Seule épreuve sur trois jours du Jobfixers Belgian Rally Championship, le Rallye de Wallonie a été particulièrement dur pour les animateurs du championnat Historic. Comme il fallait s’y attendre, les abandons ont été assez nombreux. Les trois favoris ont ainsi dû renoncer, ce qui a permis à Arthur Kerkhove de renforcer sa position de leader au championnat tout en empochant une superbe victoire sur sa Ford Escort Mk2.

Si Dirk Deveux était le premier leader grâce à son meilleur temps vendredi soir au premier passage sur la Citadelle, Guino Kenis prenait directement le relais avec sa BMW M3 E30 dès le second passage. Samedi, sous la pluie, Guino Kenis conservait la tête du classement jusqu’à ce qu’il soit trahi par son embrayage.

Dirk Deveux ne voyait pas non plus l’arrivée avec sa Sierra. « Cette voiture a encore beaucoup de potentiel à montrer. La marge de progression se situe surtout au niveau du pilote », plaisantait Dirk Deveux avant de devoir à son tour renoncer suite à une panne d’alternateur.

En début de course, Gino Büx s’était lancé à la poursuite de Kenis. « Ce sera difficile de le battre, surtout que nous avons déjà perdu deux fois du temps. Sur la Citadelle, nous avons été gênés. Et dans Wartet, j’ai encore perdu une quinzaine de secondes à cause de ratés », expliquait Gino, qui devait jeter ensuite le gant samedi soir suite à un bris d’alternateur. Mais il repartait le dimanche pour assurer le spectacle : « Et pour oublier la déception (rires). Je vais jouer beaucoup du frein à main. Aujourd’hui, nous roulerons uniquement pour le fun et les supporters ! »

Arthur Kerkhove ne laissait pas passer l’occasion de remporter sa première victoire de la saison. Le jeune pilote de Renaix fait une excellente affaire au championnat : « Nous avons disputé une course sans la moindre erreur et notre Escort a été fiable. Cette victoire est inespérée, mais je savais qu’il existait une possibilité si tout se passait bien. En fin de course, j’ai dû continuer à attaquer pour rester devant Emile Tollet, qui dispose d’un bon BDA de 260 ch alors que nous en avons 100 de moins dans notre Pinto. »

Emile Tollet terminait donc à la deuxième place sur son Escort BDA. Agé aujourd’hui de 63 ans, Emile Tollet disputait déjà le Rallye de Wallonie dans les années 1980. Mais entre 1989 et 2014, il avait pris une longue pause : « Ma dernière participation remontait à 2 ans déjà. Je ne connaissais donc pas trop bien le parcours. J’ai du mal à comprendre comment Kerkhove peut faire des temps pareils avec son Pinto. Je ne dors pourtant pas ! »

Benoît Gillot complétait le Top 3, hissant autant de Ford Escort sur le podium final devant la Daf de Pierre Jamin, la Mini de Kevin Haselden et la Skoda de Christophe Sanzot.

Source : Com