Jean-Eric Vergne s’est montré impérial lors du dernier ePrix de Paris. Auteur d’une plantureuse victoire à domicile, le Francilien a surtout creusé l’écart avec ses rivaux au championnat. Alors qu’il reste encore quatre courses à disputer, le pilote Techeetah possède 31 unités d’avance sur Sam Bird qui a terminé 3ème aux Invalides. A la fois beaucoup et peu à la fois.

Sachant que le power unit Renault qui équipe la monoplace de JEV est supérieur au DS du Britannique, on se demande comment le petit Bird va prendre la mesure de son rival tricolore. Mais en Formula E, tout est possible. Derrière, il n’y a plus qu’à espérer un miracle. Félix Rosenqvist (Mahindra) et Sébastien Buemi (Renault-e.dams) possèdent respectivement 61 et 77 unités de retard.

Lucas di Grassi (Audi Sport Abt), Daniel Abt (Audi Sport Abt), Nelson Piquet Jr (Jaguar), Mitch Evans (Jaguar) et André Lotterer possèdent chacun une chance mathématique de coiffer la couronne. Mais autant dire que c’est mission impossible si Vergne ne se prend pas magistralement les pieds dans le tapis à Zurich, Berlin et New York. Il faudrait vraiment le faire pour en arriver là.

Et Jérôme d’Ambrosio dans tout cela ? Le pilote Dragon a pris un mauvais départ à Paris et n’a pu faire mieux que 12ème. Le Bruxellois est actuellement 17ème du championnat avec 12 unités inscrites. Et au vu des piètres performances de sa monoplace, JDA risque bien de ne faire que de la figuration jusqu’à la fin de la saison…