La Hundred Series by BGDC reste de loin le championnat de Belgique des circuits proposant le rapport performance-prix le plus intéressant. Pour la somme de 6.000€ environ, il est déjà possible de disputer une saison complète au volant d’une vraie voiture de course dépassant les 200 Km/h. Après une année 2018 plus difficile, la compétition accessible aux amateurs, gentlemen drivers et autres jeunes loups reprendra des couleurs en 2019. Patrick Van Billoen, cheville-ouvrière du BGDC, s’est confié sur les grandes lignes et les quelques nouveautés de la saison à venir.

Patrick, êtes-vous satisfait des premières tendances pour cette saison 2019?

« Nous avons constaté un certain engouement. Par rapport à la saison précédente, nous avons plus d’inscrits à toute la saison. Nous avons misé sur une stabilité technique et sportive, tout en limitant les six courses du calendrier à une durée de 200 minutes. Nous allons visiter des circuits magnifiques comme Magny-Cours et Assen, ce qui n’est pas dénué d’intérêt pour certains. Même s’il y a toujours moyen de mieux faire, la direction prise pour 2019 a l’air de porter ses fruits. »

Combien d’engagés y aura-t-il cette saison ?

« On devrait a priori avoir environ 35 voitures sur chaque course. Il y a eu un énorme regain d’intérêt pour la Classe A (- de 1600cc) qui est la formule d’accès au BGDC. La Classe B (- de 2000cc) et la Classe D (- de 2500cc) restent aussi des valeurs sures. Il y a pas mal de nouveaux projets qui sont en train de se faire. On aura aussi quelques nouvelles têtes dans les autres Divisions. Et à 10 jours du début de la saison, nous espérons encore convaincre quelques indécis… »

Qu’avez-vous envie de dire aux propriétaires d’autos vues auparavant en BGDC ?

« Messieurs, craignez-nous parce qu’on va vous teaser (rires) ! Plus sérieusement, il y a beaucoup de voitures qui existent et dorment dans des garages. J’espère qu’elles reviendront parce qu’elles sont toujours les bienvenues et il y aura toujours des pilotes à la recherche d’un volant pour courir et s’amuser dans notre championnat. »

Vous aviez évoqué de faire cause commune avec d’autres séries. Qu’en est-il ?

« A Assen et en lever de rideau des 24H2CV à Spa, nous serons rejoints par les Hollandais du FTWC Endurance, une compétition en tous points similaire à notre BGDC. Cela permettra de gonfler le plateau avec une vingtaine d’autos en plus. Et lors du prélude des 25H VW Fun Cup, les Anglais du 750MC nous rejoindront. Ils nous ont demandé 45 places. On devrait donc allègrement dépasser le nombre de 70 voitures en piste ! »

Quid du challenge Hankook ?

« Cette année, Hankook est devenu notre partenaire principal (mais non-obligatoire pour les concurrents) et s’investit à nos côtés. Le manufacturier fait un gros effort en proposant un pneumatique offert pour trois achetés, le tout à un tarif préférentiel. Une course dans la course sera proposée aux voitures équipées de gommes Hankook avec podium et points à chaque manche. En fin d’année, Hankook a prévu un petit quelque chose en récompense. On pourra vous en dire plus ultérieurement. »

Reverrons-nous les vidéos officielles qui font partie du charme du BGDC ?

« Oui ! Nous avons demandé à Jean-François Thyssen d’être présent à chaque meeting, comme c’était le cas auparavant. Les vidéos seront disponibles sur Youtube en français mais aussi en néerlandais. C’est un investissement conséquent mais il en vaut la peine. Les concurrents ont toujours apprécié de voir leur voiture apparaître dans la vidéo et ils peuvent montrer cette dernière à leurs amis, leur famille ainsi qu’à leurs sponsors. »

Le BGDC se reproduira-t-il un jour à la lueur des phares ?

« Jusqu’en 2015, notre finale se tenait à Zolder dans le cadre de la Race Promotion Night qui démarrait effectivement au crépuscule pour se finir au clair de lune et était une course très plébiscitée. Mais nous étions freinés par la restriction sonore de 95 décibels. Mais cette dernière pourrait bientôt passer à 98 dB. Cela changerait beaucoup de choses. Si tel est le cas, nous ferons la demande pour revenir à la RPN. Nous commencerons à plancher sur 2020 à partir d’avril-mai et nous en saurons plus d’ici là. »

M.Businaro avec Com