Belle victoire de Serge Minet en Divisions 1-2-3

Harry Hérion a réussi à contenir les assauts d’Olivier Collard pour briguer un second succès consécutif (V. Mathieu)

Disputé dans des conditions météo très changeantes, le Rallye de la Famenne a connu une nouvelle édition délicate où les pilotes ont pu faire la différence. Passé sur la version R5 de la Skoda Fabia, Harry Hérion a été impressionnant d’un bout à l’autre de l’épreuve. Il gagne en D4, imité par Serge Minet (D1-2-3), Julien Collette (PH Classic) et Eric Debaty (PH/SR) dans les autres classements.

Avec les « Histo Démo », ils étaient finalement une petite centaine au départ de l’épreuve dans les ateliers d’Access Auto à Rochefort. Et avec les précipitations tombées durant la nuit et qui perduraient par intermittence durant les deux premières boucles, ils étaient nombreux à redouter les pièges de l’épreuve. Avec ses 14 kilomètres pour démarrer, le Gerni allait une nouvelle fois permettre aux meilleurs de faire la différence. Ensuite, les organisateurs de l’Ecurie Bayard avaient réuni les anciens « chronos » de Roy et Bande pour atteindre quasi 12 kilomètres. Si les six kilomètres de Lesterny étaient plus classiques, les trois boucles se terminaient par la longue spéciale show de Forrières, d’une quinzaine de kilomètres.

Loïc Pirot a associé spectacle et performance sur des routes ne favorisant pas sa BMW (V. Mathieu)

Et comme l’an dernier, c’est dans le Gerni que Harry Hérion (Skoda Fabia R5) frappait fort avec 10 secondes de mieux qu’Olivier Collard (Mitsubishi Lancer Evo10), néanmoins gêné par le concurrent précédent. Auteur des meilleurs temps dans Roy et Forrières, le Luxembourgeois Steve Fernandes (Fabia R5) revenait à 14 secondes de Hérion après la première boucle et Collard à 25, après un scratch dans Lesterny. Enchaînant trois meilleurs temps en deuxième boucle et les deux derniers de la troisième, Hérion et son copilote Mickaël Comble gagnaient pour la deuxième fois leur épreuve après celle remportée en WRC l’an dernier. Avec trois nouveaux scratches, Collard parvenait à repasser Fernandes pour la deuxième place. Thibaud Mazuin (Fabia R5) était également auteur d’une bonne dernière boucle qui lui permettait de précéder le Luxembourgeois Yann Munhoven qui découvrait la version Evo 10 de la Mitsubishi Lancer. Sixième avec sa BMW Compact, Loïc Pirot ne pouvait rêver mieux avec une deux roues motrices, qui précédait encore deux R5. Entre ces deux dernières, Jordan Remilly sortait également la course parfaite avec sa Citroën C2 pour prendre la huitième place et la victoire en classe 12. Non loin, Jérôme Septon (Ford Fiesta R200) occupait une belle dixième place devant le Néerlandophone Frédérik Vandeloock et sa petite BMW E30. Derrière, on retrouvait Didier Grandjean (Opel Corsa) qui remportait, en outre, la classe 13.

Serge Minet s’offrait une course en DS3 R3, bien lui en a pris avec une belle victoire en D1-2-3 (V. Mathieu)

Dans le classement des Divisions 1-2-3 où les pneus de tourisme sont obligatoires, les plus récentes Citroën DS3 R3 et Peugeot 206 faisaient la différence au même titre que leur pilote. Sur la « lionne », Bertrand Baudoin brillait dans le Gerni avant que Serge Minet n’enchaîne trois scratches avec la DS3. De quoi précéder Baudoin pour deux petites secondes à l’issue d’une première boucle où on avait trop rapidement perdu Eddy Marique (souci mécanique sur l’Opel Astra). Dans la suivante, Bertrand Baudoin devait en rester là suite à une pression d’huile trop élevée tandis que Nicolas Vanderweerde (Peugeot 106) sortait de la route alors qu’il se battait pour le podium final. Finalement, Serge Minet s’imposait sans soucis devant Julien Delleuse (Opel Astra) qui signait les trois derniers meilleurs temps. Lui aussi en DS3, Olivier Martin évoluait intelligemment durant toute la journée pour prendre la dernière marche du podium après une belle bagarre avec Sébastien Luis, jamais très loin et qui gagnait la classe 9. De retour en « pneus de tourisme » après 11 ans, Grégory Sacré (BMW 328i) aurait également eu sa place dans le top 5 sans des ennuis de pont.

Le jeune Duterme s’est distingué pour s’imposer en classe 9 (V. Mathieu)

Finalement, c’est le jeune Quentin Duterme qui prenait la cinquième place à domicile dès sa deuxième épreuve en Citroën C2. Pour trois secondes seulement, il précédait la Renault Clio de Kevin Petitfrère tandis que la petite 106 du duo de pilotes Pierre Watelet / Didier Legros n’échouait qu’à quatre petites secondes du top 5. Il se consolait néanmoins avec une belle victoire en 3/8 devant Vincent Jottard (106) et Christophe Doeran (VW Polo). Dixième du général et vainqueur en 2/6, Charles Rousseau (Renault Clio) prenait encore d’importants points pour le championnat de la Fédération Wallonie-Bruxelles qu’il mène toujours. 17ème, Jordan Baele (106) signait une belle victoire de classe en mémoire de Sandro Théodore. Dans la Division 1 des voitures d’origine, Michaël Masson (24ème avec sa BMW 320i) remportait la classe 1-3 devant Jean-Claude Daniels (31ème en Clio), vainqueur en 1-2. Enfin, c’est Michaël Tirtiaux (BMW E46) qui gagnait en 3-11 après le retrait de Sacré.

Découverte de la Ford Escort réussie pour Julien Colette en Histo (V. Mathieu)

En Prov’Historic Classic, Julien Collette découvrait une Ford Escort avec laquelle il allait dominer l’épreuve du début à la fin. Sébastien Commencais suivait sur une autre Escort devant Bernard Lamy (Volvo 240) qui prenait finalement la troisième marche du podium après le retrait (mécanique) de Georges Bleus (VW Golf). Du côté des Prov’Historic S/R (pour les anciennes qui ne respectent plus la fiche d’homologation de l’époque), Eric Debaty et sa mythique Ford Sierra Cosworth étaient les plus rapides dès le début et finalement les seuls à l’arrivée.

CLASSEMENT GÉNÉRAUX

Division 4 :

1. H. Hérion-M. Comble (Skoda Fabia R5-1er 4/14) en 1h16’57

2. O. Collard-D. Jacob (Mitsubishi Lancer Evo10-4/14) +26 »

3. St. Fernandes-O. Beck (Skoda Fabia R5-4/14) +39 »

4. Th. Mazuin-K. Fernandez (Skoda Fabia R5-4/14) +2’09

5. Y. Munhoven-D. Arens (Mitsubishi Lancer Evo10-4/14) +2’25

6. L. Pirot-J-B. Bodet (BMW M3 Compact-4/14) +7’19

7. U. Gropp-T. Korb (Citroën DS3 R5-4/14) +9’00

8. J. Remilly-J. Bolle (Citroën C2-1er 4/12) +10’15

9. T. Rollinger-M. Brachtenbach (Peugeot 208 T16 R5-4/14) +10’33

10. J. Septon-Fr. Boussifet (Ford Fiesta R200-4/12) +10’40

12. D. Grandjean-P-Y. Godfrin (Opel Corsa-1er 4/13) +12’31

(20 classés)

Divisions 1-2-3 :

1. S. et M. Minet (Citroën DS3 R3-1er 3/10) en 1h26’59

2. J. Delleuse-K. Vandenbussche (Opel Astra-3/10) +1’37

3. O. Martin-E. De Bolle (Citroën DS3 R3-3/10) +2’25

4. S. Luis-M. Petit (Citroën C2 R2 Max-1er 3/9) +2’36

5. Q. Duterme-C. Roquet (Citroën C2-3/9) +6’36

6. K. Petitfrère-Ch. Gera (Renault Clio-3/10) +6’39

7. P. Watelet-D. Legros (Peugeot 106-1er 3/8) +6’40

8. D. Jaminet-Chr. Coulon (Renault Clio-3/10) +7’20

9. J. Degreef-R. Bridoux (Seat Ibiza-3/10) +7’37

10. Ch. Rousseau-D. Grenier (Renault Clio-1er 2/6) +8’18

11. V. Jottard-M. Thirion (Peugeot 106-3/8) +8’23

12. Fr. Verbeke-L. Waltzing (Renault Clio-3/10) +8’35

13. Chr. Doeran-D. Van Steenbrugge (VW Polo-3/8) +9’01

14. Br. Toussaint-O. Laure (Peugeot 206-3/10) +9’06

15. J. Alexandre-Gw. Urbain (Honda Civic-3/8) +9’59

17. Jo. et Ju. Baele (Peugeot 106-1er 2/5) +10’49

24. M. et E. Masson (BMW 320i-1er 1/3) +13’24

29. M. Tirtiaux-M. Wilmet (BMW E46-1er 3/11) +16’01

31. J-Cl. Daniels-Gr. Smal (Renault Clio-1er 1/2) +17’15

(40 classés)

Prov’Historic Classic :

1. J. Collette-X. Huberlant (Ford Escort-1er PH/18) en 1h32’15

2. S. Commencais-E. Bulterys (Ford Escort-PH/18) +5’32

3. B. Lamy-O. Masson (Volvo 240-1er PH/19) +10’09

4. H. Ubaghs-C. De Vuyst (Ford Escort MK1-PH/18) +29’03

(4 classés)

Prov’Historic S/R :

1. E. Debaty-St. Balcaen (Ford Sierra Cosworth-1er PH/SR) en 1h33’22

(1 classé)