Une fois encore engagé avec leur redoutable Ford Escort MK1, Gino Bux et Steven Spittaels ont assurément marqué le début du Herock Spa Rally 2019 de leur empreinte, dominant allègrement la compétition Historic Belgian Rally Championship… avant que les choses se gâtent. « Les conditions n’étaient pourtant pas idéales pour une propulsion, mais nous avons en effet signé des chronos d’excellente facture… sans néanmoins réellement attaquer à 100% dans les premières spéciales, explique Gino Bux. On s’est rapidement retrouvé devant Guino Kenis et sa BMW M3, non sans coiffer à plusieurs reprises les modernes Porsche GT3 sur des portions rapides, ce dont je suis plutôt fier. Et je dois avouer que nous avons très vite enclenché le mode gestion, histoire d’assurer le résultat… » A cet instant, le duo Bux-Spittaels occupait une flatteuse… 12ème place au classement général, bousculant bien des ‘modernes’ !

Après une crevaison dans Wanne 1, c’est dans la terrible spéciale de Theux, dont la partie finale allait être neutralisée plus tard dans la journée, que les choses se sont corsées… « On a tapé une pierre qui était tout simplement invisible, car immergée dans une flaque d’eau, se remémore le pilote. Résultat : le train avant était ouvert. Comme une assistance était programmée dans la foulée, on a pu réparer, mais en laissant 25 secondes dans la mésaventure, le duel avec Kenis reprenait de plus belle… »

Jusqu’à cette fameuse ES9, soit le deuxième passage dans Wanne, où l’Escort refusait d’aller plus loin… « Au moment de réaccélérer après un virage, tout s’est coupé. C’est l’allumage qui nous a joué un vilain tour. Il n’y avait plus qu’à mettre la voiture à l’abri et rentrer au parc d’assistance. Nous aurions pu repartir le lendemain, certes, mais je pense être trop compétiteur pour reprendre part à un rallye sans plus aucun espoir de bon résultat vu les pénalités accumulées, reconnaît Gino Bux. Après notre victoire en HBRC à l’East Belgian Rally l’an dernier, on visait clairement la première place – et rien d’autre – à Spa. Autant dès lors mettre son énergie sur un autre rallye, en espérant que cette fois, la malchance nous colle moins aux basques. »

Une suite de programme qui devrait passer par le Rallye de Wallonie, si de nouveaux partenaires se présentent, avant une fin de saison traditionnellement agitée, avec l’East Belgian Rally et le Rallye du Condroz-Huy. « En fait, ce sont les résultats qui dicteront la suite de notre saison, reprend le pilote de l’Escort MK1. Avec Steven, nous n’avions pas l’intention de disputer tout le HBRC, mais plutôt de voir venir en fonction des résultats. On attendait bien sûr autre chose du Spa Rally. Ce n’est que partie remise… si Dame Chance veut bien s’intéresser quelque peu à nous. Ce qui n’a plus été le cas depuis Saint-Vith l’an dernier. Mais que nos partenaires et supporters – que je tiens à remercier pour leur soutien indéfectible – se rassurent : la motivation est intacte, et la perspective de retrouver le volant de cette diabolique Ford Escort MK1 est plus qu’emballante… »

Source : Com