En tant que champion Junior en titre, Nathan Vanspringel comptait lors du lancement de la troisième saison de la Ford Fiesta Sprint Cup parmi les favoris pour marcher sur les traces de David De Saeger, son ancien équipier au sein de l’équipe Vanspringel. Après la troisième confrontation de l’année sur le Circuit de Zandvoort, Nathan n’est virtuellement plus en lice pour le titre, devancé par les hommes forts que sont Herremans, De Backer et De Laet, tandis qu’au classement Junior, il est devancé par le duo De Backer-De Laet, et a même été contraint de céder la 3ème place à Ruben Valckenaere, son équipier au sein des forces réunies Vanspringel Motorsport/TeamFloral !

“Si on prend les chiffres bruts, le bilan n’est effectivement pas bon, commente le jeune Nathan, 16 ans, qui dispute la coupe de marque Ford pour la deuxième année. Surtout si on compare à l’an dernier, où j’avais marqué des points à douze reprises. Mais si je dois dresser un bilan, je tire en fait plus de satisfaction dans mes prestations actuelles, quand bien même je n’ai pas encore remporté une seule victoire. Cela a fortement à voir avec le niveau de la compétition, et les qualités de mes adversaires cette saison. Tomas De Backer et Milan De Laet n’étaient pas totalement vierges en débarquant en Fiesta Cup, ayant accumulé beaucoup d’expérience en karting ou dans d’autres coupes de marque. Pour pouvoir les battre, je dois hisser mon niveau de jeu beaucoup plus haut que l’an dernier, quand je suis devenu champion ! C’est clairement plus relevé cette année, et le fait que nous soyons mêlés au top, avec Derdaele, Herremans et les meilleurs Hollandais, en est une preuve évidente. Dans ce contexte, j’en suis toujours à apprendre le job. Avec des hauts et des bas, et oui, quelques fois, des erreurs. Je ne serai sans doute pas champion Junior pour la deuxième fois, mais ce n’est pas grave en soi. J’aurai davantage de satisfaction si je peux sortir de cette saison plus fort et meilleur.’’  

Il convient de préciser qu’en 2019, Nathan avait été aidé dans sa lutte pour le titre par les ratés récurrents de concurrents rapides comme Hanne Terium et Giovanni Van Lil, pour finalement défaire Alexander Borgmans, un autre débutant en Fiesta. Débuter, c’est également ce que Nathan fait cette année dans un tout autre contexte, avec la collaboration entre Vanspringel Motorsport et le TeamFloral, qui connait bien la musique en Fiesta Cup.

“J’en avais davantage attendu du coup d’envoi sur le Circuit de Zandvoort. Comme je l’ai dit, parce que j’avais une année d’expérience, et que je roulais pour un team ayant pignon sur rue. Il a fallu s’adapter, et chercher des solutions sans pouvoir me reposer sur le cadre familial, tandis qu’entre-temps, la concurrence – lisez le duo De Backer-De Laet – n’est pas resté immobile. Raison pour laquelle nous avons fait appel depuis Assen aux services de Martin Leburton, vieille connaissance de la famille Vanspringel, et coach idéal en sa qualité d’ancien pilote Fiesta. Le résultat ne s’est pas fait attendre, car en terminant deux fois deuxième, j’ai signé mes meilleurs scores lors du week-end du Gamma Day…’’

Hélas. La Direction de Course était d’avis que sur le rapide TT Circuit Assen, Nathan n’a pas toujours respecté les règles du jeu, le gratifiant en Course 1 d’une pénalité de plusieurs secondes, ce qui lui a fait perdre sa 2ème place en Junior et sa 3ème place sur le podium général !

“C’est une coupe monomarque, avec des voitures identiques, ce qui signifie qu’il peut arriver qu’on donne le maximum dans certaines circonstances afin de prendre le meilleur sur un concurrent. Ce type d’incident fait partie de l’apprentissage du ‘close racing’. Surtout pour des pilotes moins expérimentés, moins chevronnés comme Ruben et moi. Je trouve que la Direction de Course aurait pu tenir compte de ce genre de chose. En évitant, par exemple, de me gratifier de 40 secondes, mais en me renvoyant en fond de grille en vue de la Course 2.’’

Dans cette fameuse Course 2, il allait se battre jusque sur la ligne d’arrivée pour la victoire en Junior contre Tomas De Backer et Milan De Laet, avec finalement un avantage de 18 millièmes de seconde pour l’Anversois ! En regardant attentivement les très beaux reportages télévisés réalisés par Jordy van Kouwen, beaucoup ont eu l’impression que la #29 avait franchi un peu plus tôt la ligne d’arrivée.

« Oui, nous avons visionné à plusieurs reprises les images prises par un cameraman. Au moment où l’image concernée a été figée au montage, on voit que ma voiture est la plus proche de la ligne d’arrivée, mais cette image est biaisée, vu que à ce moment Tomas devait encore surgir pour finalement faire la différence. Sur papier, je ne marque pas les points du vainqueur, mais la réalité me conforte dans l’idée que j’ai gagné en maturité en tant que pilote. »

Ce qu’il a d’emblée démontré lors des Voorjaars Races sur le Circuit de Zandvoort, lorsque Nathan, côte à côte avec son équipier Ruben Valckenaere, a pris le meilleur sur des cadors hollandaise comme Colin Caresani ou Dante Rappange. Les officiels se sont une fois encore montrés sans pitié.

“Après la course, j’ai d’emblée été m’excuser auprès de Ruben, et il a d’ailleurs reconnu qu’il avait aussi confondu vitesse et précipitation. Lors de la Course 2, je suis arrivé sans frein au virage de Tarzan après le départ, et j’ai tiré tout-droit. En Course 3, j’ai touché un mur de pneus, ce qui a entrainé des dommages et ne m’a plus donné voix au chapitre. On apprend de ces erreurs, n’est-ce pas ? Une fois encore, je veux retenir le positif, à savoir un 8ème temps absolu lors des qualifications 1, la 2ème place en Junior devant Tomas De Backer. Sur base de l’évolution qui est la mienne, je suis certain que je serai en mesure de finir l’année avec une pole position, ou une victoire ronflante. C’est et cela reste mon objectif pour 2020 !’’

Nathan et ses collègues auront-ils la chance de remonter en piste ? Cela dépendra du Corona et de l’entrave à nos libertés, avec la possibilité ou non d’encore organiser des meetings en cette arrière-saison…

Source: Com