Retour réussi de Jean-Yves Lejeune en Divisions 1-2-3

Ghislain de Mévius a survécu à l’hécatombe affectant les R5 (V. Mathieu)

Avec 142 voitures au départ, les organisateurs du Rallye de la Semois ont réuni quantité et qualité au départ de cette 18ème édition. Sans aucun doute une des plus belles avec six R5 au départ dont Ghislain de Mevius qui s’imposait en Division 4 après avoir trouvé d’emblée le bon rythme. De retour pour son épreuve annuelle, Jean-Yves Lejeune gagnait en D1-2-3 au même titre que Patrick Deblauwe en « Prov’Historic Classic », qui n’avait plus mis les roues sur ce parcours naturel depuis de nombreuses années. Enfin, Sébastien Demelenne s’imposait également en « Prov’Historic S/R ».

Avant quelques habituels forfaits, l’équipe du Promo Racing affichait complet pour une épreuve qui reste toujours très populaire. Idéalement placée avant la reprise du championnat national, quelques références de la catégorie R5 étaient de la partie sur les terres d’Eric Cunin qui visait une dixième victoire, en Skoda Fabia R5 pour l’occasion. Au menu, quatre spéciales autour de Bièvre dont les fameux chronos de Bellefontaine et Gedinne qui comptaient non moins de 20 et quasi 23 kilomètres ! Pour une seconde face à Adrian Fernémont et Ghislain de Mevius sur des R5 similaires, Cunin était le plus rapide dans les 10 premières bornes de Gros-Fays. Si Fernémont répliquait pour une petite seconde à de Mevius et Christophe Verstaen (Ford Fiesta R5) dans les cinq courts kilomètres d’Opont, il allait ensuite devoir en rester là suite à des soucis de différentiel. De son côté, Ghislain prenait le meilleur temps dans le premier juge de paix de Bellefontaine et passait en tête pour six secondes face à Cunin. Mais sur le circuit (Gedinne), le local retardait un peu trop un freinage, ne pouvait éviter une chicane et « soulageait » de Mevius qui rentrait avec 38 secondes d’avance sur Verstaen après la première des trois boucles. Venu également reprendre le rythme avant la fin de saison, Cédric De Cecco (Fabia R5) était revenu à cinq secondes de Christophe avant de se retirer. Et l’hécatombe continuait du côté des R5 puisque la Fiesta devait aussi se ranger après avoir cassé son radiateur de boîte.

Top 5 final inespéré sur le papier pour Jonathan Wiart (J. Berger)

Premier déçu de l’abandon de ses rivaux, Ghislain accumulait de précieux kilomètres en vue de la suite de la saison et s’imposait logiquement avec plus de six minutes d’avance. A seulement trois secondes de la Mitsubishi Lancer Evo9 de Jean-Philippe Radoux après la première boucle, Loïc Pirot (BMW M3 E46) continuait sur sa lancée de la Famenne et prenait une inespérée deuxième place au général après les soucis de pont de Radoux. Et les propulsions étaient en forme puisque Christian Guillemin et sa Porsche 997 GT3 grimpaient sur le podium, non loin de Pirot. Des six R5 au départ, l’Allemand Uwe Gropp installait sa DS3 à la quatrième place devant la BMW M3 E36 de Jonathan Wiart. Le duel était beau entre ce dernier et Alexandre Guillemin (Nissan 350Z) qui parvenait à rejoindre l’arrivée malgré un cardan cassé dans la dernière. Devant ceux-ci après la première boucle, Didier Bosseloir (Honda Civic R3) était l’homme fort des tractions de la D4 et remportait la 4-13. Non loin avant de crever, Thibaud Mazuin (Peugeot 208 R2) passait le leadership de la classe 12 à l’Allemand Benjamin Schmitt (Citroën C2) qui était également dans le bon rythme au même titre que Corentin Dozot. Malheureusement, des soucis respectifs de moteur et de boîte les contraignaient à laisser la victoire en 1600cc à Stéphane Delmelle qui continuait l’apprentissage de sa Skoda Fabia R2. Aux portes du top 10, il menait une course intelligente pour précéder Dimitri Marion (Citroën C2-R2) de 20 secondes parmi les 24 classés.

Jean-Yves Lejeune s’est offer une belle victoire à domicile (J. Berger)

Si la bagarre a vite tourné court en D4, les utilisateurs de pneus de tourisme assuraient spectacle et chrono dans les spéciales. Rien qu’en classe 10 pour les montures de 1600 à 2000cc, ils étaient 28 au départ ! Très en verve pour l’instant, les Citroën DS3 R3 étaient une fois de plus en grande forme. Pour une première avec cette monture, Nicolas Vanderweerde signait directement le premier meilleur chrono avant de faire aussi bien dans le quatrième. Dans Opont, Emmanuel Balthasar réussissait l’exploit et un scratch avec sa Peugeot 309 (malheureusement contrainte à l’abandon mécanique par la suite). Jamais loin, Jean-Yves Lejeune (DS3 R3) était néanmoins le plus régulier après la première boucle, six secondes devant l’Opel Astra de Julien Delleuse. Durant toute la journée, ce duo allait s’échanger les meilleurs temps jusqu’à l’avant dernière spéciale où Julien effectuait une petite touchette qui allait endommager son train arrière. Sorti de la route, Vanderweerde devait aussi en rester là. A moins de dix secondes de la victoire après la première boucle, Laurent Mottet (306) et Eddy Marique (Astra) n’étaient jamais loin et si Mottet se classait premier dauphin, Marique rencontrait malheureusement de nouveaux soucis mécaniques. De quoi offrir le podium à « Jé » (DS3 R3) qui prenait par la même occasion la tête du championnat FWB. Pour le top 5, la bagarre était également très intense et ce sont finalement Jean-Julien Gaudin (306) et Serge Minet (Renault Clio) qui y remontaient après les divers soucis de Jérôme Linchamps, Gérard Schmidt (mécaniques sur les Peugeot 206) ou encore Jean-Pierre Van de Wauwer (sortie avec sa nouvelle Lancia Beta). Derrière, Jean Degreef (Seat Ibiza) prenait la sixième place devant la famille Jaminet et leurs Clio où Didier précédait finalement Aurélien pour trente secondes.

Jonathan Alexandre s’est imposé en classe 4 (V. Mathieu)

Déjà auteur du huitième chrono dès la première spéciale, premier en moins de 1600cc, Charles Blerot (Peugeot 106) y précédait celles de Pascal Bomblé et Thomas Delrez dont les mécaniques ne tenaient pas par la suite. Finalement neuvième du général, Blerot signait un bel exploit en gagnant également sa classe comme les moins de 1400cc de David Delvigne (13ème avec la Nissan Micra 3-8) ou encore Jonathan Alexandre (25ème avec la Honda Civic 2-4). Entre eux, Fabrice Marcolongo (106, 17ème) parvenait à résister à Vincent Spelte (Citroen DS3 HDi) pour 15 secondes en classe 5. Mieux encore en 3-11 pour Denis Willem (BMW 323 ti) qui terminait dans le top 10 du général pour 13 secondes face à la version E36 de Jean-Loup Morel ! 18ème, Joël Wolfs remportait la classe 6 pour une première avec son fils Sacha tandis que Jean-Claude Daniels (Renault Clio, 38ème) signait une nouvelle victoire en 1-2.

Patrick Deblauwe a renoué avec la victoire en PH Classic (V. Mathieu)

Avec 15 historiques en Classic et 9 en S/R, le plateau était joli également du côté des anciennes. En PH Classic, c’est Patrick Deblauwe (Ford Escort) qui menait du début à la fin sur ce parcours qu’il retrouvait avec grand plaisir. Sans une double crevaison, Rik Vannieuwenhuyse (Escort) aurait pu prétendre à la deuxième place qu’occupait finalement Jencôme Theis pour sa deuxième course avec la Porsche 911 ex-Frédéric François. A noter qu’avant ses soucis mécaniques, la petite Lotus Elan de Grégoire Destexhe jouait le podium du général. Quatrième, Etienne-Philippe Courtin (Escort) conforte sa première place au championnat FWB et devançait ici le vainqueur en classe 17, Nicolas Louis et sa VW Golf. Quant à Marvin Jussiant, il gagnait une nouvelle fois la PH 16 avec son Opel Corsa.

Les Opel étaient également très en forme du côté PH S/R avec la victoire de l’Ascona de Sébastien Demelenne devant les Manta de Tony Lattaque et Michel Moers.

 

CLASSEMENTS GENERAUX

Division 4 :

1. Gh. de Mevius-J. Jalet (Skoda Fabia R5-1er 4/14) en 1h27’53

2. L. Pirot-J-B. Bodet (BMW M3 E46) +6’37

3. Chr. Guillemin-D. Segers (Porsche 997 GT3-4/14) +7’13

4. U. Gropp-T. Korb (Citroën DS3 R5-4/14) +7’39

5. J. Wiart-D. Burlet (BMW M3 Compact-4/14) +10’06

6. A. Guillemin-P. Maes (Nissan 350Z-4/14) +10’20

7. D. Bosseloir-St. Creffier (Honda Civic R3-1er 4/13) +10’36

8. B. et S. Howlett (Peugeot 306-4/13) +11’51

9. M. et D. Wilders (Honda Civic Type R-4/13) +11’58

10. E. Pagnotta-C. Maquet (Subaru Impreza-4/14) +12’16

11. St. Delmelle-D. Gaspard (Skoda Fabia R2-1er 4/12) +12’21

(24 classés)

Divisions 1-2-3 :

1. J-Y. Lejeune-B. Baudoin (Citroën DS3 R3-1er 3/10) en 1h36’44

2. L. Mottet-B. Falmagne (Peugeot 306-3/10) +27 »

3. « Jé »-E. De Bolle (Citroën DS3 R3-3/10) +1’18

4. J-J. Gaudin-A. Houbotte (Peugeot 306-3/10) +3’56

5. S. Minet-Fr. Mercy (Renault Clio-3/10) +4’05

6. J. Degreef-R. Bridoux (Seat Ibiza-3/10) +4’20

7. D. Jaminet-Chr. Coulon (Renault Clio-3/10) +4’28

8. A. Jaminet-R. Jaminet (Renault Clio-3/10) +4’58

9. Ch. Blerot-A. Dauby (Peugeot 106-1er 3/9) +5’13

10. D. Willem-V. Pirlot (BMW 323 ti-1er 3/11) +6’01

11. J-L. Morel-Th. Verkaeren (BMW E36-3/11) +6’14

12. J. Wuidar-D. Pestiaux (Opel Corsa-3/9) +7’42

13. D. Delvigne-D. Verbruggen (Nissan Micra-1er 3/8) +8’38

14. J. Vanlanguenakers-A. Rassart (VW Polo-3/9) +8’43

15. M. Fleischmann-J. Decker (Honda Civic Type R-3/10) +9’13

17. F. Marcolongo-Fr-X. Roger (Peugeot 106 Gti-1er 2/5) +10’41

18. J. et S. Wolfs (Opel Astra-1er 2/6) +10’43

25. J. et L. Alexandre (Honda Civic-1er 2/4) +12’59

38. J-Cl. Daniels-M. Buyle (Renault Clio-1er 1/2) +20’02

(44 classés)

Prov’Historic Classic :

1. P. Deblauwe-J. Lemaire (Ford Escort MK2-1er PH/18) en 1h41’18

2. J. Theis-G. Dodion (Porsche 911-1er PH/19) +7’05

3. R. Vannieuwenhuyse-K. Deroo (Ford Escort MK2-PH/18) +8’09

4. E-Ph. Courtin-J-M. Toussaint (Ford Escort MK2-PH/18) +10’29

5. N. Louis-M. Genin (VW Golf GTi-1er PH/17) +12’38

7. M. Jussiant-F. Hannot (Opel Corsa A-1er PH/16) +18’35

(9 classés)

Prov’Historic S/R :

1. S. Demelenne-S. Wolfs (Opel Ascona-1er PH/SR) en 1h43’01

2. T. et Ch. Lattaque (Opel Manta-PH/SR) +1’00

3. M. Moers-A. Wiot (Opel Manta-PH/SR) +4’17

4. G. Encart-E. Grapotte (VW Golf-PH/SR) +16’33

5. G. Wauthier-S. Glenet (Opel Ascona-PH/SR) +24’41

(5 classés)