Une exceptionnelle variété de marques et de modèles

Il y a un an, Superstage annonçait la création d’une nouvelle épreuve à côté de ses fers de lance que sont le Renties Ypres Rally et le ConXioN Ypres Historic Rally, sans oublier les rallysprints du Monteberg et d’Audenarde. Aujourd’hui, l’heure fatidique approche. Du 30 novembre au 2 décembre, l’Ypres Rally Regularity vivra sa première édition. Et elle marquera d’emblée les esprits.

En 1977, une Lancia Stratos s’était imposée à Ypres aux mains de Bernard Darniche. Une italienne de ce type pourrait jouer un rôle en vue en régularité à la fin du mois puisque son pilote Jochen Claerhout sera secondé par l’excellent Anton Dupan.

Après les vacances d’été, les organisateurs semblaient prêts à se satisfaire d’une soixantaine de participants mais finalement, après la clôture officielle des inscriptions, la liste totalise 82 engagés. Et si on ajoute les participants à la balade Targa Florio Grand Prix du seul dimanche 2 décembre, ce sont 157 voitures et équipages qui se sont donné rendez-vous à Ypres en ce premier week-end de décembre.

L’Ypres Rally Regularity étant ouvert aux véhicules homologués entre 1950 et 1987, l’épreuve n’aura pas la classe de présenter des ancêtres d’avant-guerre, lesquels se font de toute façon de plus en plus rares dans ce genre de manifestation. Le plateau attendu n’en sera pas moins exceptionnel puisque, dans la seule épreuve de régularité, pas moins de 24 marques seront représentées et les spectateurs pourront admirer une rarissime palette de 45 modèles différents.

Les Porsche seront largement majoritaires au départ du Ypres Rally Regularity. Avec Freddy Moors à sa droite, Serge Adriaens alignera la plus ancienne des 911, une 2.4S. (photo E. Coppée)

Si les Porsche seront inévitablement les plus nombreuses (26 représentantes), la variété sera bien plus appréciable que dans la plupart des autres classiques belges de la régularité. S’il est courant de voir au départ des Alfa Romeo, Austin/Morris, Austin Healey, BMW, Ford, MG, Opel, Peugeot, Renault, Toyota, Volvo et VW, on se réjouit de se remémorer d’autres souvenirs avec une Alpine Renault A110, des Audi, Citroën, Honda, Lancia (il y aura une Stratos au départ), Mercedes, Mitsubishi, Saab, et même une Apal et une NSU. L’Apal Coupé de Patrick Van Remoortel sera la plus ancienne voiture du plateau (1951), devant la… Renault 4CV du couple anglo-français Ian et Julie Wright (1955), et la Volvo PV444 de Jean-Jacques Martens (1957).

Pour une première, l’Ypres Rally Regularity pourra aussi se targuer d’accueillir une vingtaine de participants étrangers, représentant 6 pays: Allemagne, France, Grande-Bretagne, Luxembourg, Suisse et même Australie! Etonnant, en revanche, qu’aucun Néerlandais ne soit engagé. Mais un des favoris se trouve parmi les précités puisque le dernier copilote vainqueur en date du RAC Historic sera de la partie.

Côté Belges, certaines grosses pointures engagées très tôt ont malheureusement dû revoir leurs plans. On pense à Michel Decremer, qui laisse Patrick Lienne sur la touche, à Dirk Van Rompuy et à Pieter Tsjoen, voire Paul Albert Herman (laissant hélas Baptiste Gengoux à pied), Glenn Janssens et Benoit Verlinde. Mais le plateau restera de très haut niveau avec une vingtaine d’équipages pouvant prétendre à la victoire et une douzaine d’autres à placer au rang de sérieux outsiders. Constatation réjouissante dans notre pays où la langue reste trop souvent un facteur pénalisant, on relève ici plus de références francophones que de néerlandophones au sein des candidats à la victoire. On apprécie par ailleurs de trouver parmi les inscrits quelques grands noms du rallye « moderne » tels Tim Van Parijs (sur une Porsche 356), Kurt Heyndrickx (qui prendra le volant d’une Porsche Targa), Guino Kenis et Theo Ulens (qui se prépare sérieusement à une première expérience avec son fils Tim), ainsi que certains copilotes moins actifs ces dernières années comme Georges Van Oosten.

Parmi les 45 modèles différents attendus à Ypres fin du mois, deux Alfa Giulia et une Ford Cortina.

Nous reviendrons prochainement sur la liste des candidats à la victoire mais une chose est sûre: l’Ypres Rally Regularity, qui est d’emblée candidat à une reconnaissance européenne (et sera donc sans doute moins abordable l’an prochain), s’inscrira dès sa première édition parmi les épreuves de référence en matière de régularité. Et à côté de celui de fin juin pour le Renties Ypres Rally moderne, un nouveau grand rendez-vous automobile fera battre le cœur d’Ypres début décembre. (Bernard Verstraete)

La liste des modèles attendus au Ypres Rally Regularity

Sur leurs Audi Quattro, Dirk Depestel (ci-dessus) et Mario Varrewaere seront parmi les rares habitués des épreuves VAS à relever le défi d’Ypres à la fin du mois. (photo S. Turkery)

Alfa Romeo Giulia
Alfa Romeo GT Junior
Alpine Renault A110 Berlinette
Apal Coupé
Audi Coupé / Quattro
Austin Healey 3000 Mk1
Austin Mini
BMW 2002
BMW 2800 CS
BMW E30 325i
Citroën Dyane
Ford Anglia
Ford Cortina
Ford Escort Mk1 + Mk2
Honda Civic CRX
Lancia Delta Integrale
Lancia Fulvia
Lancia Stratos
Mercedes Benz 280 SLC
Mercedes Benz 300 SEL 6.8 AMG
MG B GT + Roadster
Mitsubishi Lancer
Morris Mini Cooper

Les NSU sont devenues rares dans les épreuves historiques mais les spectateurs pourront en admirer une à Ypres les 30/11 et 1-2/12. (photo KVD)

NSU 1000
Opel Kadett C
Opel Manta A
Opel Monza
Peugeot 104 ZS
Peugeot 205
Porsche 356
Porsche 911 Coupé + Targa
Porsche 924
Renault 4 CV
Renault 5 Alpine Gr.2
Saab 99
Toyota Celica GT
Toyota Corolla GT
Toyota Starlet
Volvo Amazon 123 GT
Volvo 164
Volvo PV444
VW Golf 1 GTI
VW Porsche 914

 

Les BMW 2002 (ici celle d’Adriaensens) ont animé les premières éditions des 12H d’Ypres. Trois exemplaires tenteront de faire de même dans 3 semaines au 1er Ypres Regularity.