Après deux ans d’absence au plus haut niveau des rallyes belges, le Lasnois de bientôt 29 ans est de retour au volant d’une Fabia R5. Il sera assisté en alternance par Véronique Hostens et Lara Vanneste.

C’est la toute dernière bonne nouvelle concernant un Championnat de Belgique des rallyes au top et une excellente surprise : Guillaume Dilley effectuera son grand retour à l’occasion du Haspengouw Rally avec un programme de minimum six manches qui pourrait vite s’étoffer en fonction des résultats.

« Je suis en effet très heureux de pouvoir vous confirmer que je participerai à au moins six manches du championnat belge cette année au volant d’une Skoda Fabia R5 de J-Motorsport, le team de Jourdan Serderidis, » s’exclame Guillaume qu’on n’avait plus vu au départ de la saison belge depuis 2015, année où, après son titre Junior avec Peugeot, il avait terminé vice-champion de Belgique derrière Freddy Loix aux commandes d’une Citroën DS3-R3. « Ma dernière vraie bonne campagne avant les galères avec le Junior Team Citroën et la DS3 qui cassait tout le temps ou la Hyundai R5 au volant de laquelle je n’ai disputé que trois courses avec beaucoup d’ennuis mécaniques aussi en 2017. Cela m’avait quelque peu dégoûté, je l’avoue. Mais le virus était toujours bien là. Quand on aime le rallye, c’est pour la vie. L’an dernier, j’ai pris part au Rallye de Wallonie sur une petite 208 R2 avant de donner un coup de mains à Jourdan au Condroz et cela m’a redonné l’appétit. Le championnat s’annonce super intéressant et relevé cette année avec une dizaine de candidats au podium. J’avais vraiment envie d’en être, d’effectuer un vrai retour, revenir dans le match sans avoir la pression de devoir de suite signer un résultat. Avec Jourdan Serderidis, le boss de J-Motorsport, mon ami Anthony Bourdeaud’hui, mais aussi Lara (Vanneste) et Véronique (Hostens) sans lesquelles je ne serais pas là, j’ai trouvé des personnes aussi motivées et passionnées que moi. En réunissant nos efforts, on a réussi à monter un beau programme. Depuis quelques semaines, je suis excité comme un gamin la veille de Saint-Nicolas. »

Il démarrera à l’Haspengouw et se poursuivra à Spa, au Wallonie, à Ypres, Roulers et au Condroz avec en prime le Rallye de Wervik en juin pour préparer le sommet yprois.

« Le TAC pourrait vite s’ajouter si cela se passe bien lors des deux premiers, de même que l’East Belgian. On y travaille déjà, » sourit Guillaume prêt à relever un gros défi. « Je suis bien conscient que le rythme des Fernémont, Princen, de Mevius ou Bédoret est très élevé. Je me prépare psychologiquement à prendre une grosse claque au premier TRC à Landen. Je m’attends à prendre au minimum une seconde au kil’ ce qui sera normal après deux ans sans rouler. Heureusement, les spéciales seront nouvelles ce qui gommera une partie de leur avantage. »

Guillaume Dilley ne se met en tout cas aucune pression : « Je vais démarrer avec la Skoda Evo1 avant d’étrenner à Spa une toute nouvelle Evo2 qui sera aussi la voiture utilisée pour le programme de Jourdan. Mon but est de revenir progressivement dans le match et de pouvoir viser les podiums sur la deuxième moitié de saison. Je sais que sur la vitesse pure, je n’ai aucune chance de battre mes rivaux aujourd’hui. Mais ma régularité pourrait s’avérer payante, comme en 2015 avec la R3. Je ne vise forcément pas le titre cette année, même si je rêve d’être sacré champion de Belgique un jour. Adrian Fernémont est pour moi un exemple. Il a été couronné sur le tard avec une courbe de progression hallucinante ces deux dernières saisons en roulant beaucoup avec du matériel fiable. »

En 2020, Guillaume sera donc assisté de deux jeunes femmes, Véronique Hostens et Lara Vanneste.

«J’avais dit que j’arrêtais fin 2018 après avoir décroché le titre belge avec Vincent Verschueren en 2017, mais j’ai eu l’occasion d’effectuer une pige à Ypres l’an dernier aux côtés de Kevin Abbring et j’ai pris tellement de plaisir que je suis revenue sur ma décision. Je suis une fille de rallye, » explique l’ex-championne des copilotes Véronique Hostens. «Quand ma meilleure amie Lara m’a proposé d’épauler Guillaume quelques courses, je n’ai pas hésité trop longtemps même si c’est la première fois que je devrai dicter les notes en Français. J’aime les nouveaux défis et j’ai toujours apprécié le style de pilotage de Guillaume. On va bien se préparer. Je suis très heureuse en tout cas de pouvoir retrouver l’ambiance du championnat de Belgique. Après le Haspengouw, j’épaulerai encore Guillaume à Wervik et Roulers. Mais une ou deux autres épreuves pourraient s’ajouter en cours de route. Je ne vais pas tout dévoiler de suite… »

Pour le reste de la saison, Guillaume sera assisté de Lara Vanneste, vue ces dernières années aux côtés de Kevin Demaerschalk.

« Je suis moi aussi très heureuse de retrouver Guillaume que j’avais déjà copiloté en 2014, l’année où l’on a gagné la 208 Cup et le titre Junior, » se réjouit Lara. « En plus d’être un pilote rapide et intelligent, c’est un garçon adorable et honnête. Il a déjà montré de très belles choses et je crois qu’il a le potentiel, dans un bon contexte, de rapidement aller jouer devant. Il va se remettre dans le rythme à Landen et Spa, mais dès le Wallonie, je le vois signer des chronos parmi les meilleurs et jouer le podium. J’ai mis beaucoup d’énergie et d’efforts pour pouvoir monter ce programme avec Jourdan, Véro et lui. Je suis déterminée et convaincue qu’il a du potentiel et encore une belle marge de progression pour devenir à terme un des acteurs principaux du championnat de Belgique. »

Tous les feux sont au vert. L’enthousiasme autour de ce programme est contagieux et l’on a vraiment hâte que la saison démarre, le 29 février à Landen.

Source: Com