Le Service Public Fédéral Mobilité & Transports et FEBIAC (Fédération Belge de l’Automobile et du Cycle) communiquent chaque mois les résultats des immatriculations de véhicules neufs en Belgique. (Marc LACROIX – Mise à jour 26.01.2022)

 

BILAN MARCHE BELGE 2021 (dernière mise à jour 26.01.2022)

Avec 383.123 voitures neuves immatriculées en 2021, le marché belge de l’automobile a enregistré un recul de 11,2% vis-à-vis d’un exercice 2020 déjà largement perturbé. Dans ce contexte, le secteur automobile peut revendiquer deux résultats :

1) Les voitures électrifiées ont effectué une percée historique en atteignant pour la première fois un niveau semblable à celui de la motorisation diesel ;

2) Les émissions moyennes de CO2 des voitures neuves n’ont jamais été aussi faibles.

 

Des carnets de commandes bien remplis mais une capacité de production impactée par la pénurie mondiale et multi-sectorielle de semi-conducteurs. Après un exercice 2020 largement contrarié par le Covid-19, le secteur automobile fait désormais face à un nouveau challenge : celui de produire et de livrer rapidement les véhicules neufs commandés par ses clients.

Amplement allongés suite à la pénurie de semi-conducteurs, les délais de production ont fait chuter les résultats bruts de l’exercice 2021. Avec 383.123 immatriculations, il s’agit du résultat le plus faible en Belgique depuis 1995. Une première sous la barre symbolique des 400.000 unités depuis l’entame du 21e Siècle.

Le marché annuel moyen depuis 2000 pour les voitures neuves en Belgique s’établit entre-temps à 501.585 unités.

 

Les entreprises majoritaires dans les immatriculations

En 2021, le marché des voitures neuves a été principalement supporté par les clients professionnels, qui ont ensemble immatriculé près de 6 voitures neuves sur 10 (59,7% contre 56,3% en 2020). La part de marché des particuliers a quant à elle reculé de 43,6% en 2020 à 40,2% en 2021.

Si le marché national affiche un recul de -11,2%, le marché en Région Flamande fait mieux en limitant sa contraction à -9,6%. La Région Wallonne et la Région de Bruxelles-Capitale affichent des contractions respectives de -13,3% et -14,1% pour l’exercice 2021.

 

Les voitures électrifiées au même niveau que les diesels !

Avec 52% de parts de marché en 2021 (+0,2%), la motorisation essence est restée largement plébiscitée par les automobilistes belges. Après un léger sursaut en 2020 (+1,1% Vs 2019), la motorisation diesel, quant à elle, a vu sa part de marché repartir à la baisse, accusant un recul de -9,2 points par rapport à 2020.

Cette marche arrière du diesel profite en grande partie aux voitures équipées d’une motorisation hybride rechargeable avec prise (PHEV) ou auto-rechargeable (HEV). Celles-ci, qui représentaient 10,8% du marché en 2020, ont progressé jusqu’à 17,5% du marché en 2021.

De progression, il est également question pour les voitures 100% électriques (BEV) : de 3,5% du marché en 2020 à 5,9% en 2021.

En progression de 63,8% de leur volume en 1 an, les voitures électrifiées (hybrides et électriques) ont concentré 23,5% de parts de marché et atteignent un niveau désormais semblable aux motorisations diesels.

Les voitures rechargées avec une prise de courant, à savoir les 100% électriques (BEV) et les hybrides rechargeables (PHEV) ont concentré 18,4% des parts de marché.

Enfin, les voitures hybrides auto-rechargeables (HEV) ont atteint en 2021 une part de marché de 5% à partir de laquelle on peut désormais parler de motorisation bien établie.


Décembre 2021

En recul de -32,2% en décembre, le marché belge des voitures particulières referme l’année 2021 avec 383.123 immatriculations, soit une contraction de -11,2% par rapport à l’exercice 2020.

Lourdement impactées par la pénurie mondiale de semi-conducteurs, les immatriculations – qui reflètent les livraisons de véhicules – seraient très en retard par rapport à la demande, les importateurs faisant état de carnets de commandes bien fournis.

A part Dacia, qui sauve Renault, et Toyota, qui reste stable, tous les figurants du top 10 enregistrent des chutes sèches.

Au bilan de l’année, BMW est donc le grand vainqueur, toutes marques confondues, qui plus est avec un chiffre en progression de plus de 7% par rapport à 2020 ! Derrière VW et Peugeot, qui complètent le podium, Audi et Mercedes (4e et 5e) confirment la belle santé affichée par les marques Premiums.

 

Top 10 décembre 2021 (total de 20.377 soit -32,25% par rapport à 2020)

12 mois 2021 (383.123 soit -11,21% par rapport à 2020)


Novembre 2021

Les périodes se suivent et se ressemblent pour les immatriculations de voitures particulières neuves, qui restent grandement affectées par la pénurie mondiale de semi-conducteurs.

Du côté des marques, BMW continue de caracoler en tête, en menant un top 10 inchangé par rapport à octobre, si ce n’est que Toyota remplace Ford au 10e rang.

Dacia, Toyota , Kia, Hyundai, Nissan, Tesla et Porsche comptent parmi ceux qui n’affichent pas de chiffre négatif par rapport à 2020.

 

Top 10 novembre 2021 (total de 24.134 soit -17,07% par rapport à 2020)

11 mois 2021 (362.746 soit -9,63% par rapport à 2020)


Octobre 2021

La pénurie mondiale de semi-conducteurs continue de grandement perturber la produc­tion et la livraison de véhicules neufs. Ainsi, en octobre, les immatriculations de voitures particulières neuves en Belgique ont régressé de 35,3% par rapport aux résultats d’oc­tobre 2020.

Au cumul des 10 premiers mois, le marché des voitures neuves affiche désormais une contraction de 9% face à cette même période en 2020, qui fut pourtant déjà grande­ment perturbée par les fermetures imposées pour lutter contre la pandémie de Covid-19.

Top 10 octobre 2021 (total de 25.045 soit -35,29% par rapport à 2020)

10 mois 2021 (338.612 soit -9,05% par rapport à 2020)

D’un mois à l’autre

Un petit dessin valant mieux qu’un long discours, voici le comparatif des tops 10 de septembre et octobre, finalement assez peu différents.

Les « vrais » chiffres…

Au terme de ce mois d’octobre, Speed-Magazine mettra surtout en avant les différences qui apparaissent entre les chiffres d’immatriculations bruts et « nets ». Pour ce faire, revenons un mois en arrière et comparons les deux tableaux.

Premier constat, on perd environ 13.000 unités au cumul des 9 premiers mois (300.428 contre 313.567).

Pour le reste, fondamentalement, on n’y relève pas de grandes différences.

  1. Le leadership de BMW ne souffre aucune contestation, si ce n’est que son avance sur VW est encore plus importante ! ;
  2. Audi descend du podium au profit de Peugeot ;

Citroën prend la 6e place à Renault ;

Ford gagne 2 rangs et se place 8e devant Opel et Škoda.


Septembre 2021

Le mois de septembre fut une répétition des périodes précédentes pour les différents marchés des véhicules neufs. La pénurie mondiale de semi-conducteurs continue de contrarier fortement la production et la livraison de véhicules, ce qui se répercute irrémédiablement sur les résultats des immatriculations.

En septembre, le marché des voitures particulières accuse ainsi une contraction de -26,4% de ses enregistrements. Au cumul des 9 premiers mois, l’exercice 2021 compte 313.567 voitures neuves immatriculées, ce qui signifie un recul de -6% par rapport aux résultats d’une année 2020 déjà fortement impacté par la pandémie de COVID-19.

 

VW et BMW « à la fête »

Une fois n’est pas coutume, ce n’est pas BMW qui mène la marche sur ce mois de la rentrée, mais bien VW ! Les deux sont les seuls à chiffrer au-delà des 2.000 unités. Sur la dernière marche du podium mensuel, Mercedes précède Audi et Peugeot, ce dernier fermant le top 5. Par rapport au mois dernier, seuls Opel, Toyota et Kia (qui est le seul à faire mieux que l’an dernier) se replacent parmi les 10 premiers ; Renault et Ford le réintègrent. On soulignera la montée en puissance de Tesla, qui pointe au 18e rang avec une croissance de plus de 32% !

Au cumul, toujours leader, BMW conserve une belle avance sur VW. Changement au 3e rang, que Peugeot perd au profit… d’Audi, ce qui nous vaut 2 marques Premiums dans le top 3 annuel provisoire, 3 dans le top 5, puisque telle est la place de Mercedes ! Renault, Citroën, Škoda et Ford complètent le top 10. A la 12e place, Volvo n’est séparé de Toyota, qui le précède, que de… 23 unités.

 

Top 10 septembre 2021 (total de 26.554 soit -26,41% par rapport à 2020)

9 mois 2021 (313.567 soit -6,01% par rapport à 2020)


Août 2021

Les différents marchés des véhicules neufs continuent d’être fortement affectés par la pénurie mondiale de semi-conducteurs. Malgré 1 jour ouvrable supplémentaire en août

2021 par rapport à ce même mois l’an dernier (22 contre 21), le marché des voitures neuves annonce une contraction mensuelle de -25,7% avec 27.026 immatriculations recensées au lieu de 36.387 en août 2020.

Au cumul des 8 premiers mois, l’exercice 2021 compte 287.013 voitures neuves immatriculées. Un résultat synonyme de recul de -3,5% par rapport à une année 2020 pourtant déjà fortement impactée par le lockdown consécutif à la pandémie de Covid-19.

 

La totale pour BMW

Une fois de plus cette année, c’est BMW qui clôture de mois d’août en tête des « immat ». Dans son sillage, VW et Audi sont les deux autres marques à scorer au-delà des 2.000 unités. Quatrième, Mercedes confirme la bonne santé affichée par les Premiums depuis quelques mois. Derrière, on pointe les belles 7e place de Škoda et 10e de Kia. A l’opposé, Ford et Renault ne sont que 12e et 13e… Epinglons aussi la seule marque, dans le haut du tableau, qui enregistre un score meilleur qu’il y a 12 mois : Toyota (+ 7,89%). Parmi les marques élitistes, Porsche et Jaguar sont en chute libre (-53,32% et – 44,54%), Ferrari, Alpine et Aston Martin stables.

Ecarts importants

Après 8 mois, BMW continue son cavalier seul en tête, devant VW qui bénéficie lui aussi d’une avance plus que confortable sur Peugeot et Audi, en bagarre pour la e marche du podium (moins de 200 unités les séparent…). Derrière Mercedes, qui ferme le top 5, c’est le trou : près de 6.000 unités entre la marque étoilée et tous les suivants, Renault en tête (14.077 contre 20.135 !). En dépit de son mauvais score mensuel, Ford conserve sa place dans le top 10, derrière Citroën, Opel et Škoda.

 

Top 10 août 2021 (total de 27.026 soit -25,73% par rapport à 2020)

8 mois 2021 (287.013 soit -3,53% par rapport à 2020)

 


Juillet 2021

Les résultats des immatriculations de véhicules neufs pour le mois de juillet 2021 font état d’un recul de 38% par rapport à la même période 2020 (27.596 contre 44.532). Au cumul des 7 premiers mois de cette année, le déficit n’est en revanche que de 0,4%, vis-à-vis d’une année 2020, faut-il le rappeler, considérablement restreinte par la crise sanitaire.

Au-delà de la pénurie de semi-conducteurs qui affecte depuis plusieurs mois et continue encore d’affecter la production de véhicules neufs, mais aussi un jour ouvrable en moins recensé en juillet de cette année, l’examen détaillé des statistiques de juillet indique que le recul du marché des voitures particulières neuves est principalement à imputer au canal « particuliers ». Celui-ci affiche une contraction de -49%, contre -26,7% pour le canal « sociétés ».

BMW reste en tête

Depuis le début de l’année, BMW détient le leadership et c’est toujours le cas, tant en juillet, qu’au cumul de 7 premiers mois. Mais en juillet, la surprise vient sans doute d’Audi, qui pointe au 2e rang derrière son compatriote ; un succès des « Premium » encore conforté par la 4e position de Mercedes, derrière VW. Après ce quatuor allemand, l’autre surprise nous vient de Hyundai, devant Dacia qui loupe le top 5 pour moins de 20 unités ! Opel, Peugeot, en recul, Toyota et Ford clôturent le top 10. Précisons que toutes ces marques, comme la plupart de celles qui sont commercialisées en Belgique, sont en recul en ce premier mois d’été.

Volvo dans le top 10

Au cumul de l’année 2021, derrière BMW, c’est VW qui fait mieux que Peugeot, pourtant en boni par rapport à l’an dernier (+5,24%). Audi et Mercedes, qui complètent le top 5, enregistrent eux aussi des scores en hausse (respectivement +22,01% et 5,55%). Renault, Citroën (deux marques qui réalisent un mauvais mois), Opel et Škoda suivent, devant Volvo, qui clôture le top 10 et confirme la bonne santé des marques « Premiums ».

Derrière, on constate que la majeure partie des marques « perd des plumes » par rapport à 2020, mais parmi celles qui en gagnent, les chiffres sont particulièrement bons pour Mazda (+16,21%) et Mini (+16,92%), sans oublier les +6,13% de Porsche.

Soulignons enfin « l’envol » des ventes de la nouvelle marque chinoise MG, qui a écoulé 416 voitures cette année (94 à juillet 2020).

 

Top 10 juillet 2021 (total de 27.596 soit +38,03% par rapport à 2020)

7 mois 2021 (259.987 soit -0,44% par rapport à 2020)


Avril 2021

La seconde partie de mars 2020 avait été marquée par la fermeture obligatoire des garages et des concessions, en raison de l’évolution de la pandémie Covid-19. Dès lors, la première lecture des chiffres annoncés pour mars 2021 ne doivent être analysés qu’avec prudence. (18.05.2021 – Marc Lacroix / illustrations constructeur)

Avec 44.966 immatriculations de voitures particulières enregistrées durant le 3e mois de cette année 2021, la progression mensuelle est de 56,1%. Un chiffre a priori impressionnant qu’il convient donc de relativiser… Au cumul, le recul est réduit à 6,4% pour le 1er trimestre, à comparer de celui de 2020. Il faut également souligner que le marché automobile, comme ceux des véhicules utilitaires et des deux-roues motorisés, demeurent perturbés par les retards actuels qui affectent les activités d’assemblage.

Et en parlant des VU et deux-roues, précisons qu’en mars, les progressions de ces marchés sont respectivement de 86,7% et 79%.

 

Top 10 confirmé

Si le trio de tête demeure identique à mars (BMW – VW – Peugeot), en ce mois d’avril, Audi fait mieux que Mercedes et lui rafle la 4e position. Derrière, Škoda sort d’un top 10 occupé par Renault , Citroën, Volvo, Opel et Ford. Plus loin, on remarque notamment le beau chiffre de Kia.

 

BMW s’envole !

Au cumul des 4 premiers mois, BMW confirme sa bonne santé en prenant le large devant VW et Peugeot, qui restent au coude à coude. Le top 5 se complète du duo Premium allemand MercedesAudi , séparé par un millier d’unités au bénéfice de la marque étoilée. Si Renault, Citroën, Opel et Ford conservent respectivement leur 6e, 7e, 8e et 9e place, Škoda sort du top 10 au bénéfice de Volvo pour… 1 unité !

Top 10 avril 2021 (total de 37.192 soit +602,27% par rapport à 2020)

4 mois 2021 (156.429 soit +17,87% par rapport à 2020)


Mars 2021

La seconde partie de mars 2020 avait été marquée par la fermeture obligatoire des garages et des concessions, en raison de l’évolution de la pandémie Covid-19. Dès lors, la première lecture des chiffres annoncés pour mars 2021 ne doivent être analysés qu’avec prudence. (03.04.2021 – Marc Lacroix / illustrations constructeur)

Avec 44.966 immatriculations de voitures particulières enregistrées durant le 3e mois de cette année 2021, la progression mensuelle est de 56,1%. Un chiffre a priori impressionnant qu’il convient donc de relativiser… Au cumul, le recul est réduit à 6,4% pour le 1er trimestre, à comparer de celui de 2020. Il faut également souligner que le marché automobile, comme ceux des véhicules utilitaires et des deux-roues motorisés, demeurent perturbés par les retards actuels qui affectent les activités d’assemblage.

Et en parlant des VU et deux-roues, précisons qu’en mars, les progressions de ces marchés sont respectivement de 86,7% et 79%.

 

Top 10 chamboulé

Excepté Ford, qui poursuit sa dégringolade et, en mars, perd sa 10e place, que lui subtilise Volvo, les marques du top 10 sont identiques au mois dernier, avec un trio de tête toujours mené par BMW (devant VW et Peugeot). Ce qui marque en ce mois de mars, c’est qu’en plus de BMW, Mercedes et Audi comptent également dans le top 5 ! Et cette belle santé affichée par les Premium se complète encore avec Volvo, placé au 10e rang. Tendance qui se vérifie avec les tops, telles Jaguar (228 immatriculations contre 205 en 2020), Land Rover (523 / 387), Maserati (15 /8), Alpine (12 / 6), Aston Martin (10 / 6), ou encore Lamborghini (7 / 2), sans oublier Porsche, qui avec 275 unités double le chiffre de 2020 (137).

Parmi les autres chiffres qui ressortent, citons les 106,67%, 107,94% et 167,11% de progression enregistrés par SsangYong, Alfa Romeo et Jeep. Épinglons aussi les +360% de Smart (5 voitures en mars 2020, 23 cette année) et les… +7.700% pour Polestar, nouvelle marque débarquée sur le marché (1 immatriculation voici 12 mois, 78 en mars dernier).

 

Top 10 mars 2021 (total de 44.966 soit +56,13% par rapport à 2020)

Trimestre 1 de 2021 (119.237 soit -6,42% par rapport à 2020)


Février 2021

Après un important repli enregistré en janvier 2021 (-27,2%), par rapport à l’année précédente, c’est un nouveau recul qui est enregistré en février, à nombre équivalent de jours ouvrables (20) : -21,9% (36.536 voitures particulières neuves).

S’il est bon de relativiser ces chiffres, puisque l’on sait qu’en février 2020, la pandémie de Covid-19 n’impactait pas encore notre vie et notre économie, il n’en demeure pas moins qu’au cumul des deux premiers mois de cette année, les 74.271 unités enregistrées sur le marché des voitures particulières neuves est bien en-deçà des 98.615 qui étaient comptabilisées à la même époque en 2020, ceci représentant une contraction importante de près de 25% (24,7% exactement).

La situation économique délicate engendrée par la crise sanitaire de la Covid-19 reste donc particulièrement préoccupante, d’autant qu’elle affecte également négativement la production de véhicules, qui accumule les retards.

Les chiffres de mars seront intéressants à analyser, puisque d’une part, l’an dernier, les premières mesures pour contrer la pandémie de coronavirus ont été prises à cette époque, d’autre part parce qu’il faudra voir comment les dispositions évolueront dans ce mois qui marquera le début d’un printemps, dont on espère qu’il aura lieu… dans tous les sens du terme.

 

Tiercé dans le désordre

Le tiercé gagnant de février est le même qu’en janvier mais dans le désordre : BMWPeugeotVW. Seul la marque bavaroise conserve sa place de leader… C’est dire que le succès des Premiums perdure ! Même s’il est vrai que Mercedes et Audi, eux, reculent sensiblement, et que Volvo, 7e en janvier, sort du top 10 en février. Le constructeur suédois est du reste le seul à sortir dudit top 10, au profit de… Škoda ! La firme tchèque confirme ainsi sa bonne santé, il est vrai grâce à des produits qui font désormais office de références.

Soulignons qu’à part BMW (+13.06%), Peugeot (+6,27%) et Mazda (+6,67%), toutes les autres marques qui figurent dans le top 20 enregistrent un recul. Au-delà du top 20, Tesla (24e) gagne 9,45% et Porsche, 26e, bondit de +20,11% ! Ce n’est clairement pas la crise pour tout le monde… Parmi les plus grands perdants, épinglons Hyundai (-47,09%), Jaguar (-47,83%), Toyota (-48,36%) et Fiat (-49,21%).

Au cumul des 2 premiers mois, le constat est globalement identique, avec les mêmes marques dans le top 10, excepté Volvo , remplacé par Škoda.


Janvier 2021

Le bilan du marché automobile belge au terme du premier mois 2021 s’inscrit comme une continuité de l’année qui vient de se terminer. Les 37.735 voitures neuves immatriculées au cours de cette période correspondent en effet à un repli de 27,2% des enregistrements en Belgique par rapport à janvier 2020. Pour rappel, le marché avait alors reculé de 21,5% par rapport à 2019, en raison de la Pandémie Covid.

Pour être tout à fait correct, il faut tout de même souligner deux choses.

  1. En janvier 2020, la Covid-19 n’avait pas encore amorcé ses effets négatifs sur l’économie en général, sur le marché automobile en particulier.
  2. On comptait 2 jours ouvrables de moins en janvier 2021 qu’il y a 12 mois, ce qui impacte sensiblement le nombre d’enregistrements qui ont pu être traités cette année.

Par ailleurs, précisons encore que la non-tenue du salon ne peut expliquer à elle seule ce piètre résultat, tant on sait que ses effets ne se traduisent qu’un peu plus tard (entre mars et mai), ce qui est logique, puisque pour être immatriculée, une voiture doit forcément avoir été… livrée, ce qui prend généralement entre 6 et 10 semaines.

Quatre Premiums dans le top 7

Autre tendance 2020 qui se confirme, les Premiums sont à la fête, et notamment BMW, ici aussi comme l’an dernier, leader (et même autoritaire leader !) de ce premier relevé chiffré de l’année. La marque bavaroise mène la danse devant deux généralistes (VW et Peugeot), puis c’est Mercedes qui pointe au 4e rang, juste devant Ford, dont le résultat est bien meilleur que ce que l’ovale bleu a pu montrer en 2020. Pour compléter le succès des Premiums, Audi et Volvo pointent respectivement aux 6e et 7e places, ce qui nous vaut donc… 4 labels Premiums dans le top 7 ! Opel, Citroën et Renault clôturent le top 10. Comme pour confirmer cette bonne tenue des marques de prestige, soulignons que Porsche n’a vendu que 8 voitures de moins que l’an dernier, soit un recul limité à -2,70%.

Les gagnants sont !

A l’analyse des résultats, on constate que la toute grande majorité des marques laissent des plumes, ce qui peut aller jusqu’à plus de 30 ou 40% (ex. Renault -39,74%, Renault -40,57%) par rapport à janvier 2020, voire bien plus encore ! Et parmi ces grands perdants, on soulignera les reculs conséquents de Hyundai (-46,01%) et Dacia (-56.90%), mais aussi ceux de JLR (Jaguar -60,26% et Land Rover -58.17%).

En fait, les seules marques qui progressent cette année sont Volvo (7,38%), Mini (3,14%) et Tesla (85,19% avec 100 voitures contre 54 il y a 12 mois), ainsi que Mitsubishi (10,77%), dont on sait qu’il écoule ses stocks au rabais avant son retrait de notre marché.