Essai Ford Grand Tourneo Connect EcoBlue 1. 5-120 ch Titanium (16.11.2019)

Si la mode des monospaces a pour ainsi dire vécu, les ludospaces poursuivent leur carrière à leur rythme. Il faut dire que ces véhicules basés sur des utilitaires et dédiés aux familles conservent un réel intérêt pour ces dernières. Nous avons pris les commandes de l’interprétation Ford de la chose, le Tourneo Connect, dans sa version XXL. (Marc Lacroix)

 

DESIGN
Si le Tourneo Connect n’est pas un premier prix de beauté (ce n’est pas non plus ce qu’on lui demande !), il n’empêche que le style Ford dégage un certain charme sur la face avant. Pour le reste, c’est carré (pour le moins), ceci au bénéfice d’une généreuse habitabilité et d’un volume de charge qui peut aller jusqu’à 2620 litres, pour la version allongée Grand Connect.

 

HABITABLE
Avec ses 40 cm de longueur ajoutés, notre exemplaire permet de disposer de 2 places supplémentaires (option à 400€) que la traditionnelle version 5 places. Mais, étant plutôt étriqué et peu confortable, ce 3e rang ne sera utile qu’en besoin ultime… ou pour les enfants, qui adorent !

 

On appréciera aussi l’immenses surface vitrée, qui, comme dans notre cas, combinée à un grand toit panoramique génère une ambiance très lumineuse dans l’habitacle.

 

Appréciable aussi, les nombreux rangements (larges bacs de portières, accoudoir de belle capacité, vastes rangements au-dessus des pare-soleil), les prises USB et 12, et le cas échéant le plancher plat. Bref, fonctionnalité avant tout !

 

Sans être pléthorique, l’équipement se veut relativement bien fourni dès le 2e des 3 niveaux (Ambiente, Trend et Titanium). Peut-être dommage toutefois que régulation de vitesse adaptative (système d’atténuation de collision avec aide au maintien de trajectoire inclus) soit optionnel pour tous les niveaux (180€). Parmi les autres options, signalons aussi la surveillance de l’attention du conducteur, les systèmes d’atténuation de collision et de reconnaissance de panneau de signalisation, ainsi que le contrôle du roulis de la remorque.

 

TECHNIQUE
Des deux  motorisations diesel EcoBlue 1.5-100 et 120 ch qui sont proposées avec ce modèle, c’est le plus puissant qui équipait notre voiture d’essai, un bloc donné pour 270 Nm de couple disponibles dès 2 750 tr/min. Il est accouplé à une boîte manuelle à 6 rapports.

 

EN ROUTE

La position de conduite et l’assise en général sont bonnes. Par contre, on recourt largement au plastique dur mais dans ce cas voilà qui n’est peut-être pas plus mal vu la vocation familiale du Tourneo Connect.

 

La planche de bord est fonctionnelle, ergonomique et intuitive, tout comme le système multimédia Sync3 et son petit écran 6 pouces central tactile, qui sans être le plus excitant et le plus « tape à l’oeil » est en revanche facile à l’emploi.

 

Comme c’est la plupart du temps le cas chez Ford depuis quelques années, le châssis est excellent et confère au Tourneo un bel agrément de conduite, tout en conservant un excellent niveau de confort. En dépit du poids du véhicule (plus d’une tonne et demie), le petit 1.5 diesel se veut généralement vif sur les premiers rapports mais il est vrai qu’une fois en famille, reprises et relances s’en ressentent… Guidage et précision sont de rigueur pour la boîte. Quant au freinage, il fait lui aussi preuve d’efficacité.

 

Si le Tourneo Connect est disponible dès 21.796€, le Grand Connect essayé ici démarre à 23.000€ en 100 ch (23.878€ en 120 ch). Il n’est pas le moins cher, ni le plus cher mais les arguments avancés jouent plutôt en sa faveur, par rapport à une concurrence qui, sur ce marché, reste relativement limitée.

Liste de prix Tourneo Connect


Ford Tourneo Connect story (05/11/2019)

Sorte de descendant de l’Escort Van, le Ford Connect est né véhicule utilitaire au sein de la famille Transit et s’est décliné en version « passagers » (d’où sa désignation Tourneo plutôt que Transit) répondant ainsi aux critères de la catégorie dite ludospace (ex. Citroën Berlingo, Renault Kangoo…). Il est un rien plus habitable que le grand frère Courier, né bien avant lui* sur base Fiesta (1991). (Marc Lacroix)

* Aux Etats-Unis, Courier fut déjà utilisé par Ford dès les années 50, d’abord pour une sorte de break/fourgon, ensuite sous les traits de pick-ups.

 

03/2003 : Lancement du Tourneo Connect ; version « courte » et version « longue » ; fabriqué à Kocaeli (Turquie) :

 

 

Fin 2005 : Facelift ;

 

Fin 2009 : Facelift ;

 

09/2013 : Tourneo Connect II ; fabriqué à Valence (Espagne).

 

2018 : Facelift.