Dans chaque compétition, il y a des gagnants et des perdants. Ayrton Redant, qui a loupé le titre dans la Ford Fiesta Sprint Cup pour à peine 2 points, a pu se consoler avec la couronne dans la Junior Ford Fiesta Sprint Cup. Martin Leburton a laissé ses illusions dans la toute dernière course de l’année, Jens Verbesselt était déjà en difficulté à cet instant, tandis que Philippe Huart n’était plus en lice pour la couronne depuis la veille au soir. De quoi offrir le titre à Kenny Herremans, qui a devancé sur les tablettes Ayrton Redant et Martin Leburton.

Et c’est ce même Martin Leburton qui a fait forte impression sur le rapide toboggan de Spa, engrangeant les points de juteuses 1ère et 2ème places. Sur le TT Circuit Assen, le pilote de la #44 Ford Vanspringel Motorsport a dû se contenter de deux 4èmes places, pour finalement achever la compétition au 3ème rang.

Et Martin de commenter : “Ce n’est pas à Assen que j’ai perdu le titre, mais suite à deux abandons qui ont compromis mes chances : lors de la première course sur le Circuit de Zolder, j’ai été éjecté de la piste, et plus tard, lors de la manche d’ouverture en lever de rideau des 24 Hours of Zolder, j’évoluais à une belle 2ème place lors qu’à deux minutes de l’arrivée, la mécanique m’a fait défaut, ce qui m’a fait plonger en 11ème position. Grâce au superbe travail de Vanspringel Motorsport, j’ai pu disposer d’une auto totalement remise à neuf en vue de la Course 2, ce qui m’a permis de finir 2ème derrière Longin. Sans ce double zéro pointé, j’aurais pu me contenter d’une 6ème et d’une 7ème places pour être champion à Assen…’’

A 26 ans, Leburton n’est pas un débutant. En 2009, il marchait sur les traces de son paternel Pierre via la VW Fun Cup, et depuis lors, il a pris part à neuf reprises aux 25 Hours VW Fun Cup. Un sacré contraste avec le concessionnaire Ford Vanspringel, qui a fonctionné pour la première fois en tant que team de course à l’occasion de la Ford Fiesta Sprint Cup.

“Pour Vanspringel Motorsport, cette 3ème place est excellente, car tout était nouveau pour eux, confirme Martin, qui travaille quotidiennement dans les infrastructures de Vanspringel. Ce qui ne les a pas empêchés d’abattre du sacré bon boulot, se distinguant par une très belle organisation. Ils m’ont offert la chance de mettre mon expérience en exergue dans une compétition sprint abordable et je pense pouvoir dire que tout a été mis en œuvre pour qu’on parle de Ford Vanspringel. Cela ne peut donc aller que crescendo, et oui, l’an prochain, nous viserons plus que jamais le titre !’’

Jens Verbesselt n’a pas gagné de course, mais à l’exception du week-end des 24 Hours of Zolder, l’homme de la #43 Ford Garage Trading a chaque fois trouvé place sur le podium, ce qui lui a permis de rester dans la course au titre.

“Surtout après les deux deuxièmes places sur le Circuit de Zandvoort, j’étais persuadé que je pouvais poursuivre sur mon élan, et me distinguer lors du sprint final, analyse Jens. A Spa, j’étais de nouveau 3ème sur le podium, et le week-end d’Assen a bien débuté avec de nouveau une 3ème place. Lors de la deuxième course, j’ai été victime d’un contact de la part de Yannick Redant, et les légers dommages qui en ont résulté m’ont renvoyé en 8ème place. Les jeux étaient faits.’’

Une occupation à temps plein dans le garage Ford familial à Machelen a empêché Jens de se libérer assez souvent pour préparer de manière optimale les week-ends de course.

“La plupart du temps, il s’agissait de faire un gros entretien, puis prendre tardivement la direction du circuit ! Pas ou peu d’essais libres pour travailler au set-up de la voiture et tenter différentes choses, ce qui m’aurait permis de tout donner lors des qualifications. Mais la raison principale de mon échec dans la course au titre, ce sont les abandons lors des deux premiers meetings. La saison avait plutôt bien commencé avec une 3ème place lors de la première course, mais lors de la joute suivante, l’auto a faibli. Ce qui s’est de nouveau passé lors du deuxième meeting sur le Circuit de Zolder. Je tire dès lors mon chapeau à Kenny Herremans. Il a pris un bon départ, et en dépit de moyens limités, et donc peu de kilomètres d’essais pour lui aussi, il est parvenu à finir toutes les courses, et souvent dans les hautes sphères du classement. Malgré cela, je me suis super bien amusé, les week-ends étaient vraiment chouettes, et j’ai beaucoup appris.’’

Philippe Huart a terminé le championnat au 6ème rang, derrière Stienes Longin, qui n’a disputé que trois meetings dans la Ford Fiesta Sprint Cup. Avec le Louvaniste, la nouvelle Ford Cup s’est offert un spécialiste en la matière : six années durant, Huart a joué les premiers rôles en Clio Cup, et il a disputé trois saisons en Mégane Trophy, avant de prendre part durant deux saisons au MINI Challenge, sans oublier la toute première saison du Challenge Peugeot 309 en Procar en 1990 !

“En comparaison avec d’autres coupes de marque, cela roule très fort en Fiesta Cup, et la moindre poussette est pénalisante, mais c’était une formidable expérience à rééditer. Je veux en effet profiter de la prochaine saison pour achever la carrière dans les coupes de marques en beauté…’’

S’il y avait un prix du pilote le plus malchanceux en Ford Fiesta Sprint Cup, il reviendrait sans l’ombre d’une contestation à Philippe ! Avant la confrontation de Spa-Francorchamps, il ne comptait que 8 points de retard sur le futur champion Kenny Herremans, et seulement 2 sur Leburton. Lors du rendez-vous de Spa, il signait le 7ème meilleur chrono de la confrontation belgo-néerlandaise (se classant 3ème Belge), et à deux reprises, le pilote de la #4 Ford Hergon a joué devant, lorgnant sur le podium et les gros points. Une collision et un moteur qui a manqué de souffle à deux reprises l’ont renvoyé au fond du top 10, avec pour conséquence qu’il pouvait faire une croix sur ses ambitions de titre.

“A Zandvoort, j’ai profité des averses pour me mettre en évidence, puisque j’ai signé le tour le plus rapide en course, pour me retrouver aux côtés de mon équipier Jens (Verbesselt) et du vainqueur Longin sur le podium, se souvient Philippe. Il y a eu aussi des moments moins bien, comme la Course 1 en avant-programme des 24 Hours. Grâce à la grille inversée, j’ai pu prendre le départ depuis la 2ème place, jusqu’à ce que Herremans se loupe au Premier Gauche, me percutant dans la mésaventure. Au volant d’une voiture endommagée, j’ai dû me contenter d’une 6ème place lors de la Course 2. Pure malchance…’’

Il est clair que la Ford Fiesta Sprint Cup a démontré tout son bien-fondé en qualité de catégorie sprint abordable, avec un plateau de pilotes Fiesta qui se battaient pour chaque place à chaque tour. Rendez-vous en 2019 pour la suite de ces sprints uniques en leur genre dans les Plats Pays !

Championnat:  1. Kenny Herremans 131; 2. Ayrton Redant 129; 3. Martin Leburton 124; 4. Jens Verbesselt 115; 5. Stienes Longin 110 ; 6. Philippe Huart 89 ; 7. Yannick Redant 82 ; 8. Thibault Parmentier 75 ; 9. Jo Vandersmissen 51 ; 10. Ruben Valckenaere 48 ; 11. Hanne Terium 46 ; 12. Niels Lagrange 43 ; 13. Phil Bastiaans, Nick Stox 39 ; 14. Bert Longin 37; 15. Frank Van Langendonck 33; 16. Romain Degeer 32; 17. Kata Bozó 26; 18. Rik Geerts 15; 19. Tom Feyaerts 11; 20. Ronald Bezuur 6

Source: Com