finalement choisir de prendre part à une course de la Clio Cup française. Un autre rêve que je voulais réaliser. Je pouvais difficilement combiner les déplacements lointains en France et mes obligations professionnelles, raison pour laquelle une nouvelle campagne en Clio Cup France n’était pas une option. En me focalisant sur le Benelux, Jurgen Evers m’a dit qu’il avait procédé à l’achat de deux Fiesta. Un véritable appel, car ma préférence va clairement aux courses de sprint. En tant que pilote, il est possible d’y faire la différence, tandis que le choix de l’auto ne décide pas qui gagne ou qui perd. En outre, comme concurrent, on se retrouve seul concerné, ce qui signifie que vous êtes seul responsable du résultat final.’’

L’arrivée de Mathieu Detry en tant qu’équipier, Kristoff la considère comme un soutien important, aussi bien pour lui-même que pour les responsables techniques d’EJ Automotive.

“L’analyse des datas, le décryptage des images on-board, autant d’éléments pour lesquels Mathieu va pouvoir nous aider et nous accompagner. Je me réjouis de pouvoir collaborer avec lui. Et ce qui ne gâche rien, sa présence devrait permettre à EJ Automotive de signer de très beaux résultats !’’

Source: Com