Une semaine après Spa-Francorchamps, un autre site mythique accueillait le – turbulent – peloton des TCR International Series: Monza! Si ses interminables lignes droites font la part belle à l’aspiration, ce sont surtout les chicanes du tracé italien qui font fréquemment débat. Et c’est précisément dans la première de ces chicanes que  Mato Homola, fer de lance du team DG Sport Compétition, a connu plusieurs moments chauds.

Qualifié à une très belle 5e place, le pilote de l’Opel Astra n°70 a signé une excellente envolée dans la course initiale mais a vu ses espoirs douchés au bout de quelques centaines de mètres : « Pepe Oriola m’a poussé dehors alors que je lui avais laissé suffisamment  d’espace pour passer et j’ai dégringolé en 13e ou 14e position. N’ayant plus rien à perdre, j’ai attaqué à fond. L’Opel fonctionnait parfaitement et j’ai pu remonter dans la hiérarchie en dépassant plusieurs rivaux au freinage pour franchir la ligne au 8e rang. Toutefois, ce résultat me frustrait car sans l’accrochage, je pouvais finir dans le top 5… »

Même s’il grimpait d’un échelon après la pénalité de 10 secondes infligée à Ferencz Ficza (relégué de la 5e à la 10e place), le jeune Slovaque entendait prendre une revanche éclatante dans la manche dominicale ; c’était compter sans un nouvel incident survenu dans cette fameuse première chicane. Solide 5e dès le départ Mato Homola suivait aisément le train des leaders et se tenait en embuscade, prêt à profiter de la moindre ouverture : « Au début du 4e tour, Roberto Colciago et Frédéric Vervisch, en pleine bagarre juste derrière moi, se sont loupés et ont court-circuité le virage pour en ressortir… devant moi. Alors que je m’attendais à ce qu’ils me rendent ma position puisqu’ils avaient tiré avantage de la manœuvre, ils ont poursuivi leur route comme si de rien n’était. J’ai croisé le drapeau à damier en 6e position mais en plein accord avec le team, j’ai posé réclamation car j’estimais que cet incident m’avait coûté une possible médaille de bronze, voire mieux car je pouvais aussi profiter du duel opposant les meneurs dans les derniers kilomètres. »

Les stewards ont finalement figé le classement, infligeant juste à Colciago une pénalité de cinq places sur la grille du prochain meeting (Salzburgring, les 10 et 11 juin). Un meeting que Mato Homola abordera avec une motivation décuplée tant il a pu vérifier dans le «temple de la vitesse» que l’Opel Astra de DG Sport Compétition compte bien parmi les candidates à la victoire dans ces joutes très disputées (dix voitures en moins de 4 secondes après les 11 tours de la course 2).

Cette compétitivité de l’Opel, Pierre-Yves Corthals aurait aimé l’exploiter également. Hélas, le Liégeois a connu un week-end «sans» dans la banlieue milanaise. N’ayant pu profiter d’une bonne aspiration en raison d’une vitesse de pointe insuffisante, il avait dû se contenter du 16e temps en qualification et après un abandon samedi à cause d’un problème mécanique, il a terminé 14e dimanche.